[Nantes] Nouvelle réquisition : on ne peut pas confiner dehors !

Mis a jour : le mardi 3 novembre 2020 à 12:06

Mot-clefs: squat logement immigration sans-papieres frontieres
Lieux:

Tous les soirs lors des distributions de repas les bénévoles de l'Autre Cantine rencontrent des hommes seuls, des familles avec bébés et enfants qui n'ont pas d'hébergement. Ils et elles sont dans le froid, souvent sous la pluie avec des vêtements et des matelas mouillés. En septembre ils ont même vues leurs affaires être jetées à la poubelle par la police municipale. Ils et elles nous demandent où dormir et si l'Etat va les mettre à l'abri.

123750096_748367535752388_1117188808189581312_o-medium

Depuis mars dernier nous sommes en crise sanitaire due à la Covid-19 et à nouveau confinés depuis 4 jours. Mais eux, comment peuvent-ils confiner dehors ? Pourquoi l'Etat et la mairie ne prévoient rien ? Ni masques, ni mise à l'abri, ce sont encore une fois les plus précaires qui sont volontairement oublié

Il est pour nous inconcevable de voir une centaine de personnes à la rue, c'est un crève-coeur auquel personne ne peut rester insensible. C'est pourquoi nous soutenons la nouvelle réquisition d'un bâtiment vide !

L'Autre Cantine promet une aide matérielle (vêtement, matelas, couvertures, nourriture) aux occupants du bâtiment jusqu'à une prise en charge de l'Etat.

Réquisition des bâtiments vides !

Link_go source

Commentaire(s)

> Nouvelle REQUISITION

Face à l'immobilité et à l'impassibilité des institutions nantaises (préfecture, métropole et mairie), la société civile s'est mobilisé encore une fois pour dire 'Non' aux politiques insensées de nos dirigeant(e)s, et mettre en évidence leur inefficacité et leur manque de réaction.

Hier, lundi 02 novembre, L'Autre Cantine Nantes annonçait et soutenait une nouvelle réquisition grâce à laquelle plus d'une CENTAINE de personnes ont été mises à l'abri (toujours en besoin de vêtements, matelas, etc.). Plus d'une centaine de personnes qui, jusqu'à hier, attendaient toujours une prise en charge par l'État qui n'est jamais arrivée.

Lorsque nos dirigeants continuaient à fermer des squats, à mettre des gens à la rue et à les harceler et les chasser du centre ville pour essayer de les rendre invisibles (voir https://fb.watch/1wVFw5r5Av/), les citoyens se mobilisent et refusent de façon claire et nette la banalisation et la normalisation de la misère, d'une misère qui ne fait que se reproduire et agrandir avec la libéralisation et la marchandisation du droit qui est le droit au logement.Quel sens y a-t-il à imposer un confinement quand on laisse à la rue des centaines des personnes qui n'ont pas le moyen de se confiner?

Le DAL-44 soutient évidemment cette réquisition, et nous espérons qu'elle sert non seulement à abriter les gens qui jusqu'à hier n'avaient pas d'abri, mais aussi à rendre évident la défaillance des institutions qui préfèrent fermer les yeux.
On espère qu'elle sert à leur forcer à ouvrir les yeux et à regarder, à entreprendre le débat nécessaire du droit à l'hébergement, du droit à une prise en charge universelle de tout les citoyens.

CAR UN TOIT C'EST UN DROIT!!!
DROIT AU LOGEMENT !!!