« MEDEF 44 et Nantilus » contre « le Reste du monde » : Victoire nette du populo dans la 1ère manche

Mot-clefs: Actions directes
Lieux: Nantes

« MEDEF 44 et Nantilus » contre « le Reste du monde » : Victoire nette du populo dans la première manche du match contre la Barge des privilégiés, ce soir à Nantes

Le patronat nantais et les défigurateurs du paysage ont subi ce soir lundi 4 juillet 2011 une quadruple défaite.

10-medium
Pas de titre pour 10812

9-medium
Pas de titre pour 10811

8-medium
Pas de titre pour 10810

7-medium
Pas de titre pour 10809

6-medium
Pas de titre pour 10808

5-medium
Les cravatés arrivaient au compte goutte.

4-medium
Pas de titre pour 10806

3-medium
Un service d'ordre patronal conséquent.

2-medium
Pas de titre pour 10804

1-medium
Pas de titre pour 10803

Unelgancerarequifaittche
Pas de titre pour 10799

Palissadehonteauxriches-medium
Pas de titre pour 10797

Lachoralecesoirlundi-medium
Pas de titre pour 10796

1 – Leur inauguration ce soir lundi 4 juillet a tourné court : De nombreux patrons ont dû entrer ou sortir sous les quolibets moqueurs des manifestants (près de deux centaines de participants), et le seul événement intéressant de leur morne soirée à thème de riches, et bien, c'était nous.

Et le pire, pour la bourgeoisie sarkozyste, c'est que la police déployée en force n'ait évidemment pas osé nous charger, paralysée par notre bonne humeur tranquille, notre bar festif et notre musique. (Il se dit cependant qu'un bateau de la police nationale aurait débarqué directement et discrètement un VIP sur la barge sans passer par l'entrée terrestre du public, peut-être le préfet himself, exfiltré depuis son bureau douillet par nos glorieux pandores. Espérons qu'il n'a pas eu le mal de mer.)

2 – Ces gens-là s'en souviendront (1) : D'abord les invités du patronat nantais, car il n'est pas difficile de prévoir ce qui se dira lors du prochain bureau exécutif du MEDEF 44 :

- « Si c'est ainsi, nous préférerions faire comme d'habitude pour nos agapes de privilégiés : se retrouver discrètement à la sortie sud de Nantes, à l'hôtellerie luxueuse de l'Abbaye de Villeneuve, ou bien com'd'hab' à l'Ermitage à la Baule, mais jamais, plus jamais sur la barge Nantilus, c'est trop risqué et trop ridicule. On aurait dû laisser cette inauguration fatale au Téléthon ou aux Foulées de l'Erdre, cela aurait été moins provoquant que le Medef ».

– Ces gens-là s'en souviendront (2) : Ensuite, les actionnaires du Nantilus, parce qu'en deux heures, nous avons ruiné (bien malencontreusement sans le vouloir :) leur investissement en communication publique, parce que nous avons prouvé que cette barge de riches ne peut fonctionner que sous la protection massive de la police (dès lors que nous de le déciderons), et que les clients n'ont aucun autre accès que les sorties de passerelles, et surtout pas d'autres sorties morale que leur sens du ridicule, faculté si rare dès lors qu'on a un revenu dépassant 3000 euros par mois.

Conclusion : Cap ailleurs ! Cette barge de bargeots doit être déplacée dans un endroit plus reculé et moins « tape à l'oeil » qui ne polluerait pas le paysage urbain.

3 – Quant à l'esthétique, excusez messieurs les investisseurs, mais lorsque nous avons vu le « cul » de la barge, avec ses quatre massives passerelles, tout le monde a poussé un cri d'horreur. Et personne n'a souhaité, au grand jamais, même complètement bourré, aller y boire un verre, sauf à déroger à tout honneur de Nantes-la-belle-et-la-rebelle.

4 – Deux cents manifestants, c'est très peu, mais c'est assez pour être efficace ensemble, et c'est même beaucoup (merci à nous tous), c'est énorme, quand on songe que l'appel n'a circulé sur internet que depuis 3 ou 4 jours, qu'il n'a pas été envoyé dans la presse locale ni relayé par plusieurs appareils bureaucratiques subventionnés, et que pour autant :

* les présents et présentes représentaient toute la palette large des opinions possibles à gauche, comme ainsi dire de Bayrou à Bakounine dans une bonne entente (nous disons cela à l'intention des RG de la DCRI qui ne comprennent toujours pas cette énigme), certains manifestants étant venus en groupes par collectifs de famille, de voisinage ou bien de travail entre collègues, et que nous sommes tous heureux d'avoir réussi ce bon tour aux privilégiés locaux, sous le magnifique soleil rasant de Nantes à 19 heures, que le bar « à prix libre » a été autofinancé, et, pire encore, que nous sommes près à recommencer, ce qui ne pourra fonctionner que si nous tous redistribuons chacun et chacune les prochaines invitations par internet, quitte à les renforcer par un coup de fil personnel à nos ami/e/s.

>>> AVEC UN ENORME MERCI A LA CHORALE « LES VOIX DE GARAGE » QUI A INTERPRETE MAGNIFIQUEMENT « MERCI PATRON » DES CHARLOTS (c'était vraiment de circonstance !) ainsi que plusieurs chansons ouvrières, dont des chants de la Commune et des chansons antifascistes espagnoles et italiennes.

Commentaire(s)

> Complément.

En complément au compte rendu, voici quelques images supplémentaires du rassemblement contre la barge patronale.

