Attaque d'un véhicule de la SNCF en solidarité avec les révolté.es des CRA

Mis a jour : le jeudi 11 mars 2021 à 22:39

Mot-clefs: Racisme Répression / prisons centres de rétention
Lieux:

Nous avons spontanément attaqué une voiture électrique de la SNCF à Monteruil. Nous avons taggué "SNCF collabo" et "Stop déportation refugees welcome" sur les portes du véhicule puis nous avons cassé son pare brise avant pour être sûr.es qu'elle soit immobilisée le jour d'après.Nous avons ciblé la SNCF parce que nous savons qu'elle participe à la machine à expulser que met en place l'Etat et ces entreprises collabos.

La semaine dernière nous avons spontanément attaqué une voiture électrique de la SNCF à Monteruil. Nous avons taggué "SNCF collabo" et "Stop déportation refugees welcome" sur les portes du véhicule puis nous avons cassé son pare brise avant pour être sûr.es qu'elle soit immobilisée le jour d'après.

Si nous avons ciblé la SNCF c'est parce que nous savons qu'elle participe, entre autres, à la machine à expulser que met en place l'Etat et ces entreprises collabos.
En effet, la SNCF, à travers ses contrôles réguliers dans les trains, en profite pour livrer aux services de la PAF (police aux frontières) les personnes qui n'ont pas de papiers ou pas les bons papiers. La PAF va ensuite soit directement raccompagner ces personnes à la frontière ou les envoyer en CRA (centre de rétention administrative). Les CRA sont des prisons où l'Etat enferme des personnes qu'elle considère comme indésirables, des personnes sans titres de séjour, en vue de les renvoyer dans leurs pays d'origine. Les retenu.es.s (les personnes enfermées dans les CRA) peuvent rester jusqu'à 90 jours en attente d'une décision de justice.

On ne peut pas rester indifférent.es face à la présence aussi tangible d'une telle entreprise de merde dans nos quartiers. Et sachant tout cela, il aurait même été abberrant de ne pas l'attaquer, vous en conviendrez.

Notre attaque est en soutien direct avec les retenu.es.s dans les CRA et notamment les sept personnes inculpées suite à la révolte récente au CRA du Mesnil Amelot. Face à la prolongation de la détention d'un retenu ayant déjà dépassé les 90 jours, deux bâtiments ont été cramés. Les personnes accusées sont passées en procès vendredi dernier et ont écopé de peines entre 4 et 16 mois de prison ferme.

Feu aux CRA et aux prisons! Liberté pour toustes! Solidarité avec toustes les enfermé.es.s de ce monde qui fout la rage!

 

Commentaire(s)