Action de blocage économique à Rennes pour les retraites

Mot-clefs: Retraites2010
Lieux: Lorient Rennes

Occupation d'un virgin

Description de l'occupation d'un virgin par des étudiants et des salariés à Rennes mercredi 29 septembre avec tract distribué.
Mercredi 29 septembre une cinquantaine d'étudiants et de salariés ont bloqué symboliquement le magasin Virgin dans le centre-ville de Rennes. Cette action avait été décidée lors de l'AG de Rennes 2 le mardi précédent. Par cette action, l'AG de Rennes 2 a souhaité faire de l'information auprès des salariés et des étudiants sur la manifestation de samedi 02 octobre contre la réforme des retraites et plus généralement pour appeler à d'autres modes de luttes actuellement utilisées par les grandes centrales syndicales.

Une cinquantaine de personnes s'est donc réunie place de la mairie et est ensuite partie en cortège jusqu'au magasin virgin et a déployé une banderole devant l'enseigne, bloquant ainsi l'entrée du magasin. Les salariés ont reçu un tract de l'AG et les contacts ont été bons, jusqu'à l'arrivé du patron du magasin qui est allé jusqu'à menacer les personnes présentes avec un lance à incendie. Pour l'anecdote, il se trouve que dans la journée, le PDG de virgin france était attendu.

Pour finir, à la question « Pourquoi-nous? » posée par le patron, nous répondrons une chose. Si nous sommes venu dans ce magasin, c'est pour réaliser une action symbolique contre le patronat qui est le principal responsable de cette réforme aux côtés de son larbin, l'Etat français. Virgin s'est donc révélée être une option de blocages parmi tant d'autres.

Mais nous tenons à rassurer le reste du patronat, en plus des grèves des travailleurs qui vous font vivre et à qui vous confisquez la majeur partie des richesses qu'ils créent eux-mêmes, s'ajouteront de plus en plus de blocages économiques pour attaquer là où cela fait mal... au porte-feuille.

Nous joignons à ce communiqué le tract distribué lors de l'action et des photos de celle-ci:

"Bloquons la réforme des retraites !

Cette réforme des retraites imposée par le gouvernement Sarkozy, avec l'appui du MEDEF, a pour caractéristiques principales:
-la suppression de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans et son report à 62 ans.
-l'allongement de la durée de cotisations pour une retraite à taux plein à 42 annuités au lieu de 40.
-le report à 67 ans de l'âge maximum de départ à la retraite.

Il s'agit pour le patronat de nous faire travailler toujours davantage pour gagner toujours moins, de nous faire glisser petit à petit vers un système par capitalisation géré par des fonds de pension, engendrant fragilisation et baisse générale du niveau des pensions de retraite.
Cette réforme, bien loin de sauver le système par répartition, de réduire les inégalités va aggraver la situation des plus précaires, notamment des femmes, en somme de tous ceux qui n'auront pas pu cumuler le nombre suffisant d'annuités en raison du chômage, de l'intermittence du travail, des études longues, des congés parentaux, etc.

Le « problème » du financement des retraites n'est qu'un prétexte pour satisfaire les appétits des capitalistes. Nous disons que le problème n'est pas économique mais politique : c'est un choix de société. Nous ne nous étendrons pas sur l'argument disant que « les caisses sont vides » mais rappellerons simplement que les retraites par répartition ont été mises en place juste après la guerre dans un pays en ruine mais... avec un peuple en arme.
N'oublions pas que les banques ont été sauvées avec 360 milliards d'euros...

Il est bien évident que les journées d'action ponctuelle sans perspective ne suffiront pas à faire reculer le patronat et son pantin Sarkozy et qu'il faut, comme l'ont montré certains salariés à Lorient (CGT sbfm), à Nantes, Quimperlé, etc le 24 septembre, déclencher des actions de blocage économique permettant d'établir le lien, qui nous fait défaut actuellement, entre des journées d'action espacées dans le temps et la grève générale reconductible. Nous pensons que les étudiants, les lycéens, les chômeurs et précaires peuvent jouer un rôle moteur pour cela.

Par cette action symbolique de blocage économique, l'assemblée générale des étudiants et des travailleurs précaires de Rennes II entend s'inscrire dans cette dynamique et frapper les capitalistes au porte-monnaie, le seul langage qu'ils comprennent.

L'assemblée générale de Rennes II appelle tout un chacun à prendre part de manière active à la manifestation du samedi 2 Octobre à 10h pour le retrait pur et simple de cette pseudo-réforme des retraites et à rejoindre le cortège SOLIDAIRES/SUD, CNT, SLB, MCPL où aura lieu une nouvelle action de blocage économique.

On croit le patronat, Sarkozy et leur police très forts.
Mais en réalité, ils ne sont rien.
Ce ne sont que des tigres en papier !

Assemblée générale de Rennes II, mardi 28 septembre 2010