URGENT [Rezé] Expulsion en cours à la Commune

Mis a jour : le lundi 12 octobre 2020 à 15:27

Mot-clefs: Répression squat logement
Lieux: Rezé

URGENT Expulsion en cours (10h30) à la Commune à Rezé 53 rue de la commune!!!!! Besoin de soutien

 

 

121521127_731901987398943_2368602565478200334_n-medium

APPEL A SOUTIEN : EXPULSION DE LA COMMUNE EN COURS 

Le Lieu dit de "la Commune" situé 53 rue de la Commune de 1871 à Rezé est en cours d'expulsion ce matin avec l'aide d'un dispositif des forces de l'ordre impressionnant composé de 7 camions et 3 voitures, au moins, pour quelques artistes et habitants qui tentent de redonner de la vie à un quartier qui n'avait pas de lieu commun et de maison à sa disposition.

C'est une nouvelle fois une initiative populaire, artistique cette fois, qui est balayée du revers de la main par l'intervention des forces de l'ordre et l'expulsion des quelques habitant.e.s qui occupaient le lieu. C'est surtout la prédation du demi hectare par des projets de promotions immobilières qui vient mettre fin à un projet de vie alternatif et essentiel.

Depuis la mi année 2020, l'ancien café concert revit grâce à l'initiative d'artistes. Lieu autogéré, Il est fréquenté par les habitants du quartier et permet de redonner une vie artistique dans cette partie de la ville. Le lieu qui avait connu la chute d'un mur sur le parking du LIDL voisin redoutait une expulsion, qui n'a pas tardée.La campagne de remise à la rue par la Préfecture, avant les mois les plus froids a commencé !

#RéquisitionsPopulaires
#UnToitPourTous
#StopGentrification

Note : ce post publié dans l'urgence sera peut-être édité dans la journée !

source : https://www.facebook.com/lautrecantinenantes/photos/a.250613212194492/731901984065610/

Commentaire(s)

> Les copaines de la Commune de Rezé ont besoin de soutien sur place!

EXPULSION EN COURS À LA COMMUNE DE REZÉ !
Les copaines de la Commune de Rezé ont besoin de soutien sur place!

Une vingtaine de flics ont débarqué ce matin à la Commune pour expulser. Nous avons besoin de soutien sur place le plus vite possible. Merci de faire passer l'info le plus largement possible.

Pour vous rendre sur place : C'est au 53 rue de la Commune à Rezé, à côté de l'arrêt 8 mai

Si vous êtes sur place :
- Essayez de vous masser devant l'entrée pour leur montrer qu'ils sont en sous-effectif
- Faites le plus de bruit possible pour rameuter les voisin.es, qui soutiennent la Commune pour la plupart. Le mieux serait de faire un gros concert de casseroles
- Gardez votre calme et si les flics cherchent à mettre la pression, riez-leur à la gueule ????

Ils ne sont pas si nombreux et le squat est grand, si suffisamment de personne arrivent dans les heures qui viennent, rien n'est perdu.

> Rezé. Une opération de police devant le squat de la rue de la Commune

Tôt ce lundi 12 octobre, l’accès à la rue de la Commune de 1871, à Rezé, a été fermé. Les policiers se trouvent devant le squat, ouvert il y a un an, en vue d’une possible évacuation complète des occupants.

Une opération de police est en cours rue de la Commune de 1871, à Rezé, ce lundi 12 octobre, depuis le début de la matinée. Plusieurs fourgons stationnent sur la chaussée, à proximité d’un squat ouvert il y a environ un an, qui pourrait être en cours d’évacuation.

Les automobilistes et les promeneurs ne peuvent emprunter la rue, dont les accès sont totalement fermés par des policiers. Selon des riverains sur place, qui font partie du collectif de soutien, seule une poignée de personnes auraient été présentes à l’intérieur du squat ce matin.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/reze-une-operation-de-police-devant-le-squat-de-la-rue-de-la-commune-7010972
_________________

Tôt ce lundi 12 octobre, l’accès à la rue de la Commune-de-1871, à Rezé, a été fermé. Les policiers se trouvent devant le squat artistique, ouvert il y a un an et demi. Ils procèdent à l’expulsion des occupants.

