Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Mot-clefs: Archives
Lieux: Nantes Orvault

DEPUIS CE MATIN (Mercredi) des individuEs occupent une grue d'un chantier à Nantes en soutien aux occupantEs des arbres de l'EPM


Depuis ce lundi 20 février 2006, plusieurs dizaines de personnes occupent le chantier de construction de la nouvelle prison pour mineur-e-s, à Orvault (banlieue nantaise).

Les occupant-e-s sont installé-e-s dans les arbres qui doivent etre coupés pour permettre la construction du futur Etablissement Penitentiaire pour Mineur-e-s (E.P.M.).

Les actions de solidarité sont les bienvenues.

- Urgence expulsion à l'EPM. Le campement au sol a été expulsé mais les arbres restent occupés.

- Chantier de l'EPM d'Orvault : Début d'expulsion ?

- Réunion publique sur l'occupation du chantier d'EPM le 22

- photos commentées de l'occupation

----------

Documents pdf à télécharger, lire & diffuser :


- tract de l'occupation :
- Fugue en si mineur. À propos de la construction de prisons pour mineurs... :
- Pourquoi occuper le chantier d'une prison ? :

Arbres-2-medium
Pas de titre pour 4910

Arbres-medium
Pas de titre pour 4909

Plan_epr-5-medium
Pas de titre pour 4887

Plan_epr-6-medium
Pas de titre pour 4888

Prisonniers_robots-medium
Pas de titre pour 4881

Arbre-medium
Pas de titre pour 4879

Pourquoi occuper le chantier d'une prison?


{Quelques dizaines de personnes occupent les arbres situés sur le terrain du futur E.P.M (Etablissement Pénitentiaire pour MineurEs) d'Orvault, dans la banlieue de Nantes, afin d'en empêcher la construction.

Nous voulons nous opposer de manière déterminée aux violences de l'état et de l'économie, celles qui détruisent nos vies : l'incarcération, la misère, la ghettoïsation, les politiques sécuritaires et racistes, le salariat…}

Des prisons pour mineurEs aux politiques de «tolérance zéro»


Le gouvernement prévoit la construction de 7 Etablissements Pénitentiaires pour MineurEs de 13 à 18 ans d'ici fin 2006. Ils fourniront 420 nouvelles places d'incarcération qui s'ajouteront aux 850 existantes dans les quartiers pour mineurEs des prisons. Les projets actuels d'EPM sont situés dans les périphéries de Valenciennes, Meaux, Lyon, Mantes-la-Jolie, Toulouse et Marseille.

Quelques autres mesures illustrent ce renforcement sécuritaire généralisé:
- une augmentation des incarcérations : +45% entre 1990 et 2002 pour les mineurEs et 1320 nouvelles places pour les majeurEs.
- la création des Centres de Placement Immédiat (CPI), des Centres Educatifs Renforcés (CER) et ensuite des Centres Educatifs Fermés (CEF). Ces centres montrent une évolution de plus en plus disciplinaire, aux dépens de politiques éducatives. (sachant que l'éducatif peut également rimer avec normalisation et mise au pas des individuEs).
- la soumission des services sociaux à une mission de flicage des individuEs, avec par exemple, l'obligation des éducateurs/trices à la délation et la transmission des dossiers à la police.
des pressions sur l'entourage familial avec les suspensions des allocations et en instaurant la responsabilité pénale des parents de « délinquantEs ».
- le développement des nouvelles technologies pour créer des outils de contrôle : vidéosurveillance (notamment dans les établissements scolaires), biométrie, bracelets électroniques, fichage ADN, etc. Le tout pour un « contrôle permanent ».
- la création de nouveaux délits, par exemple la pénalisation d'actes du quotidien comme le regroupement dans les halls d'immeubles ou la fraude des transports en commun, jusqu'à la mise en place de couvre-feux.
- une présence policière plus forte et plus agressive avec notamment les Brigades Anti Criminalité (BAC) harnachées de nouvelles armes high-tech, les contrôles aux faciès, les harcèlements constants, les bavures et «accidents» meurtriers couverts et cachés.

