Angers: un groupe de néo-nazis attaque l'Etincelle

Mis a jour : le jeudi 21 janvier 2021 à 13:32

Mot-clefs: Répression antifascisme
Lieux: Angers

Durant le week-end du 8 au 11 Janvier, (aussi marqué par la mobilisation contre les expulsions et le droit au logement) c'est le local de l'Etincelle qui a cette fois été victime d'un groupe d'extrême droite.

Ce local qui a longtemps servi de lieu de rencontre, de partage et épicentre d'évènements solidaires a subi d'importantes dégradations.

J1gq8kwy-medium

Ce groupe a alors revendiqué la destruction de nombreux stickers antifascistes, des affiches, ainsi qu'un véritable autodafé des livres (ensemble de livres brûlés renvoyant à la pratique nazie répandue en Allemagne dès 1933).

Les photos relayées sur les réseaux montrent très clairement des "militants" qui s'identifient comme "nationalistes d'Angers" cachant leurs visages par un totenkopf (tête de mort portée sur l'uniforme des soldats SS), l'un deux arborant le fameux Sieg Heil (salut nazi).

L'association Etincelle, qui occupe les locaux en partenariat avec la Ville d'Angers a déposé plainte auprès du commissariat.

Car le fascisme est le reflet des pires cauchemars de notre passé et de notre futur. Nous ne céderons pas à la peur qui les pousse à brûler ce qu'il nous reste de culture et de solidarité, dernier remparts à la haine et la faiblesse d'esprit.

Source Média : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/angers-un-groupe-nationaliste-revendique-le-saccage-d-un-local-associatif-d-extreme-gauche-7124444

Link_go https://www.facebook.com/angersluttesinfos/posts/115198050486361

Commentaire(s)

> L’extrême droite montre (une nouvelle fois) son vrai visage

Une fois encore notre local l’Étincelle a été victime d’une agression lâche de la part de l’extrême droite. Dans le week-end du 8 au 11 janvier une intrusion a eu lieu dans notre local. Des fenêtres ont été cassées et du matériel a été volé et dégradé. Cette « action » a été revendiquée sur le groupe Ouest casual un « média » fasciste viriliste, masculiniste, ultra violent très prisé par l’extrême droite radicale en France et en Europe.

Les symboles sont forts. Des livres ont été brûlés en autodafé. Vous lisez bien, ces dignes descendants du nazisme ont brûlé des livres dans notre jardin. Et la présence sur leur photo du tristement célèbre crâne de la Waffen-SS et d’un salut nazi ne fait que renforcer cette filiation assumée. Inutile de dire à quel point cette action nous donne la gerbe et renforce notre envie de nous battre ici et maintenant contre cette extrême droite nauséabonde que beaucoup ont jeté bien trop rapidement dans les poubelles de l’Histoire.

Cette action s’inscrit plus globalement dans un contexte angevin délétère où l’extrême droite prend de plus en plus confiance. Depuis plusieurs années on ne compte plus les agressions, les dégradations, les menaces en direction de tous les lieux et toutes les personnes qui ont le malheur de ne pas avoir la bonne couleur peau, pas les bonnes idées politiques, pas la bonne orientation sexuelle. Nous nous étonnons d’ailleurs de la complaisance de la justice à leur égard. Il y a quelques jours encore deux militants de l’Alvarium étaient relaxés pour des faits de violence (pourtant filmés par des passants). Quand le local d’extrême droite l’Alvarium revendique la création d’une salle de sport dans le centre-ville d’Angers nous ne pouvons qu’être encore plus inquiet·es pour la suite. Inquiet·es mais aussi déterminé·es à leur barrer le passage par tous les moyens à notre disposition.Et si nous avions un doute sur son positionnement politique plus que complaisant, la mairie, pourtant propriétaire du local, ne semble pas vouloir bouger le petit doigt face à de tels actes.

Aujourd’hui même nous apprenons que les autorités locales ont décidé d’expulser la réquisition de la Grande Ourse. Ces gouvernants sont plus prompts à des personnes à la rue en plein hiver que de prendre position contre l’extrême droite. On a les combats qu’on mérite. Soutien total et indéfectible à la Grande Ourse.

Plus que jamais à l’Étincelle comme ailleurs, nous ne baisserons pas la garde. Il est grand temps que nous prenions conscience du danger que représente cette extrême droite dans notre ville. Il est grand temps de s’occuper de l’extrême droite avant qu’elle s’occupe définitivement de nous.

