le double langage de Darcos

Mot-clefs: Education
Lieux:

C’est par la fenêtre que le ministère essaye de placer des morceaux de sa réforme en demandant aux Conseils d’administration des lycées de voter certaines parties de la réforme des classes de seconde, moyennant quelques cadeaux de bienvenue.
La FCPE demande solennellement que ce procédé déloyal cesse immédiatement et que de réelles négociations débutent.
Comme doit cesser, également la suppression de certains BEP dans le cadre du baccalauréat professionnel en trois ans, alors que là aussi la signature ministérielle figurait sur un texte assurant leur maintien
Par ailleurs, pouvez- vous, Monsieur Darcos, nous confirmer les rumeurs faisant état de l’abandon de la généralisation des accompagnements éducatifs dans toutes les écoles telle qu’elle était prévue à la rentrée prochaine ?
C'est en tant qu'adhérent FCPE que j'ai reçu ce texte émanant de la FCPE44.
Comme pour la suppression de la publicité à la télévision, le gouvernement essaie de faire passer sa réforme avant meme un début de discussion.
C'est du foutage de gueule , mais que peut-on attendre d'un gouvernement d'idéologues?
La seule chose qu'ils comprennent c'est le rapport de force ; ayons le meme courage que les grévistes en Guadaloupe

Texte FCPE :

· La FCPE et l’UNL disent OUI à la remise à plat de la réforme des lycées et ils ont
enregistré la nomination d’une personne chargée de la réforme des lycées.
La discussion devait se rouvrir, mais dans le même temps, c’est par la fenêtre que le ministère essaye de placer des morceaux de sa réforme en demandant aux Conseils d’administration des lycées de voter certaines parties de la réforme des classes de seconde, moyennant quelques cadeaux de bienvenue.
La FCPE demande solennellement que ce procédé déloyal cesse immédiatement et que de réelles négociations débutent.
Comme doit cesser, également la suppression de certains BEP dans le cadre du baccalauréat professionnel en trois ans, alors que là aussi la signature ministérielle figurait sur un texte assurant leur maintien.

La parole d’un ministre a-t-elle donc si peu de valeur, qu’il soit possible d’y déroger impunément ?

· Par ailleurs, pouvez- vous, Monsieur Darcos, nous confirmer les rumeurs faisant état de l’abandon de la généralisation des accompagnements éducatifs dans toutes les écoles telle qu’elle était prévue à la rentrée prochaine ?

Pour finir, si le ministère de l’Education Nationale s’obstine à ne pas entendre les inquiétudes
et les exigences du monde éducatif, nous craignons fort que n’ayons d’autres occasions
de tester le service minimum d’accueil, qui ne marche d’ailleurs pas, mais cela la FCPE l’avait déjà prédit.