Une opération de police est en cours, rue de la Commune-de-1871, à Rezé, ce lundi 12 octobre, depuis le début de la matinée. Plusieurs fourgons stationnent sur la chaussée, à proximité d’un squat ouvert il y a un an et demi, pour lequel les propriétaires avaient obtenu un jugement d’expulsion.
Rue fermée

Les automobilistes et les promeneurs ne peuvent emprunter la rue, dont les accès sont totalement fermés par des policiers. Les riverains, sur place, qui font partie du collectif de soutien, assistent à la scène tandis qu’à l’intérieur, la poignée d’occupants est priée de faire leurs sacs.

Situé à deux pas de l’arrêt de tram de la place du 8-Mai, dans le vieux quartier de Pont-Rousseau, le lieu a fait l’objet d’un compromis de vente avec un promoteur qui veut y bâtir des immeubles. Le projet n’emballe les riverains qui en revanche ont pris leurs habitudes dans ce lieu baptisé la Commune, comme une maison de quartier autogérée.

44000/reze-une-operation-de-police-devant-le-squat-de-la-rue-de-la-commune-7010972

> Squat d'artistes...

Cet appel à défendre un squat "d'artistes" (et de quelques habitants...) qui ne fait aucune référence aux autres squats violemmnent attaqués ces dernières semaines, voir ces derniers jours pour certains, qui eux n'étaient pas là pour embellir un quartier, mais bien pour LOGER DES GENS, c'est gravos de chez gravos!
D'ailleurs, aucun soutien public en provenance de "la commune" en comm sous le texte des camarades du lieu expulsé (dont je ne fais pas parti) (https://nantes.indymedia.org/articles/51193) n'a jamais été posté!
Tant qu'il n'y aura pas plus de solidarité, l'état profitera du boulevard!
C'est sûr qu'il n'y a pas mieux qu'un squat d'artistes pour embellir un quartier et attirer le promeneur... C'est sûr aussi qu'un squat de migrantEs, ça fait moins beau-beau dans le paysage, et on n'y croise pas souvent les habitanEs voisinEs...! On n'y croise aussi assez peu de soutiens de manière générale.
C'est beaucoup moins fun c'est sûr!

> Thread

-> Le squat d'artistes de La Commune est en cours d'expulsion dans le quartier Pont-Rousseau (8-Mai), à #Rezé, au sud de Nantes. Un rassemblement de soutien aux occupants s'est formé, mais n'a pas empêché l'intervention. Le squat entretenait de bonnes relations avec la municipalité.

-> Les habitants ont épuisé leurs recours en justice il y a un an, ce qui n'a pas empêché la transformation de cet important ensemble en maison de quartier autogérée, possédant sa propre programmation d'événements culturels et militants. Jusqu'à ce matin, semble-t-il.

-> Les habitants et soutien de « La Commune » - référence au nom de la rue comme à l'idéal communard -, interviennent aussi auprès des habitants de « La Famille », squat de demandeurs d'asile tchadiens situé dans un bâtiment municipal au nord-ouest de la ville. #Rezé

-> Des activités associatives animaient ce squat géré collectivement (danse, réparation de vélo...). Il a fait l'objet d'un docu à l'occasion du carnaval organisé avec des habitants du quartier en début d'année. C'était un des sujets des municipales.

-> Ce squat comprend des logements, deux bars dont un sous un préau donnant sur un jardin, une salle de spectacle et divers ateliers d'artistes. L'ensemble fait partie, avec l'ancien Lidl voisin, d'un projet immobilier dans ce quartier très attractif pour les promoteurs. (Archives)

> #

C'est possible d'ajouter "logement" dans les mots-clés, ou de rajouter squat dans les autres expulsions locales... enfin, avoir un mot qui rassemble au moins les évènements les plus récents localement ?
Merci.

> La Commune

C'est complètement fou comme la "Commune" (celle de 1871) peut avoir comme succès actuellement. Elle sert de drapeau et de légitimité, à toutes sortes de regrouppements plus ou moins radicaux.
Une bonne récup' que cette Commune, une bonne affaire! Mais dommage qu'elle soit devenue aussi commune en fait. Vu sa radicalité première et surtout le courage de tous et toutes celleux qui l'ont défendue et qui sont mortes pour elle, je trouve à chaque fois (et ça ne manque pas ces "fois") que son nom est recyclé bien à la légère (ne donnerait elle pas du corps quand il en manque?).
Quand il y a une telle différence entre le modèle de référence et ses récupérations symboliques, ça ressemble alors plus à de l'insurection-waching qu'à autre chose!
Mais c'est vrai que ça permet aussi peut-être (et je dis bien peut-être) de ne pas oublier... Mais quand même...