La solidarité est notre arme.

https://etincelleangers.wordpress.com/2021/01/21/lextreme-droite-montre-une-nouvelle-fois-son-vrai-visage/

> Nouvelle attaque fasciste contre l’Étincelle

Dans le week end du 8 au 11 janvier, le local de l’Étincelle, autogéré par plusieurs groupes et collectifs dont l’Union communiste libertaire 49, a été attaqué par des militants d’extrême droite. Ces derniers ont cassé plusieurs fenêtres du bâtiment pour s’y introduire, voler du matériel (notamment une partie de celui de notre organisation), avant de brûler des livres (!) dans le jardin, d’endommager du mobilier et de lancer de la peinture sur la façade. Ils ont ensuite revendiqué leur attaque sur les réseaux sociaux. On les voit notamment poser sur une photo avec leur butin, têtes masquées par des crânes de la Waffen-SS, et faisant un salut nazi. La symbolique est forte et nous montre une fois de plus le vrai visage de l’extrême droite qui se développe depuis plusieurs années dans notre ville, ainsi que le danger qu’elle représente pour toutes celles et ceux qui luttent pour l’émancipation de notre classe sociale, des travailleurs et travailleuses, et des minorités discriminées et exploitées. Mener un combat spécifique contre l’extrême droite est pour nous une nécessité. Un combat large, social et populaire.

http://unioncommunistelibertaire49.fermeasites.net/spip.php?article80

> Expulsion et attaque nazie : Angers, la ville où il fait bon vivre

Le jeudi 21 janvier 2021, en plein hiver, les forces de l’ordre et la préfecture ont procédé à l’expulsion de la Grande Ourse, un lieu militant et solidaire. Elle hébergeait de nombreuses personnes sans abris, des étudiants, des travailleurs pauvres…

Le jeudi 21 janvier 2021, en plein hiver, les forces de l’ordre et la préfecture ont procédé à l’expulsion de la Grande Ourse, un lieu militant et solidaire. Elle hébergeait de nombreuses personnes sans abris, des étudiants, des travailleurs pauvres… Les questions de pauvreté, d’égalité, de solidarité, étaient au centre des actions menées par ses militants, ils-elles organisaient d’ailleurs régulièrement des maraudes pour distribuer de la nourriture aux personnes à la rue. Les gens de l’extérieur pouvaient aussi s’y retrouver, il y avait régulièrement des événements culturels, projections de films, débats… Mais quel est donc le problème, à l’heure où les étudiants à Angers font face à une pénurie de logement, à l’heure où la crise du covid-19 plonge dans une misère une part de plus en plus importante des jeunes travailleurs-euses ? Le problème c’est que ces militant-es tiennent un discours politique, que par l’occupation d’un bâtiment inutilisé la sacralité de la propriété privée a été remise en cause. Ça c’est inacceptable, on ne remet pas cela en cause, surtout quand cette remise en cause profite à des gens qui ne comptent pas s’en servir à des fins capitalistes, surtout quand cela profite à des gens prônant des valeurs autres que la concurrence et l’enrichissement financier individuel. Donc voilà la préfecture va rendre le magasin de meuble à son propriétaire légitime sur le plan légal. Il va pouvoir y remettre des lits où personne ne dormira jamais ou faire d’autres projets lui permettant de gonfler un peu plus son capital.

Ce mois de janvier, est un mois bien triste pour la gauche angevine. La Grande Ourse est expulsée après le saccage d’un local associatif par les nazillons déjà bien connus et impunis quelques jours auparavant. Les cibles de la préfecture et de l’extrême droite sont les mêmes, ce sont ceux qui prônent d’autres valeurs que celle de la bourgeoisie capitaliste et de ses élites, ce sont ceux qui mettent en avant la solidarité, l’égalité et le droit à une vie digne qui sont victimes de ces violences. La différence est que la première agit sous couvert de légalité, l’autre comme les milices dont l’Europe garde un sombre souvenir. La mairie n’a même pas réagit alors que le saccage de ce local dont elle est propriétaire a bien été revendiquée par l’extrême droite tout en mettant en avant la « totenkopf » symbole des sinistres SS durant la seconde guerre mondial. Voilà où nous sommes rendus à l’heure actuelle, la mairie d’Angers ne réagit pas quand des fanatiques nazis mettent à sac un local municipal prêté à des associations. D’un autre côté ces fascistes occupent un autre bâtiment public, la mairie ne fait rien. Ils saccagent un local associatif, la mairie ne dit rien. La droite traditionnelle est en train de prendre un chemin bien inquiétant, en laissant faire l’extrême droite, elle se rend complice de ses agissements.

En période de crise sanitaire, la mairie d’Angers, mais aussi l’Etat, ont fait un choix fort. Réprimer les militants-tes qui proposent des alternatives à leur fonctionnement dogmatique, concurrentiel, où les travailleurs et les travailleuses sont considéré.e.s comme une charge pour le patronat capitaliste, où les travailleurs et les travailleuses privé.e.s d’emploi par cette bourgeoisie qui organise le chômage de masse sont montré.e.s du doigt comme des fainéants. Nos institutions et la droite de pseudo-opposition reprennent à leur compte les thématiques chères à l’extrême droite ainsi que certaines de ses théories conspirationnistes comme « l’islamo-gauchisme », qui fut jadis le « Judéo-bolchevisme ». Puis il la laisse s’organiser en milice et s’en prendre à des locaux associatifs en fermant les yeux. Mais c’était l’expulsion de la Grande Ourse la priorité, l’hiver et la crise sanitaire ça ne compte pas. Les personnes à la rue, ça ne compte pas…

LE LOGEMENT EST UN DROIT PAS UNE MARCHANDISE !

