Etienne Chouard et les fascistes

Mot-clefs: -ismes en tout genres (anarch-fémin…)
Lieux:

Il a fait le buzz pendant la campagne sur le TCE, il continue de plus belle avec les Indignés (indignais diront certains). Mais qui est-il vraiment ? Qu'est-ce qui le fait kiffer ? Premiers éléments de réponse avec ce texte très complet publié à l'occasion de sa venue annoncée pour un festival en apparence plutôt sympathique
Alerte antifasciste : Etienne Chouard à Die les 2 et 3 février

Les 2 et 3 février prochains le festival « Les utopies en marche » qui se déroule à Die dans la Drôme recevra Etienne Chouard. Mais, sous ses discours alléchants sur le système démocratique, se cache un idéologue qui n’hésite pas à faire régulièrement la promotion des thèses les plus nauséabondes, y compris négationnistes.

Ces dernières années, Etienne Chouard s’est tour à tour déclaré admirateur de Thierry Meyssan (« un homme charmant, calme et cultivé, rigoureux dans ses analyses, très convaincant sur une série de sujets qu’il connaît parfaitement » [1]), de Jacques Cheminade ( « un homme cultivé et passionnant », une « authentique sentinelle du peuple » [2]), d’Alain Soral. Concernant ces trois personnes, il déclare : « je trouve l’accusation "fasciste" à leur endroit tout à fait diffamatoire et infondée » [3].

La suite sur Indymédia Grenoble : http://grenoble.indymedia.org/2013-01-28-Alerte-antifas...ienne

Commentaire(s)

> Le retour des bons Français

Je connais suffisamment Étienne Chouard pour savoir qu'on ne peut le soupçonner de connivence de près ou de loin avec des remugles idéologiques moisis ancrés dans la xénophobie ou le fascisme. Étienne est profondément démocrate, profondément humain et il fait partie, comme moi et comme d'autres, de ce courant de pensée qui considère que la lumière naît du choc des esprits, qui ne néglige aucune piste, aucun apport, aucun échange, qui ne se complaît pas dans l'entre-soi et l'autocongratulation.

Il y a eu une époque où des ultralibéraux lisaient et commentaient mon blog. J'en avais même quelques-uns de plutôt fidèles qui ne pouvaient s'empêcher de mettre leur grain de sel à chacune de mes publications. Je trouvais ça très stimulant. Il s'agissait là de personnes avec lesquelles j'avais assez peu de choses en commun, à part, peut-être, un goût assez prononcé pour le débat contradictoire. Leurs commentaires argumentés étaient pour moi une petite gourmandise en ce qu'ils me poussaient dans mes retranchements intellectuels, me forçaient à justifier mes prises de position, à creuser mes démonstrations, à remettre en cause mes certitudes et donc, me permettaient d'évoluer, d'élargir mes horizons, d'agrandir ma pensée. Et puis, petit à petit, les positions ont commencé à se cristalliser, à s'enliser, le dialogue est devenu difficile, pesant, et les insultes et les jugements de valeur ont pris le pas sur le débat. De part et d'autre, on ne critiquait plus la pensée, mais les personnes. Tout s'est radicalisé. Et mes contradicteurs sont partis.

Je pense à présent que ce malaise est une sécrétion de notre époque, que les crispations économiques ont contaminé tout le corps social d'une colère et d'une frustration croissante qui ne trouvent pas à s'exprimer. C'est Le Yéti, encore de mes potes, qui a su enfin mettre un nom à mon long malaise : le temps de la chasse aux sorcières est revenu et il n'annonce rien de bon pour la suite.

Chacun est sommé de choisir son camp et de désigner les boucs émissaires sur lesquels la frustration des peuples trompés va pouvoir bientôt se déchaîner.

Choisir son camp. C'est toujours ce que l'on fait quand la guerre est déjà dans tous les esprits, dans tous les cœurs, comme une évidence indépassable. Non pas la guerre des classes (dont j'aimerais bien récupérer le livre homonyme que j'ai prêté) qui nous met tous à genoux, mais la guerre de tous contre tous, la guerre des gueux, organisée par et pour les puissants, afin qu'ils continuent tranquillement leurs petites affaires entre eux pendant que l'on se déchirera pour les miettes.

Le temps des brebis galeuses est revenu.

Et j'en suis.

