Comité de soutien rennais aux inculpé.e.s du 8 déc. - Discours du 16 Janvier à Rennes

Mis a jour : le jeudi 21 janvier 2021 à 13:21

Mot-clefs: anti-repression
Lieux: Rennes

Voici tout le discours lu à Rennes lors de la manifestation du 16 Janvier. Merci de le diffuser un maximum afin d'aider à faire connaître cette nouvelle affaire antiterroriste où les services de renseignements accusent des personnes d'intentions-sans-projet !

Il faut briser le silence pour attaquer cette qualification de terrorisme, réclamer les libérations de ceux détenus en prisons préventives et l'arrêt des poursuites !

Bonne lecture :

139578086_105148528232515_5993104568587481269_n-medium

Bonjour,

moi je viens vous parler d’anti-terrorisme. Ou plutôt, je viens poser cette question : (avec l’antiterrorisme), qui terrorise qui ? Le 8 décembre dernier, 9 personnes ont été la cible d’une opération politico-policière. L’une d’entre elles est l’amie de beaucoup de gens ici. Je parle au nom du comité rennais de soutien aux inculpé.es du 8 décembre.

A l’heure actuelle, parmi les 9 personnes arrêtées, 2 ont été libérées sans suite, 2 sont sous controle judiciaire (pointer tous les jours au comissariat), et 5 en détention provisoire. Voilà, alors déjà, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que 5 personnes sont en prison pour présemption d'intention ! Yels sont donc éparpillé-es dans differentes prisons en région parisienne, mais pas n’importe comment : ce sont des DPS « détenu.es particulièrement surveillées », comme si elles menaçaient de faire fondre les institutions étatiques avec un regard bien placé. Ça serait presque drôle, si ça n’était pas si déshumanisant et violent. La perquisition était violente : 6h du matin, tout le monde menotté, plein de trucs cassés dans les maisons, molosses du RAID et de la DGSI… La garde à vue, à Levallois perret, était violente : pendant 4 jours sous des néons non stop, sans plus aucune notion du temps, pour mettre bien à l’aise lors des interrogatoires de 6h par jour à base de « Qu’est-ce que vous pensez de la République ? ». Ces méthodes sont dignes de la « torture blanche ». Donc soit dit en passant, on peut considérer que tout ce qui sortira de ces 96h est nul et non avenu, car ce sont des aveux sous la torture.

Le premier mois de détention était violent : placée à l’isolement, pas le droit de faire des vraies promenades, réveillée toutes les 2h la nuit, blocage des lettres que ses proches lui envoient… Enfin, le début de la médiatisation était violente : des informations ont été divulgués sur leur vie privée comme leurs lieux d’habitation, leurs descriptions physique et leurs modes de vie, et aussi des informations de leur entourage, ce qui les met en danger ! L’entourage d’ailleurs est placé sous haute surveillance car le dossier est toujours en instruction. Et il y a eu d’autres perquisitions depuis. Tout cet arsenal déployé pour piétiner des personnes, c'est tout cela qui terrorise. On espère que le traumatisme de nos ami.es ne sera pas trop profond, et on leur envoi tout l'amour et le courage qu’on peut.

Ces 7 personnes sont accusées « d’association de malfaiteur en vue d’actes terroristes criminels » : cela veut dire qu’aucun fait répréhensible par la loi ne leur ai reproché. Elles sont simplement suspectées d’avoir l’intention de nuire à la police, ou à l’armée peut-être… Mais sur le projet lui-même, c’est plutôt très flou, voire creux. En fait il n'y a pas de projet. Les renseignements préfèrent laisser libre cours à l’imagination du public : « ultragauche », « bombes artisanales », « armes », « retour de zone de guerre »... Les journalistes adorent, et reprennent sans broncher, voire pour ceux de droite font un peu de zèle : la peur, c’est leur crédo. On apprend dans le Point que ce sont certainement des grandes menaces pour la Nation puisque l’un des inculpé.es est artificier à Disneyland et s’occupait de la parade de la Reine des Neiges. On parle aussi d’une association de Air Soft (c’est du paint ball) et de produits ménagers pouvant servir à la fabrication d’explosifs, comme de l’acétone. Alors, terrifié.es ?!? Ils aimeraient nous faire croire à une milice qui se monte pour attaquer la police. Ils ont fait ce qu’ils ont pu, mais bien franchement, je ne pense pas qu’un Etat et ses institutions puisse être terrorisé par tout ça... D’ailleurs, en décembre dernier une personne a tué 3 gendarmes dans le Puy-de-Dome, en leur tirant dessus. Les médias l’ont sobrement appelé un forcené. Mais des personnes qui n’ont commis aucun acte violent, elles, peuvent être appelées des terroristes ! Ce qui prouve que cette qualification n’a rien à voir avec la gravité des actes, mais avec les convictions politiques qui sont associées aux personnes. Et surtout, avec ce qui sert les intérêts du moment.