Il se pose la question de la déviance et de sa gestion
. L'état tient pour responsable les individuEs qu'il considère comme fautifs et les punit. Or, ce sont les conditions sociales, affectives, économiques qui construisent une personne, et ce sont ces conditions qui sont à questionner. Comment peut-on envisager de régler des problèmes en enfermant, brisant et torturant des individuEs ? Il s'agit d'une logique circulaire qui ne fait que perpétuer et accroître la violence. La prison instaure la punition en système, elle existe pour faire peur et préserver l'ordre établi. Elle est un supplice qui, malgré tous les discours de rénovation et de réformes, reste essentiellement dégradant et humiliant.

Il faut changer les conditions sociales, économiques, les modes de relation entre les gens plutôt que de punir les individuEs. Il ne s'agit pas de se conformer par la répression ou l'éducation aux normes actuelles, mais il s'agit bien de les changer. Là où règne la domination, nous préférons construire d'autres rapports entre les individuEs, par exemple s'attaquer au patriarcat qui entretient des schémas de soumission et de violence, et y substituer d'autres valeurs que l'homophobie et le sexisme à tous crins.

Les logiques de profit entérinent une image de la « réussite sociale » : posséder des biens matériels devient la condition nécessaire pour exister et faire partie de la catégorie des « gens bien ». Ces logiques transforment alors en «délinquantEs» celles et ceux pour qui il est impossible de posséder.

Ce qui est mis sous le terme de « délinquance »
s'avère parfois être un moyen de survie (les inévitables économies parallèles qui sont des moyens de faire face aux injustices et à la pauvreté: deal, vols, braquages...). Il s'agit parfois d'actes de violence contre d'autres (coups, racket, viols...) qui entraînent indéniablement des souffrances, mais que l'on n'empêchera pas en brisant psychologiquement les dits «coupables», et ce tant que cette société se structurera dans la compétition, l'autoritarisme, le machisme.

La « délinquance » n'est souvent que la manifestation de la colère et de l'opposition aux règles établies. Bon nombre de condamnations sont le résultat direct des violences et du harcèlement policier, face auxquels des réactions de défense ou de protection se transforment au tribunal en «outrage et rébellion».

Les émeutes d'octobre dernier ont par exemple traduit la révolte de celles et ceux qui sont parquéEs dans les cités, qui subissent la précarité, l'humiliation des services sociaux, le racisme, la hargne de l'état, tout comme celle des bonNEs citoyenNEs. Sachons nous montrer solidaires de celles et ceux dont la république ne veut pas plutôt que de les juger...

Agir…
Dans diverses villes, des collectifs se sont formés pour s'opposer à la construction et à l'existence des prisons. À Nantes, il existe déjà sur la question des mineurEs un collectif « anti EPM », qui a organisé des campagnes d'information et une manifestation sur le site. De manière complémentaire, il nous semble nécessaire d'utiliser des formes d'actions directes dans nos luttes contre l'enfermement. Occuper le site du futur chantier, c'est empêcher concrètement le démarrage des travaux. Occuper les arbres, c'est se mettre en travers des machines et obliger l'état à une expulsion coûteuse. Par ces modes d'action offensifs, nous voulons créér un rapport de force face à l'état.

Venez donc soutenir ou participer à cette action, discuter, prendre des infos (textes, journaux, affiches, etc.) en venant sur place !

Contact: [->of-fence@no-log.org]

----------

Documents pdf à télécharger, lire & diffuser :


- tract de l'occupation :
- Fugue en si mineur. À propos de la construction de prisons pour mineurs... :
- Pourquoi occuper le chantier d'une prison ? :

Pièces jointes

Report Pas de titre pour 4872

Report Pas de titre pour 4873

Report Pas de titre pour 4874

Commentaire(s)

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Bravo !

Solidarité !

Continuez vos combats !

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Il est presque 10h30 et les flics sont arrivés sur le chantier occupé.

Ils ne sont pas contents du tout et appellent du renfort.

Affaire à suivre...

Si vous le pouvez, rendez-vous sur les lieux, les renforts doivent arriver de tous côtés !

> hey...