> Les rageux

Franchement les rageux qui crachent sans savoir, par principe de merde alors que l'expulsion est encore chaude.

Le squat s'appelle la Commune car situé rue de la Commune de 1871, petit clin d'oeil sans prétention à l'histoire oui.

On va pas détailler non plus les actions des habitant-e-s du squat et de leurs soutiens, mais il y avait du soutien à d'autres squats de la métropole, à des migrant-e-s, à des luttes contres des projets immobiliers dans le quartier et ailleurs (carnet, métropole nantaise...)

Bref, pas de leçon à recevoir de la part de personnes qui manifestement ne savent pas de quoi elle parlenet.

> ON OCCUPE LE PARVIS PUBLIC DEVANT LA COMMUN.E

Communiqué du collectif des habitant-e-s de la Commun.e de Rezé

On occupe la place publique tous les jours à partir de ce lundi 12 octobre. On s’y retrouve chaque jour pour créer un vrai élan humain de solidarité collectif pour soutenir la Commun.e.

Voici le dernier programme d’octobre pour visuel rapide de ces diversités d’actions et d’humains qui s’y rencontrent en s’adonnant à des actions riches de sens politique et esthétique. On a besoin de monde pour occuper la place tous les jours…. Au 53 rue de la Commun.e à Rezé.

Ce soir, lundi 12 octobre, assemblée populaire devant le squat à 18h30 : On a sorti les tables et les chaises dans la rue, zik et
goûter à partager … et surtout la parole car les mots sont aussi des actes...
Mag, pour le collectif la Commun.e
ON OCCUPE LE PARVIS PUBLIC DEVANT LA COMMUN.E

Communiqué du collectif des habitant-e-s de la Commun.e de Rezé

On occupe la place publique tous les jours à partir de ce lundi 12 octobre. On s’y retrouve chaque jour pour créer un vrai élan humain de solidarité collectif pour soutenir la Commun.e.

Voici le dernier programme d’octobre pour visuel rapide de ces diversités d’actions et d’humains qui s’y rencontrent en s’adonnant à des actions riches de sens politique et esthétique. On a besoin de monde pour occuper la place tous les jours…. Au 53 rue de la Commun.e à Rezé.

Ce soir, lundi 12 octobre, assemblée populaire devant le squat à 18h30 : On a sorti les tables et les chaises dans la rue, zik et
goûter à partager … et surtout la parole car les mots sont aussi des actes...
Mag, pour le collectif la Commun.e
ON OCCUPE LE PARVIS PUBLIC DEVANT LA COMMUN.E

Communiqué du collectif des habitant-e-s de la Commun.e de Rezé

On occupe la place publique tous les jours à partir de ce lundi 12 octobre. On s’y retrouve chaque jour pour créer un vrai élan humain de solidarité collectif pour soutenir la Commun.e.
Ici, on se rencontre en s’adonnant à des actions riches de sens politique et esthétique. On a besoin de monde pour occuper la place tous les jours…. Au 53 rue de la Commun.e à Rezé.

Ce soir, lundi 12 octobre, assemblée populaire devant le squat à 18h30 : On a sorti les tables et les chaises dans la rue, zik et
goûter à partager … et surtout la parole car les mots sont aussi des actes...

> ON OCCUPE LE PARVIS PUBLIC DEVANT LA COMMUN.E

Des nouvelles : Hier soir, suite à une assemblée populaire on acte de nous retrouver chaque jour dès 12h30 et 18h30 devant le squat la Commun.e de Rezé pour un repas partagé.

Le temps de la rencontre, de l'échange entre nous et de l'inventivité dans la lutte. Beaucoup de questions hier soir et une seule certitude ; créer des soutiens et actions intercollectives est la seule condition de changer le cours des choses.

Soyons nombreux chaque jour devant la Commun.e à continuer à montrer par nos pratiques nos façons d'être, de vivre et de penser la cité ensemble. Bref, prensons le risque de juste vivre en accord avec nos sens humains; nos humanités.

La cohérence et convergence de nos énergies inventives et collectives pour occuper la place publique est le levier de notre lutte politique en recherche de formes esthétiques aussi en raccord avec nos émotions et nos sens profonds.

Dès 12h30 et 18h30, on se retrouve chaque jour devant le squat de la Commun.e et on invente la lutte à chaque instant en mouvement et en accroissement avec tous et toutes...

Mag pour le collectif la Commun.e de Rezé