> Danielle Bleitrach et Etienne Chouard

Chacun se fera son idée. Voici celle de Danielle Bleitrach

http://histoireetsociete.wordpress.com/2013/01/31/la-co...ments

Alerte antifasciste : Étienne Chouard invité à des rencontres écologistes et alternatives à Die les 2 et 3 février

Un lecteur de ce blog me recommande ce texte, je n’en partage pas tous les attendus… Mais je suis tout à fait convaincue désormais que la dérive de gens comme Chouard, Bricmont vers l’extrême-droite avec lesquelles ils jouent les passerelles est irreversible et ceux qui appuient cette opération ne peuvent plus être considérés comme des innocents. il suffit de consulter les dossiers en bas de page pour être convaincu que cela dépasse l’imagination en matière historique, je vous recommande en particulier son soutien à un américain incroyable qui prétend que Hitler a fait alliance en 1923 avec le sionisme, d’où le non de NA (national-socialiste) et ZI (zionisme)… Ce type est un malade et il n’est pas le seul de cette eau là, le vrai problème est celui de son audience dans la Front de Gauche et autres… et je dois dire quand j’ai vu la manière dont une pétition instrumentalisée permettait de faire le lien entre des gens qui se situaient aux antipodes comme Jean Guy Allard, la plume des Cubains et Robert Mesnard qu’il avait légitimement dénoncé quelques années auparavant comme un agent de la CIA, quand j’ai vu des négationnistes et des antisémites tenir le haut du pavé et tirer l’altermondialisme vers les amitiés troubles d’un Thierry Meyssan et d’un Soral, les gens qui jusque là s’étaient illustrés dans la dénonciation de l’impérialisme, j’ai mieux perçu le danger qui menaçait.

Et c’est là que j’éprouve des réserves à l’égard de ce genre de texte, il y a là des dangers d’amalgame et surtout de prendre ce qui est une poignée trés active sur internet pour la totalité de l’opinion française et ce qui la travaille qui est d’une autre nature puisque est tenté visiblement d’organiser la confusion et la division sur le thème du terrorisme islamiste en priorité, l’ennemi extérieur et intérieur. Mais il y a désormais incontestablement des passages entre l’exaltation du stalinisme, le négationnisme, l’antisémitisme et le soutien à un fascisme que l’on qualifie de vert, aussi étrange que cela puisse paraître, mais ce qui fait la fortune du fascisme c’est sa capacité à amalgamer les contraires. Et là il faut toujours se poser la même question, à qui cela sert-il en temps de crise. C’est là où ce texte et d’autres paraissent insuffisant parce qu’ils se limitent à un groupuscule lié plus ou moins à la seule extrême-droite, ils restent dans ce qu’ils dénoncent, le complot. Comment des cinglés intégraux , incultes comme Soral, Chouard ou d’autres ont-ils une audience ?

A mes yeux ces gens-là, type thierry Meyssan, son copain du Gud sont des aventuriers qui comme une révolutionnaire nationaliste de jadis, Duprat, mangent à tous les rateliers… Il faut pour comprendre le phénomène non pas rester sur ces gens-là mais considérer qui sont les bailleurs de fond, ils utilisent des gens qui ont été gagnés gagnés par les idées fascistes comme Chouard ou qui, comme Robert mesnard l’ont toujours été après un passage obligé de taupe chez les trotskistes. Ce dernier a longtemps joui d’un appui sans réserve des patrons de presse qui l’imposaient à leur rédaction. Non seulement il ne s’attaquait qu’aux forces progressistes sous couvert de la liberté de la presse mais il substituait aux syndicats de la presse, un corporatisme unissant grands patrons et journalistes… ce qui est le modèle fasciste par excellence… Il y a chez tous ces gens, le même genre de dévoiement qui ne se limite pas à la pointe de l’iceberg, le négationnisme et l’antisémitisme, partout il s’agit pour eux d’organiser la jonction avec des forces fascisantes entrées théoriquement en lutte contre l’impérialisme occidental mais qui de fait en sont les suppletifs… Faire accepter au titre du combat anti-impérialiste les forces d’oppression et de régression paraît être leur vocation, en France comme en Orient, en Afrique et partout dans le monde… Donc si ce texte à le mérite une fois de plus de nous présenter les passerelles que l’extrême-droite est en train de jeter à travers certains sites et certains individus entre fascisme et extrême-gauche, il reste à un niveau de petits complots sans mettre en évidence la nature de classe de ce type d’opération et à qui elles sont réellement utiles.

(note de danielle Bleitrach)

> De la récupération en milieu alter

Danielle Bleitrach a visiblement beaucoup de comptes PERSONNELS à régler avec ses anciens amis, et il lui arrive de péter les plombs. Il serait bon de lui demander si elle a changé à 180 degrés sa vision politique du monde au point de renier ce qu’elle a écrit il n’y a pas si longtemps :

Il faut en finir avec l’Etat d’Israël et le sionisme

« j’affirme qu’il n’y aura de solution qu’à travers la suppression de l’Etat d’Israël, de l’entité étatique qui aujourd’hui fait la démonstration de sa nocivité pour tout le monde, pour les Palestiniens, pour tout le Moyen orient, pour les juifs de la région et ceux du monde entier. Cet Etat, pure création coloniale, à travers lequel depuis les origines jusqu’à nos jours, les Européens, les Occidentaux font payer le génocide nazi à des peuples du Moyen-Orient qui n’y sont strictement pour rien, est de ce fait une monstruosité morale et politique…}

