[Rennes] Procès refus ADN

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes procès adn refus
Lieux: Rennes

le mardi 3 décembre 2013 à 14:00

cours d'appel

Ce procès est en lien avec l'opposition au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes mais il porte avant tout sur le refus de prélèvement ADN.

Ne pas se soumettre au prélèvement est un choix politique assumé qui vise aussi à porter publiquement un regard critique sur le fichage génétique de la population.

Pièces jointes

Report procès refus ADN

Email Email de contact: rodolph.balej_AT_laposte.net

Commentaires

> Le tract

Mes gênes m’appartiennent

- procès en appel à Rennes -

Je suis convoqué mardi 03 décembre 2013 à 14h à la cours d’appel de Rennes pour refus de prélèvement ADN. J’ai participé en 2009 à une action collective contre des forages géotechniques du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Arrêté et jugé une première fois pour refus de prélèvement ADN (2 mois de prisons avec sursis requalifié en appel à 500 euros d’amende avec sursis), la justice est revenue à la charge en 2012 pour me le redemander ; car refuser le don d’ADN s’avère être une peine perpétuelle. Pour mon nouveau refus, j’ai en première instance pris un mois de prison avec sursis... et j’ai fait appel de cette décision.

Mais je suis également convoqué pour une autre affaire en lien avec l’opposition au projet d’aéroport. En effet en novembre 2011 j’ai reconduit sans violence avec d’autres personnes un policier en civil hors de la manifestation tracto-vélo à Notre Dame des Landes. J’ai été jugé à Saint Nazaire pour outrage et violence sur personne dépositaire de l’autorité publique et... refus de prélèvement ADN. Le rendu du tribunal fut de 12 mois de prison avec sursis pour violence en récidive (la première fois étant dû à une tarte à la crème sur un politicien local) et deux mois de prison avec sursis pour le refus de prélèvement ADN. Ayant aussi fait appel de cette décision la cour d’appel de Rennes juge donc le même jour les deux affaires... La justice ne s’acharnerait-elle pas sur un militant anti-aéroport ?

Comme beaucoup d’autres personnes jamais je ne donnerai mon ADN car mes gênes m’appartiennent. Ils ne sont la propriété ni de la science, ni de la police, ni de la justice. En créant le FNAEG (fichier national automatisé d’empreintes génétiques) l’état fabrique un outil puissant de contrôle social où déjà 2 millions d’individuEs sont prisonnierEs pour 40 ans. Tout ça pour une utilisation empirique, hasardeuse, en tout cas répressive ce qui est insoutenable, invraisemblable, insupportable aux yeux du plus grand nombre. Ils veulent capturer nos gênes pour mieux contrôler nos vies. Pour mieux nous soumettre à leur meilleur des mondes.

Non au fichage ADN et au monde qui va avec ! Non à l’aéroport ! Je vous invite à relayer l’information et à vous organiser le 03 décembre (et/ou d’autres jours) contre cette violation de l’individuEs qu’est le fichage ADN.

Rodolph B.