Des images révélatrices : la collusion entre pouvoir socialiste, syndicalistes jaunes et patrons autour de petits fours et champagne dans cette barge.

La police à joué son rôle de larbin/service d'ordre des nantis nantais. Une poignée de miliciens de la Brigade Anti Criminalité à attaqué le rassemblement gratuitement, étranglant un compagnon, menaçant d'autres avec leur matraque. Quatre cars de policiers, plusieurs voitures banalisées, BAC, RG étaient déployés, nous prenant en étau sur l'esplanade. L'Etat met les moyens pour protéger le festin des privilégiés.

Nantes n'est pas aux flics et aux patrons ! Reprenons leur la ville !

> sans

"faculté si rare dès lors qu'on a un revenu dépassant 3000 euros par mois."

....

Généraliser est sans doute la chose stupide que l'on puisse faire. Certes, la plupart de ces personnes sont des pourries, mais pas tous. Il n'y a pas de seuil, des gens gagnant 5000 euros par mois peuvent être des gens très bien.

Quelle stupidité que ce genre de petites remarques à la con...

> Je comprends mal...

J'ai un peu de mal à comprendre votre problème avec cet endroit.

Probablement parce que dans votre texte, vous semblez oublier d'expliquer ce qui vous dérange avec cet endroit.

C'est pourtant fondamental quand on veut passer un message.

A moins que cela ne soit destiné qu'à des gens qui sont déjà au courant ?

Donc en gros ce que j'ai compris:

-on est riches, cons et ridicules quand on gagne plus de 3000€/mois: comme l'a déjà commenté quelqu'un, une telle généralisation est juste pathétique

-c'est une barge pour riches: je comprends mal. Que la soirée d'inauguration vous dérange par la présence du gratin local, c'est une chose. J'espère donc que vous allez autant les emmerder quand le MEDEF 44 se réunit dans les 2 autres lieux que vous citez, et ce, systématiquement, parce qu'eux représentent bien les très riches (pas les moins riches cependant: de nombreuses petites PME françaises ne sont pas représentés par le MEDEF, et pourtant, leurs dirigeants gagnent souvent plus de 3000€/mois, et donc, sont riches.). Mais il me semble que cet endroit est un lieu privé, qu'on peut louer pour des évènements. On peut donc imaginer qu'une association caritative puisse louer cet endroit pour un évènement caritatif. Ils sont riches et diaboliques aussi ?

-c'est moche: je pense que c'est une question de point de vue. J'ai demandé autour de moi, on trouve cela assez joli voir très joli. Evidemment, on est pas nantais, alors on ne voit pas la barge dans son contexte.

Mais y a-t-il une histoire de gros sous, de dessous de table, de fraudes, qui justifie cette haine ?

Ou peut-être qu'un des actionnaires de la barge dispose de fonds publics, auquel cas, je pourrais comprendre votre indignation ?

Merci de m'éclairer.

> La propriété, c'est le vol.

"cet endroit est un lieu privé" Merci d'avoir résumé, c'est la tout le problème. L'espace public appartient au peuple. Ici on a une privatisation du bien commun, un vol d'une partie de Nantes au profit des plus riches. Et cette barge s'inscrit dans une dynamique générale de guerre aux pauvres et de cadeaux aux riches sur Nantes : gentrification, hôtel de luxe à la place de l'ancien palais de justice, police omniprésente, aseptisation du centre ville, aéroport...

Allez, file réviser ton argumentaire à la section du parti socialiste.

> Mauvaise cible

Merci d'éviter les insultes, je ne me reconnais ni dans la gauche, ni dans la droite, ni dans aucun mouvement existant à ce jour.

Je comprends mieux maintenant votre impression d'avoir été volé d'une partie du patrimoine public, au profit des "riches".

Mais il me semble que quand il y a une transaction de la sorte, on ne peut blâmer l'acheteur/investisseur, qui après tout reste fidèle à lui-même, mais on devrait plutôt s'en prendre au vendeur, à priori la ville dans cette affaire, qui était censée défendre les intérêts plus honorables de la population toute entière, du paysage urbain, du patrimoine de la ville et du pays, etc...

Et une telle transaction n'a pas eu lieu en une nuit, et n'a probablement pas été faite dans le secret absolu.

J'imagine qu'il y a donc eu nombre d'articles pendant les négociations, nombre de rassemblements devant la Mairie, etc... je n'arrive juste pas à les retrouver sur le site. Le moteur de recherche du site ne me donne que cette page quand je cherche Nantilus.

> Quelle honte

Et on s'étonne qu'avec des gens comme ça, nous les anars, et autres sympathisants de mouvements alternatifs, ayons une image déplorable?

Quelle agressivité Makhno!

David posait juste une question merde, était il vraiment nécessaire de lui répondre d'une manière si arrogante, digne des jeunes pops?

Les gens comme toi nous pourrissent de l'intérieur... Ces mêmes qui généralisent et estiment qu'une personne touchant plus de 3000 euros est une ordure.

Au final, ca devient de l'arrogance, de l'insolence, de gens qui se croient au dessus des autres.

Je le répète, c'est digne des jeunes populaires ça. Le mépris.

Voilà, c'était mon coup de gueule du jour, maintenant, faites en ce que vous voulez, mais je pense qu' on arrivera jamais à rien le nombre d'abrutis qui gangrènent nos mouvements.

> 50 = 200

200 militants, c'est effectivement très peu, d'autant qu'il y en avait une cinquantaine (et que les photos montrées laissent même penser qu'il y en avait 30).