La grotte : un local transphobe et réactionnaire

Mis a jour : le dimanche 11 octobre 2020 à 19:18

Mot-clefs:
Lieux: Poitiers

Présentation d'un "local anarchiste, communiste et féministe" à Poitiers qui est surtout illustré par ses positions réactionnaires.

Page12-medium
Page12

Page11-medium
Page11

On reproduit ici deux communiqués publiés par des collectifs de poitiers concernant le local la grotte :

Pourquoi le local La Grotte à Poitiers n'est pas un lieu féministe. par Safe & Vénères

Nous sommes un groupe de femmes militantes.

Confrontées quotidiennement aux logiques patriarcales qui traversent notre société, nous constatons que le monde militant n'y échappe pas.

ll est pour nous essentiel de dénoncer les comportements sexistes, virilistes, paternalistes donc autoritaires, à l'œuvre au sein de collectifs se revendiquant par ailleurs féministes.

C'est le cas actuellement à la Grotte, un local qui s'affiche « anarchiste, communiste et féministe ».

En effet, nous y avons connaissance :

de la présence d'auteur-rice-s de violences
de propos transphobes et anti-féministes
d'une banalisation et d'une hiérarchisation des violences sexistes
de la non prise en compte de la parole de femmes
d'une tolérance collective de comportements et de propos violents et autoritaires

Une organisation où de tels faits se produisent ne peut se prétendre féministe et n'est pas sécure pour tout-e-s.

Il nous semble important d'en alerter les organisations et les personnes qui y militent ou qui souhaiteraient y militer.

Notre but n'est pas de fermer La Grotte que nous espérons voir devenir un outil de lutte pérenne.

Notre but est d'abattre ce fonctionnement patriarcal, excluant et destructeur.

Notre but est de rompre le silence, afin que ces actes ne se reproduisent plus, au sein de ce local et ailleurs.

Notre but est de lutter contre toutes les formes de domination, quelles qu'elles soient.

Janvier 2020

Safe & Vénères
Email : safe_et_veneres[at]riseup[dot]net
Instagram : @safe.et.veneres
Facebook : Safe&Vénères


Encore une histoire de transphobie. Par Insolent.E.s

C'est une grande déception pour nous de constater que, malgré une tolérance feinte pour les idées féministes, une partie de nos prétenduEs camarades considère toujours la lutte des personnes trans pour leurs propres conditions d'existence comme une lubie libérale et dispensable. A Poitiers comme partout ailleurs, la transphobie ne s'arrête pas aux portes du milieu militant. Nous avons décidé de revenir publiquement sur le cas de la Grotte.

La Grotte s'est illustrée récemment dans la diffusion de brochures transphobes, antiféministes, lesbophobe et franchement réac. Celles-ci sont diffusées notamment par des membres de l'OCL (Organisation Communiste Libertaire) et de DGR (Deep Green Resistance). Le conflit aurait pu, et aurait dû, en rester là, dans un local qui n'hésite pas à se revendiquer de l'anarchisme et du féminisme. Pourtant, des personnes ont refusé de retirer les brochures, sous prétexte que ça n'avait pas été décidé collectivement et que ça relevait de la liberté d'expression de chacunE.

Le conflit a traîné sur plusieurs mois. Engeulades entre nous et les réac, réu et dialogue de sourd·es en interne allant jusqu'à l'exclusion de membre, guéguerre par messages interposés, affiches contre la transphobie retirée... De quoi nous faire comprendre qu'on n'était pas les bienvenuEs. La Grotte a organisé une réunion publique à laquelle nous avons accepté de nous rendre. Bien que pratiquement toutes les personnes présentes furent pour le retrait de ces brochures, la grande partie des partisans étant évidemment au abonné absent, aucune décision n'a découlé de cette rencontre.

Nous sommes fatiguéEs de devoir systématiquement rappeler que la transphobie ne constitue pas une opinion politique. Diffuser des brochures qui qualifient les personnes trans de "délire" et de "transhumanisme" et accusent les militantEs queer d'être responsables de la montée de l'extrême droite, ça ne relève pas de la liberté d'expression, mais du fantasme transphobe à la limite de la théorie du complot.

Il est facile pour les personnes cis de remettre en question notre existence en discutant tranquillement autour d'une bière. Mais pour nous, la transphobie a des conséquences concrètes, qui finit par structurer nos vies. Accepter la présence de propagande LGBTIphobe dans un local, c'est lui donner une légitimité et nous pousser vers la sortie en donnant la parole à des personnes qui ne nous veulent que du mal. Et, comme d'habitude, il a suffi de pas grand chose pour que les réacs se sentent pousser des ailes et entraînent tout le local dans une direction nauséabonde.

Il serait temps de comprendre que la transphobie ne se résume pas à battre à mort des femmes trans dans la rue. Nous mégenrer, exiger de nous qu'on se justifie de notre identité ou de nos pratiques sexuelles et amoureuses, mépriser nos luttes et nous exclure silencieusement des espaces collectifs, constituent déjà des violences.