...soutien / pensées...

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

les flics sont passés une deuxieme fois un tout ptit peu plus nombreux, on tenter de compter le nombre de personnes, ont posés des questions et sont repartis...

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Bon courage, les mecs , je suis avec vous(au moins en pensée, je suis loin de Nantes)!

> > A JL Mercier

Merci pour ton soutien...

Sache quand même qu'il n'y a pas que des mecs sur place mais aussi des meufs, et des ni l'un ni l'autre mais bien plus encore.

Sans rancune hein.

Bien à toi.

> > Traductions

Un feature pour www.indymedia.org est en préparation (pas la peine de faire le taf en double, quoi).

Voici les liens vers les traductions en espagnol, italien et anglais:



Relayez éventuellement "plus" que d'ordinaire sur vos sites respectifs...

Autres traductions bienvenues, bien sûr.

> > Ce qu'en dit Ouest-France via nantes.maville.com

"Nantes

20/02/2006 13:04:36

Orvault : opération coup de poing contre le futur Etablissement pénitentiaire pour mineurs

Une quarantaine de militants a investi tôt ce matin le chantier du futur Etablissement pénitentiaire pour mineurs (EPM), à Orvault. Des militants qui refusent de dévoiler leur identité, mais qui n'appartiennent pas au "collectif anti-EPM". Certains d'entre eux occupent symboliquement les arbres. La police est sur place, elle devrait les déloger dans la journée. Le gouvernement a annoncé la création de sept Etablissements pénitentiaires pour mineurs en France d'ici fin 2006."

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Je ne peux m'empêcher de mettre ça en lien avec un autre phénomène actuel : la demande d'une détection dès le plus jeune age ( 3 ans !) des futurs "délinquants"

"{Le gouvernement prépare actuellement un plan de prévention de la délinquance qui prône notamment une détection très précoce des « troubles comportementaux » chez l'enfant, censés annoncer un parcours vers la délinquance. /.../

_ Les professionnels sont invités à repérer des facteurs de risque prénataux et périnataux, génétiques, environnementaux et liés au tempérament et à la personnalité. Pour exemple sont évoqués à propos de jeunes enfants « des traits de caractère tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme » et la notion « d'héritabilité [génétique] du trouble des conduites ». Le rapport insiste sur le dépistage à 36 mois des signes suivants : « indocilité, hétéroagressivité, faible contrôle émotionnel, impulsivité, indice de moralité bas », etc. /.../}"

_ [!]le lien spip suivant n'a pas ete importe correctement dans oscailt: 7617] - [Signer la pétition [!]

> Nouvelles du soir

Pouf pouf, l'occupation tient toujours, les gens se préparent à dormir là-bas, et le renforcement des cabanes (dans les arbres) et du camp (au sol) continue.

Pas mal d'officiels divers et variés sont passés pour réclamer des précisions, des informations, des engagements, ... comme d'hab' quoi. Pas de présence policière forte, autre que des caisses qui tournent et les inévitables RG/sûreté générale.

Vu que p't'être les keufs pourraient être tentés de faire quelque chose demain, et ben y'a besoin de monde à partir de six heures du mat' demain si vous pouvez, avec possibilité de dormir sur place, de bouffer avec les occupant-e-s, de lire des brochures/textes/livres, de jouer aux cartes, de discuter, de differ des tracts ... Plus on sera nombreuxes, plus on rira, n'hésitez donc pas à faire tourner l'info.

Normalement, y'a d'autres infos qui passeront sur ce site à des moments, alors viendez jettez un oeil quand vous avez du temps.

> Soutient

Bravo! Courage! Tenez bon! LACHEZ RIEN!!

(On essaie de motiver du monde, mais depuis le sud, c'est chaud)

A bientôt j'espère.

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

pas de nouvelle?

tenez nous au courrant pour demain matin on essaira d'être un maximun

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

pour l'instant rien de neuf, mais n'hesitez pas à y aller des maintenant...plus tot il y aura du monde mieux ca sera...

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

J'ai cru entendre à la radio qu'ils annulaient le projet d'epm, vous aviez raison ça marche la communication non violente.

