Thèse 5 : Impliquer la vie

Mis a jour : le mercredi 17 juin 2020 à 00:02

Mot-clefs:
Lieux:

Dans un certain nombre de textes publiés précédemment, la construction et la connexion de structures collectives radicales de gauche et auto-organisées sont mentionnées comme essentielles en tant que stratégie de changement social. Nous avons quelques doutes sur cette stratégie. Nous partageons la critique (y compris celle-là) selon laquelle de nombreux militants radicaux de gauche font la distinction entre leurs efforts politiques d’une part et leur travail et leurs moyens de subsistance d’autre part et ne se considèrent pas comme des sujets politiques.

11thesen-these5kleinst-medium
thèse n° 5

Naturellement, nous approuvons la proposition de considérer notre propre réalité comme politique et de nous organiser en son sein. Cependant, une grande partie de la scène radicale de gauche interprète cette proposition exclusivement comme un appel à créer et à développer “leurs propres” espaces, projets et collectifs auto-organisés. Il va sans dire que beaucoup d’entre eux/elles sont actifs dans des groupes de logement et de projets.

 

Cependant, lorsque nous parlons de construction de structures auto-organisées, nous n’entendons pas en premier lieu la construction d’espaces scéniques ou de projets auto-organisés de gauche. Nous considérons les formes collectives auto-organisées de vie et de travail comme un moyen légitime de façonner notre propre vie ensemble au sein du capitalisme. D’une part, cela peut permettre de mieux contrôler sa propre vie et son indépendance, et d’autre part, cela peut apporter des expériences importantes d’autonomie. C’est pourquoi les projets radicaux de gauche auto-organisés existants appartiennent à une tradition que nous devons soutenir et défendre et dans laquelle nous pouvons acquérir beaucoup d’expérience.

 

Néanmoins, nous ne sommes pas d’accord sur le fait qu’à travers l’organisation et l’expansion des lieux auto-organisés de gauche existants, une véritable vision sociale se forme. À cette fin, de nombreux projets auto-organisés de gauche se concentrent trop sur les objectifs et la manière dont un groupe relativement restreint de personnes radicalisées de gauche voient leur vie devant eux, et ces projets ne correspondent donc pas nécessairement aux souhaits et aux besoins de la société au sens large. En conséquence, ces projets courent automatiquement le risque de rester des îles isolées au sein d’une société capitaliste et, au pire, de dépolitiser en une île où l’on peut “vivre plus belle” ou comme expression d’un mode de vie radical de gauche. En même temps, la construction et la gestion de ses propres centres, projets de logement, etc. qui sont très adaptés à sa propre scène, exigent souvent beaucoup de temps et d’efforts. En conséquence, le travail social et politique reçoit moins d’attention et l’accent n’est plus mis sur une stratégie sociale plus large.

 

Nous voyons plutôt le potentiel de changement sociétal là où, entre les locataires d’un bloc de logements, les habitants d’une rue ou les employés d’une entreprise, se forment des structures solidaires d’entraide et d’auto-organisation – des structures ouvertes à la population, telles que les centres politico-culturels-sociaux, etc. Ces structures ne doivent pas être l’expression d’une identité subculturelle, mais doivent s’orienter vers les besoins et les objectifs premiers des personnes concernées.

 

Nous sommes donc d’accord avec le texte “Wie die Welt verändern?” (*1) (Comment changer le monde?) du magazine Lower Class. Ce texte affirme la nécessité de continuer à remettre en question les structures auto-organisées que nous avons nous-mêmes mises en place sur leur applicabilité en tant que “pionniers”. Nous devons découvrir quels facteurs font des structures auto-organisées de puissants piliers (de printemps) du mouvement et chacun d’eux les dépolitise.

 

 

 

 

Note :


*1) Wie die Welt verändern, Lower Class Magazine (janvier 2015), http://lowerclassmag.com/2015/01/wie-die-welt-veraendern.