Nos luttes queer et féministes, sont plurielles. Ce ne sont pas des luttes annexes. Merci d'arrêter de nous coller une image de libéralEs-individualistes sur laquelle nous gerbons et contre laquelle nous nous battons. Comment converger avec vous quand vous diffusez de la propagande qui vise à nous détruire ? Comment vous considérer comme des camarades quand vous refusez d'admettre nos existences et nos luttes ? Vous nous accusez de diviser LA lutte, alors que c'est vous-mêmes qui nous en excluez.

Nous en avons assez d'être systématiquement rejetéEs et isoléEs de combats qui sont aussi les nôtres. On ne va pas devenir cis ou hétéro pour vous faire plaisir, et pourtant on ne peut pas faire la révolution toustes seulEs. Pour lutter ensemble, ça commence par arrêter de se foutre de notre gueule !

Facebook : insolent.e.spoitiers

 

Récemment, le local a servis à présenter le journal "La Grand'Goule" dont les deux dernières pages ouvertement transphobe, confusionnistes et réactionnaires ont été jointes à cet article.

 

 

 

 

 

Commentaire(s)

> ..

Les misandres pictaviennes auront ielles assez de lucidité pour comprendre pourquoi plein de gentes les considèrent comme "non-safes" et autoritaires ?

> Triste constat depuis Poitiers et surtout ses environs

Les deux pages produites enfoncent plutôt beaucoup les accusateurices (allez lire par vous même).

Que les personnes de l'OCL ne soient pas et de loin les communistes les plus "souples" du monde s'entend bien ...

mais selon l'expression c'est l’hôpital qui se fout de la charité :

ces autres personnes ( Safe & Vénères, insolent.es etc ) qui sont plutôt néogauchistes / néostal', qui ne supportent pas contradiction ou argumentation, ne devraient sûrement pas s'exposer dans leur croisade moralisatrice ( monomaniaque et organisée sur facebook et insatgram !! ) à des commentaires sur une plateforme libertaire comme indymedia Nantes

Ce n'est pas la même culture !

> Demande d'information

@86 anarcha-observatrice :

Les personnes de safe&véner parlent d'agression sexuelles ? Tu les accuses de mentir ?

Qu'ont fait les membres du collectif la grotte pour réagir à ces violences ?

> Médiocrité poitevine

En quoi fonder un local ailleurs à un rapport avec ce qui est repproché ici :

de la présence d'auteur-rice-s de violences
de propos transphobes et anti-féministes
d'une banalisation et d'une hiérarchisation des violences sexistes
de la non prise en compte de la parole de femmes
d'une tolérance collective de comportements et de propos violents et autoritaires

ou

Diffuser des brochures qui qualifient les personnes trans de "délire" et de "transhumanisme" et accusent les militantEs queer d'être responsables de la montée de l'extrême droite, ça ne relève pas de la liberté d'expression, mais du fantasme transphobe à la limite de la théorie du complot.

C'est aux personnes de nettoyer leurs merdes plutôt que de demander aux autres de se pincer le nez.

D'ailleurs niveau théorie du complot, les pages de ce journal semble assez gratiné, avec page 11 qui explique que la légalisation de la PMA conduirait à tuer des personnes cancéreuses :
"Mais les cours d'éthiques en médecine sont aujourd'hui des cours d'économie comparée, et le calcul en termede résultat peut mettre en équivalence une grosesse aboutie avec la vie ou la survie de quelqu'un car d'un autre côté, des traitements sont refusés à des cancéreux sous le prétexte qu'ils sont trop onéreux face aux chances de réussite du traitement".

On retrouve ici les mêmes nullités que celles que vomit l'extrême-droite catholique face à l'euthanasie

Le sommet étant atteint à la page 12, que l'on pourrait résumer à "on est pas vraiment transphobe parce que ne sont transphobe que les nazis (russes) qui tuent les gens".

> "La Grand'Goule"?

Quelqu'un sait où trouver/lire cette revue "La Grand'Goule"?

> Théorie du complot

Plusieurs personnes ici font des références sur "tuer le chien", "prendre le pouvoir", "autoritaires" et autres.

On retrouve la même ligne de défense que les politiciens de l'UMP avec les détournements de fonds de fillon ou ceux du PS avec les viols de DSK. Des accusations sans argumentations, comme les anathèmes sans fondement mais qui font plaisir aux oreilles (néo-staliniens, néo-gauchistes, croisades moralisatrices).

C'est un mécanisme de défense habituel des ordures et autoritaires de toutes sortes d'invoquer les "cabinets noirs", les "basses officines", les "manigances" pour délégitimer les personnes qu'elles oppressent.

> Pffff

Faut être arriérées pour se définir comme "femmes = pondeuses" en 2020. Pour se définir tout court.

> stop

Les collectifs safe sont remplis de violeurs ! point barre.

> Existe t il un droit de défense et de débat ?

A - t - on bien lu ?

Des personnes s'offusquent que ce collectif se défende face à des attaques ?

> Modé à priori

Vu le niveau de trollage on a passé les commentaires en modé à priori. Déso pour le temps de réaction.