Rennes : flics violeurs assassins

Mis a jour : le mardi 25 mai 2021 à 11:32

Mot-clefs: Répression lutte étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: Rennes

Partage du témoignage de la personne interpellée et emmenée en GAV

(VOIR IMAGES CI-JOINTES) (via Bréquigny mobilisé : https://www.instagram.com/brequistance/ ) (21.05.2021)

---

Des choses très graves sont arrivées ce vendredi 21.05.2021 au matin, à Rennes, au lycée Bréquigny.

Vers 7H30 :
Des lycéen-nes en lutte ont tenté de bloquer le lycée pour la cinquième journée consécutive, dans le cadre de la mobilisation Bac Noir, pour un bac égalitaire.

Iels étaient assez peu nombreux-ses à 7h30, pour ramener de quoi barricader la grille principale. Une quinzaine tout au plus.

En face, deux camions de la Police Nationale. Et une douzaine de flics.

Les camions ont chargé les lycéen-es qui ont dû fuir. Deux personnes, mineurs, ont été interpellées, agressées physiquement, l'une subissant des réflexions humiliantes, sexistes et libidineuses, l'autre des menaces de viol.

Des photographes ont également été intimidé-es et repoussées violemment alors qu'iels tentaient de filmer et photographier ce qui arrivait.

L'administration du lycée, qui a elle-même appelé la Police, assistait en retrait, sans réagir, et ont ensuite feint de ne rien avoir vu ou entendu, alors que des gens à plusieurs centaines de mètres ont entendu les cris.

---

Quelques Street Medics ont assisté à ces horreurs. Nous croyons ces personnes. Et nous les soutenons sans faille.

---

voir aussi l'article de Révolution Permanente à ce sujet : https://www.revolutionpermanente.fr/Repression-a-Rennes-la-police-accusee-de-menaces-de-viols-et-d-attouchement-par-des-lyceennes

1-medium

2-medium

3-medium

4-medium

5-medium

6-medium

7-medium

8-medium

RENNES : FLICS VIOLEURS ASSASSINS (suite - images n°6 & 7)

Partage du témoignage d'un-e photographe présent-e sur place VIDÉOS EN COMMENTAIRES
(publication : https://www.instagram.com/p/CPLDCgPgFCD/ )
(via : https://www.instagram.com/oph_chz)(21.05.2021)

---

BILAN de la répression au lycée Bréquigny (21.05.2021)

On parle de trois interpellations :
- une personne interpellée très violemment, coup de poing avec gant coqué dans la mâchoire, intimidations sexistes ; emmenée en GAV (voir témoignage)
- une personne interpellée, clef d'étranglement, propos racistes, menace de viol ("Si je revois ta gueule, je te viole.") ; relâchée après contrôle d'identité (voir témoignage)
- [ pas d'indication sur la troisième personne interpellée ]

Blessures :
- une personne avec des coupures à la main
- une personne avec des coupures à la main, nécessitant deux points de suture ; conseil d'aller aux urgences ; (la personne y est allée et a été suturée)
- une personne avec des coupures légères à un doigt
- prise en charge d'une personne ayant fait un malaise

De nombreuses personnes psychologiquement choquées par la brutalité policière et les témoignages des victimes

---


RENNES : FLICS VIOLEURS ASSASSINS (suite 3 - image n° 8)

Partage du témoignage de la seconde personne interpellée(21.05.2021)

La personne concernée nous a directement envoyé son témoignage, identique à sa prise de parole devant le lycée quelques dizaines de minutes après les faits.

Elle a tout notre soutien.

Les coupables policiers ne doivent pas rester impunis. Ce qui est arrivé est beaucoup trop grave. On parle de deux personnes MINEURES menacées de viol et agressées sexuellement le même jour par des flics de la Section d'Intervention. En rappelant que la veille, un agent de la BAC a lâché des injures sexiste à l'encontre d'une lycéenne.

La Police est sexiste, LGBTIphobe, raciste, violeuse.

Link_go https://www.facebook.com/action.street.medics.rennes/

Commentaire(s)

> Communiqué intersyndical sur la répression à l’encontre des lycéens et lycéennes

Depuis trois semaines, des lycéen.ne.s se mobilisent et bloquent leurs établissements.

Ces lycéen.ne.s réclament l’annulation des épreuves de fin d’année du baccalauréat et la validation de leurs diplômes par le contrôle continu comme cela avait été le cas l’an dernier en raison du contexte sanitaire.

Les élèves ne font que réclamer une prise en compte du contexte dégradé de leur scolarité dans la perspective de l’obtention du baccalauréat mais notre institution fait le choix de criminaliser leurs actions par un recours systématique aux forces de l’ordre.

Ce vendredi 21 mai, la tension est encore montée d’un cran au lycée Bréquigny et a atteint un niveau inacceptable. Alors que les élèves étaient rassemblé.es devant leur lycée, une élève a dû faire face à une interpellation brutale : pour avoir déplacé une poubelle, elle a été plaquée contre un arbre, frappée au visage, arrêtée, menottée et mise en garde à vue.

Ces derniers jours, nous avons constaté que la police n’a pas hésité à faire usage des matraques et gaz lacrymogènes à l’encontre de ces jeunes.

Nous dénonçons la répression policière dont ces lycéen.nes font l’objet.

Alors que nous réclamions des recrutements massifs de personnels et des aménagements des programmes, le ministre est resté sourd à nos revendications et est donc l’unique responsable du renforcement des inégalités scolaires et du mécontentement lycéen.

Nos organisations syndicales continuent de revendiquer l’abrogation de la réforme Blanquer du lycée et de son baccalauréat inégalitaire.