Car, ce qui leur vaut un tel traitement par les services antiterroristes, c’est qu’ils et elles auraient tenu des propos critiques à l’égard de la police. Voire auraient exprimé une colère à l’encontre de cette institution. Ça faisait 9 mois que les renseignements généraux les écoutaient pour guetter ces paroles, et ils ont dû être vraiment vexé.es de ce qu’ils ont entendu. Ecoutez la réaction d’Eric Ciotti, un député républicain :

« Des terroristes d’extrême gauche voulaient s’en prendre à des policiers ! Ils s’attaquent à l’uniforme de la République qui est le dernier obstacle à leur dictature et leur soif de chaos » C’est bien tenté Eric, mais je ne crois pas que beaucoup de gens voient en ce moment la police comme un bouclier qui nous protège de quoi que ce soit, et certainement pas d’une dictature… C’est pour le moins audacieux et surtout très utile de dire ça dans ce contexte où « Tout le monde déteste la police ». Dans ce contexte où les violences policières ont été bien visibilisées par les mouvements écolos, puis par le mouvement des Gilets Jaunes, puis par le mouvement international Black Lives Matter, et bien sûr par toutes les familles qui réclament depuis des années justice et vérité pour leurs proches tués par la police. Vous connaissez peut-être Awa Gueye dont le frère Babacar a été tué en 2015 par la BAC à Rennes, ou Assa Traore qui réclame justice pour son frère Adama assassiné en région parisienne... La liste est longue, trop longue, et à chaque fois, la justice couvre les mensonges de la police. Ces mouvements sociaux successifs et ces luttes de fond ont permis de dénoncer un système répressif en roue libre, hors contrôle, et très raciste. Et si on ajoute à ça le contexte actuel de la lutte contre les lois de sécurité globale, qui choquent vraiment beaucoup de monde, justement parce que ça a à voir avec une dictature… En tout cas, ces arrestations participent à la sensation d’insécurité et à la confusion qui règne en ce moment et elles portent ce message : « Si vous critiquez la police, on peut vous mettre en taule, sans procès ! »

Tout ça vous rappelle sans doute l’affaire Tarnac, qui a démarré en 2008. C’est vrai que les ingrédients sont similaires : une situation politique tendue, un mouvement social profond, une volonté gouvernementale de le criminaliser, 9 militant.es de gauche attrapé.es pour la création d’un ennemi intérieur qui justifierait des lois sécuritaires : c'est vraiment des affaires qui tombent à pic !! Dans les 2 dossiers, il manque « juste » des actes illégaux. Les inculpé.es de Tarnac ont été innocenté.es (beau fiasco, il faut le souligner). L’affaire tout juste clôturée, la voie est libre pour faire à nouveau planer la menace de la condamnation de militant.es pour terrorisme ! Mais l’affaire de dite de Tarnac a duré 10 ans, et la détention provisoire qu’ont subi les inculpé.es vient d’être reconnue comme abusive. Elle l’est aussi pour les inculpé.es de l’affaire dite « de la Reine des Neiges » : la détention provisoire existe juridiquement comme une mesure d’exception, il est inadmissible d'en systématiser l'usage ! Nous réclamons la mise en liberté immédiate des 5 camarades écroué.es sans raison ! Il faut d’ailleurs que cesse immédiatement l’usage systématique de la détention provisoire, des GAV, des nasses, tout cet arsenal de privation de liberté utilisé abusivement dans le seul but d’intimider.