Que ceux que l’on a dupé avec le sionisme aient le droit de rester sur la terre, qui est devenue la leur, ne dépend que de leur capacité à la coexistence et, pendant un certain temps d’une surveillance internationale, mais le sionisme et l’Etat d’Israël n’ont pas le droit à la survie politique. Mais il faut dire du sionisme ce qu’il est en réalité, une entreprise coloniale par laquelle les puissances occidentales ont prétendu se débarrasser des juifs qu’ils n’avaient cessé de martyriser pendant des siècles, une manière de considérer les juifs comme étrangers dans leurs pays, une sinistre duperie… »

http://socio13.wordpress.com/2009/01/07/il-faut-en-fini...vec-l’etat-d’israel-et-le-sionismebleitrach-danielle/

Auschwitz-Gaza

[…] Au nom de quoi veut-on nous faire accepter que le droit soit du côté des meurtriers, parce qu’il y a eu hier Auschwitz hier on justifierait aujourd’hui Gaza ? Assez d’hypocrisie, vous avez toléré hier Auschwitz vous français peuple pétainiste, vous avez fermé les yeux sur le martyr des juifs, enfermés les républicains espagnols que vous aviez trahis dans des camps, vous avez offert à Montoire avec des applaudissements toutes ces victimes, vous avesz envoyé des lettres pour vendre les juifs, pour vous approprier leurs biens, et c’est vous les collabos qui régnez en France aujourd’hui. En ce temps là il y avait des communistes, des combattants capables d’aller rejoindre dans les camps les victimes, ils ont été eux-aussi trahis par leurs dirigeants collabos.

Et moi qui n’en peut plus de voir se rejouer éternellement Auschwitz, je n’ai plus de parti, plus de collectif pour agir, mon cri ne s’entend pas, je suis seule à errer comme une folle sur les ruines d’Auschwitz-Gaza, que les bourreaux soient maudits.

Danielle Bleitrach

http://www.legrandsoir.info/Auschwitz-Gaza.html

Ça va bien plus loin que ce qu’ont pu dire n’importe quels Chouard ou Bricmont et qui les fait traiter de fascistes et de négationnistes. Mais bon, fallait ça pour la démonstration…

> un défenseur de Chouard ?

le commentateur du dessus n'a rien compris à l'intervention de Danielle Bleitrach qui n'écrit pas sur Israël, mais sur l'antisémitisme de Chouard. Il est lui-même antisémite, sans doute ?

C'est incroyable ce réflexe conditionné de publier des textes hors sujet dès qu'on voit écrit le mot "juif" ou "israël" ! Ca empêche toute discussion.

> Dur, dur, de jouer sur tous les tableaux…

Quelqu’un qui défend la liberté d’expression serait donc un « défenseur de Chouard » ? Belle conception du débat sur Indymedia !

Mais on est habitués à ces méthodes qui consistent à attaquer les gens non sur ce qu’ils sont, mais sur leurs supposées fréquentations. En l’occurrence faire appel à Danielle Bleitrach est le comble de la tartufferie chez des gens qui n’ont jamais cessé de la traiter d’antisémite à cause de ses positions antisionistes, en faisant l’amalgame habituel, et qui lui trouvent soudain une utilité provisoire pour leurs basses manœuvres.

Et il est encore plus tartuffe de CHOISIR plus particulièrement un texte de Bleitrach sur ce sujet, alors qu’il y en a des dizaines d’autres bien plus dans l’esprit de ceux qui ont publié ce règlement de comptes de petits inquisiteurs. C’est certainement ce qu’ils entendent par « des textes dans le sujet ». On retiendra ici le passage qui distingue Bleitrach de ceux qui essaient de l’instrumentaliser :

« Et c’est là que j’éprouve des réserves à l’égard de ce genre de texte, il y a là des dangers d’amalgame et surtout de prendre ce qui est une poignée très active sur internet pour la totalité de l’opinion française et ce qui la travaille qui est d’une autre nature puisque est tenté visiblement d’organiser la confusion et la division sur le thème du terrorisme islamiste en priorité, l’ennemi extérieur et intérieur. »

> "Le temps des brebis galeuses est revenu."

C'est le temps symptomatique où les élites soumises aux pouvoirs sont dépassées par les peuples.

Elles tentent de raffermir leur situation en s'accouplant au tintamarre nauséeux proclamant le chaos de l'anarchie sur la perte des repères que constituent la nécessité d'existence de leurs petites personnes onéreuses et somptueuses.

Laisser la pensée anarchiste se développer dans le peuple leur est insupportable parce qu'elle les prive des fruits de la pensée unique qu'ils représentent.

En ce sens, j'invite chacun à lire :

Une histoire de la révolution française - Eric Hazan - Edition La Fabrique.

Où ce processus y est décrit pas à pas avec un ensemble de citations d'époque savoureuses pour le démontrer plutôt qu'avec de pompeuses théories fatiguées d'exister encore.

Amis restons toujours unis

Ne craignons pas nos ennemis

S'ils viennent nous attaquer

Nous les ferons sauter.