Sibérie, Russie: grève de prisonniers à la colonie pénitencière IK-15

Mis a jour : le mercredi 24 juin 2020 à 14:52

Mot-clefs: contrôle social prisons actions directes
Lieux:

Selon les chiffres officiels, deux détenus sont morts.

Content_tass_39396228-medium
la colonie IK15 en feu

 

 

Le 9 avril, dans la cellule de punition, l'assistant du chef de la colonie de Krutynov a frappé un détenu. Anton Obolenichev en réponse à cette forme de traitement s’est tranché les poignets et a enregistré son message de protestation en utilisant un téléphone. Pour sa tentative d'attirer l'attention sur le problème, il a été battu à plusieurs reprises.

 

Par la suite, des dizaines d'autres prisonniers se sont ouvert les veines pour attirer l'attention sur la torture systématique et les violations des droits des êtres humains de base dans les prisons russes.

 

Le direction de la colonie n'a pas voulu négocier avec les prisonniers.

 

Les prisonniers des émeutes ont occupé la zone des ateliers de travail forcé où ils ont apporté des milliards de revenus mensuels au système pénitencier.

 

Les responsables de la prison ont attaqué les occupants avec des grenades qui a provoqué l'incendie du bloc industriel (ateliers de travail). Après 10 heures d'incendie, la zone industrielle de la colonie a été détruite. Les pompiers n'ont pas reçu l'autorisation d'entrer sur le territoire de la prison.

 

L'émeute a été réprimée dans la nuit du 10 avril suite à l'intervention des forces spéciales. Pendant l'assaut, des grenades sonores ont été utilisées ainsi que des armes à feu.

Plus de 200 prisonniers ont été à nouveau accusés d'avoir commis différentes infractions pénales.

 

Les défenseurs des droits de l'homme et les avocats ne sont pas autorisés à entrer dans les colonies et les prisons de la Fédération de Russie sous prétexte d'empêcher la propagation de COVID-19.

 

Le 16 avril, les avocats ont pu voir Khumaid Khuraev, qui a été déclaré en tant qu'organisateur des émeutes. Il leur a communiqué les informations concernant la torture et le manque de soins médicaux. Khumaid avait plusieurs doigts brisé, mais n'avait reçu aucune aide de la part du personnel sanitaire de la prison.

 

Les parents des autres prisonniers demandent des informations et cherchent des moyens de

communiquer avec eux. Par exemple, ni les membres de la famille ni les défenseurs des droits de l'homme ne peuvent avoir les informations sur le statut d'Antón Obolénichev, l'un des prisonniers du IK-15.

Les prisonniers exigent la solidarité, une enquête sur les cas de torture et abus de pouvoir de la part des responsables de la prison.

 

Une amnistie complète face au coronavirus !

Non à plus de prisons, non à plus de torture !

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) et recorrigée

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115% }

Link_go source en russe

article original

Commentaire(s)