> La police traque la solidarité, pas les nazis

Le jeudi 21/01, la police nationale, en plein cœur de l’hiver, expulsait l’auto-réquisition de la Grande Ourse. Elle jetait à la rue la grosse dizaine de personnes qui y logeaient encore. Ce matin, au lendemain de l’expulsion, la police est venue à l’Etincelle, lieu culturel et alternatif auto géré depuis 23 ans, pour le sécuriser, craignant que la Grande Ourse ne viennent occuper le lieu (sic).

On a alors assisté à un déploiement des plus conséquents des forces du désordre, une vingtaine de flics se mettant à « protéger » le lieu. A leur arrivée, ils ont expulsé du bâtiment une personne qui y faisait le ménage, avant de confisquer les clefs et de se poser devant l’entrée, les bras croisés. A l’arrivée de membres de l’Etincelle la farce n’a fait que s’accentuer. La police craignait que la Grande Ourse ne vienne investir les lieux, prétextant que l’Étincelle n’avait plus de bail depuis 2020. Comme tout un chacun le sait, la Grande Ourse cible des bâtiments inoccupés depuis des années et non des locaux associatifs de solidarité. De plus, la mairie sait bien que le bail est toujours valide puisqu’elle l’a dénoncé, demandant de quitter les lieux pour le 15 juillet 2021.

Devant cet état de fait, et la volonté des membres de l’Etincelle de récupérer l’accès au lieu et les clefs du bâtiment, nos policier-ères se sont retrouvé-es quelque peu désemparé-es devant l’information et se sont fermé-es à toute discussion, arguant qu’ils devaient en référer à leur autorité de tutelle. Ils annoncèrent alors que leur responsable venait sur site pour tirer cela au clair. Avant son arrivée, un autre membre du lieu était arrivé, avec en sa possession le bail et les courriers de la mairie demandant de quitter les lieu pour le 15 juillet 2021.

Face à cela, la police a dû libérer l’accès au lieu tout en redonnant les clefs. Il est à noter que durant tout le temps des échanges, un camion de police nationale était arrivé, ainsi qu’une autre voiture de la municipale, sans compter les flics accompagnant le responsable. Contrairement aux dires de notre municipalité sur l’insécurité, ils ne semblent pas très occupés.

Après leur départ, nous avons appris qu’ils étaient allés voir le Chabada, leur disant de se méfier d’une tentative d’occupation de la Grande Ourse. On peut s’étonner qu’aucun policier ne soit venu chercher les images de vidéosurveillance suite à l’attaque et l’autodafé des nazis locaux le week-end précédent. Quel bienveillance de la police et de la justice envers les fascistes.

> Coup de pression municipal: un drôle de timing

Alors que notre local a été la victime d’une attaque de la part de néonazis, alors que la Grande Ourse a été expulsée et ses habitant·es jeté·es à la rue, la mairie d’Angers continue de mettre la pression sur celles et ceux qui s’opposent à l’extrême droite.Hier vendredi 22 janvier, en fin de matinée, la Police municipale a été envoyée à l’Étincelle pour des raisons soi-disant administratives. En réalité l’objet de cette visite imposante (comme en témoignent la photo montrant le nombre de policiers municipaux et nationaux mobilisés) n’était autre que de mettre la pression sur les militant·es de l’Étincelle, solidaires de la Grande Ourse. Oui nous prêtons une partie de notre local à nos camarades de la Grande Ourse pour y entreposer une partie des affaires qu’ils et elles ont du déménager en catastrophe jeudi matin.

Par ailleurs, l’attitude de la mairie et des pouvoirs publics, préfecture en tête, dans le cadre de l’attaque que nous avons subie nous interroge. Nous avons le sentiment que tout n’est pas mis en œuvre pour retrouver les auteurs de cette attaque, alors que nous avons apporté un certain nombre d’éléments concrets aux enquêteurs.
Pire, la réaction de la mairie qui, dans un tweet laconique, semble nous renvoyer dos à dos avec les néonazis et ne condamne que du bout des lèvres en usant le qualificatif de « cambriolage » ce qui est en réalité une attaque politique contre notre lieu, nous révolte.

Nous sommes aujourd’hui plus que jamais en droit de s’interroger sur ce que que font la mairie, la préfecture et la justice contre la montée en puissance de l’extrême droite radicale dans notre ville. Le silence complaisant des institutions est assourdissant. Il est grand temps que tout cela cesse.

Afin de préparer la riposte notez déjà dans votre agenda que l’Étincelle les collectifs et associations qui la composent, ainsi que de nombreuses autres structures lancent un appel à rassemblement samedi 30 janvier prochain. Le lieu et l’heure vous seront communiqués ultérieurement.

https://etincelleangers.wordpress.com/2021/01/23/coup-de-pression-municipal-un-drole-de-timing/

> L’étincelle attaquée par des fascistes – Organisons la riposte !

L’étincelle – lieu associatif, associatif et autogéré a été une nouvelle fois la cible d’une attaque menée par les fascistes locaux.
Organisons la riposte antifasciste, faisons barrage à l’extrême-droite ici et maintenant.

https://www.youtube.com/watch?v=8cJv_4LPs3w