Nous appelons à la création de comités de soutiens partout où des gens se sentent touché.es par cette affaire qui tombe à pic. Les comités de soutiens à l'affaire Tarnac peuvent se remonter et nous rejoindre, fort.es de leur victoire, ça va nous faire du bien ! On a besoin de faire du bruit par tous les moyens, on a besoin de solidarité, et on a besoin de fric pour les avocat.es. Il y a des comités qui se créent déjà à Toulouse, à Amiens, à Rouen, à Morlaix, à Rennes, à Paris, à Tarnac ! Pour tout ce que vous avez envie de faire, nous vous encourageons à les prévoir la première semaine de février, car toustes les inculpé.es passeront devant le juge d'instruction cette semaine : ça sera le moment de faire un max de bruit !!! Profitons de pas être confiné.es ! Vous pouvez nous trouver sur facebook sur la page « comité de soutien rennais aux inculpé.es de l’affaire de la Reine des Neiges »

Je voudrais terminer avec le souvenir d’une prise de parole d’Awa Gueye lors du rassemblement contre les lois sécurité globale à Rennes le 19 décembre. Awa Gueye est une femme noire qui lutte contre contre violences policières et l’impunité de la police. Malgré la pression qu’elle subit dans cette lutte et malgré le contexte politique inquiétant, elle a dit haut et fort ce 19 décembre qu’elle n’avait pas peur, qu’elle ne se laisserait pas intimider. Peu importent les déclarations comme celle de M. Cahn « je serais à la place des gamins qui militent à l’ultragauche je ferais attention à moi dans les mois à venir » : ça ne va pas suffire à nous faire peur, et surtout pas à nous faire taire. Le courage et la détermination qu’Awa Gueye diffuse, et celles de toutes les personnes qui résistent à la machine judiciaro-policière, sont plus fortes. Elle nous inspirent. nous savons qu'elles inspirent notre camarade inculpée, qu'elles traversent les murs qui l'enferment pour l'aider dans cette épreuve. Pour elle, pour toutes les personnes victimes de cette répression étatique : ne nous laissons pas intimider, ne nous laissons pas anti-terroriser, et continuons à résister ! On se retrouve début février.
Merci.

Link_go https://www.facebook.com/Comit%C3%A9-de-soutien-rennais-aux-inculp%C3%A9es-du-8-d%C3%A9cembre-101138728633495/

Commentaire(s)

> nous y voila !

Ouais ça fait penser à l'affaire tarnac, mais surtout en raison des discours de merde que vous faites sortir, l'innocentisme y est omniprésent. Oui l'état est violent, bordel, et puis quoi, cessez de faire vos victimes. Putain on comprend même pas si cette ligne déguelasse est souhaitée par les personnes incarcérées. Sinon c'est gravissime de prendre ce virage. Avez vous imaginé qu'ils puissent souhaiter afficher une attitute conflictuelle vis à vis de l'etat ? Quand il s'agit d'antiterro la récupération n'est pas loin.

> Ca ne parle pas comme toi

Dans le texte je ne vois pas de soutien à l'état.
Tout le monde ne peut pas adopter la ligne "Ni coupable, Ni innocent".
Ce n'est pas parce que ce n'est pas comme ta stratégie que c'est de la merde.

> Quelle récupération?

Depuis le début de cette affaire on assiste à un double discours: d'un côté les organisateurs revendiquent un acte politique, de l'autre des défenseurs comme le syndicat SUD parlent d'une simple fête "pour faire danser" et affirment je cite: "Nous sommes surpris des mauvais services de renseignements dont ces vieux croutons disposent, à moins que ce ne soit une utilisation politicienne de l’évènement. En effet, les participants à ces « teufs » sont en très grande majorité des jeunes gens et jeunes filles très intégrés dans la société, peu politisés et peu revendicatifs." https://nantes.indymedia.org/articles/54620
L'objectif déclaré de ce syndicat étant de soutenir la réouverture des théâtres cinémas et autres lieux de culture. Sur ce dernier point, il semble qu'une expérience ait démontré qu'un concert pouvait avoir lieu dans des conditions normales, sans distanciation sociale mais avec masques et lavage des mains. En vue de la démonstration tous les participants avaient été testés négatifs et tous avaient accepté de porter des masques. Et bien sûr tous sans exception ont accepté d'être testés plusieurs semaines plus tard.
Si tous les participants à la rave avaient accepté de porter un masque et d'être testés après coup, aurait-on pu lever les craintes de contaminations? A cause de ces poursuites pénales on ne le saura jamais, qui prendrait le risque d'être sanctionné de la même manière?

> @ L

Faut peut être lire l'article avant de commenter.
Il ne s'agit ici pas du tout de la free party du 1er de l'an mais des arrestations de 9 personnes le 8 décembre, dont 7 inculpés, 5 en détention provisoire, pour soit disant être suspectées d’avoir l’intention de nuire à la police.

> oups

Oui je me suis trompée de message je croyais répondre aux soutiens à cette rave party...
Reste que c'est toujours un dilemme, quand des militants sont mis en examen et qu'on sort de la défense abstraite difficile de revendiquer des intentions politiques qui pourraient alourdir leur peine.