Comme le dit La brigada fleury michon! Héro et martyr!.....

Moi demain j'occupe la mairie pour demander la disparition de l'état alors si vous voulez vous joindre a moi, car je devrai me faire expulser vite fait... mais si on est assez nombreuses peut-être qu'on déclenchera une révolution...

Bon à part ça maintenant que vous êtes la bas j'espere quand meme que vous tiendrez le coup quelques jours. SI Si je le pense.

Pas Tant pour le Symbol(donc je me tape) mais pour rentabiliser, les guaranas et les Kilos-heures de réunions.

> > Chantier de l'EPN d'Orvault : Début d'expulsion ?

A 7h50 du matin ce mardi 21 février, des dizaines de flics anti-émeutes sont arrivés sur place...

CRS ou gardes mobiles, ils sont très nombreux et ont pour but d'expulser tout le monde du chantier.

Rendez-vous sur place pour empêcher l'expulsion (ou au minimum soutenir les occupant-e-s sur place).

Faites tourner l'info (appelez-vos ami-e-s) et hop hop on y va !

> > Expulsion en cours... Solidarité !

Il est 8h25 ce matin du mardi 21 février, tou-te-s les occupant-e-s AU SOL (pas celleux qui occupent les arbres) ont été repoussé-e-s à l'extérieur du chantier.

Rejoignez-les (ainsi que toutes autres personnes venues soutenir / aider / résister) A L'ENTREE DU CHANTIER.

> Popopop

ca fait tout chaud au coeur de réentendre parler d'occupation dans les arbres, ça a l'air parti pour pas durer aussi longtemps mais bon on sait jamais....

Fuuuul Chantier

Ni Ayrault, Ni Prison, Autogestion

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

salut,

vous avez tout le soutien des militant;e;s anars de bordeaux, on diffuse l'info et p'têt que certain.e.s pourront vous rejoindre.

bon courage

> Réunion publique mercredi 22 à B17

Ouais, pour informer sur ce qui se passe, faire se rencontrer les gens et aussi causer de cette lutte contre l'EPM d'Orvault, les occupant-e-s organisent une réunion publique à B17 (17 rue Paul Bellamy) à partir de 20h30. Viendez nombreuxes si ça vous branche, et faîtes tourner.

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Bon courage, j'essaie de trouver du monde à nantes pour vous soutenir. Les prisons disparaîtront un jour, ce jour, vous nous en rapprochez.

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

salut,

samedi on va de Bordeaux à Lannemezan soutenir la ibération d'un militant d'action direct qui a fait une demande de mise en liberté conditionnelle. on differa vos tracts. bon courage

Telma bordeaux

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

ouais, ben nous on vous suit de loin, on vous regarde dans les arbres, on se dit peut etre cet été on viendra vous rejoindre avec la caravane et un plan de piscine aérienne, ou des jeux de dance floor d'accrobranche...

bon courage, et on vous fait une véritable haie de révérence du dauphiné au pays nantais

parceque vous en valez la peine.

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

Deux commentaires ont été supprimé ici pour propos insultants et sans lien avec le projet Indymédia Nantes.

Ils sont visibles ici :

Tchiqi du collectif indymedia Nantes.

> > Occupation du chantier d'une prison pour mineur-e-s

http://www.alasbarricadas.org/noticias/?q=node/2244

En bas du lien un commentaire que je colle là. Est-ce vrai? comment vont les personnes présentes, je regrette de devoir aller si loin pour trouver des infos sur l'action menée...

> > Réponse à dstroykpital

Lors de l'expulsion des arbres, des keufs avaient des tazers, mais a priori aucun d'entre eux n'en a fait usage.

Quant aux occupant-e-s des arbres, illes en ont été expulsé-e-s par le GIPN puis ont passé quelques minutes au commissariat central avant d'être relâché-e-s après un bref contrôle d'identité...

Plus d'infos tu sais où... sur ce site même !

> réponses à tous ces beau parleurs

Allez dire ce que vous penser à ceux qui ont été victimes de ces mineurs. Ils vous diront:"Certains méritent vraiment d'être en prison".