Il n'y a pas qu'à Nantes qu'on manifestait lundi 11 mai, notre Tour de France

Mis a jour : le samedi 16 mai 2020 à 12:54

Mot-clefs: Répression luttes salariales
Lieux:

« En ce clair matin de mai 2020, la France déconfinait selon toutes les prévisions. Jamais aucun pays avant celui-ci n’avait déconfiné aussi bien, ni surtout aussi vite ! Le grand quartier général n’allait pas jusqu’à dire que c’était un plaisir de déconfiner ainsi... Mais presque ! » Et ce ne sont pas quelques trouble-fêtes qui gâcheront ce plaisir.

200512_-_une_manifestante_contre_les_violences_polici_res__le-saint-denis_by_madjid_madj_messaoudene_-_la_d_viation-medium
Devant l’hôpital Purpan, comme devant d’autres établissements publics de Toulouse, plusieurs centaines de citoyen·es ont rejoint les personnels syndiqués. Crédits Sud CT 31

Cet article est extrait de La Gazette des confiné·es #12 publié sur La Déviation le 5 mai 2020.

Mai 2017, des manifs « ni Macron ni Le Pen » agitent l’entre-deux tours de la présidentielle. Le Front social apparaît. Mai 2018, ça bouge dans les facs et dans les gares. De petits tas de pavés poussent sur la chaussée. Un conseiller de Macron fait le coup de poing. Mai 2019, La Pitié-Salpêtrière rime avec souricière. C’est la fête à Blanquer et les samedis se comptent encore en actes. Mai 2020, les rassemblements supérieurs à dix personnes sont prohibés. L’état d’urgence sanitaire est prorogé, mais çà et là, le printemps social fleurit.

Métro, boulot, conso. Tout ce qui est chiant doit repartir. Pour tout le reste, il y a la police nationale.

Les brigades motorisées du préfet Lallement vrombissent place de la République. Ce lundi 11 mai, les amendes pour « participation à une manifestation interdite » ne tardent pas à tomber. Des Gilets jaunes sont arrêté·es.

La même bande de cognes accusée du passage à tabac d’un ouvrier égyptien rapplique à l’Île-Saint-Denis peu de temps après. La chaîne humaine est brisée. On sait dès lors que les nasses font exception à la fameuse doctrine des gestes barrières.

Sur la Canebière, cinq militant·es d’Extinction Rébellion Marseille sur la cinquantaine mobilisée sont conduit·es en garde à vue. Qu’une faute soit reconnue ou non, leur casier comprend désormais un « rappel à la loi pour attroupement sans arme avec refus de se disperser au bout de trois sommations », dixit la procureure.

Les Toulousain·es respirent un peu mieux devant leurs hôpitaux. Plusieurs centaines de citoyen·nes rejoignent les troupes de Sud Santé et de la CGT du CHU. Glorifiées pas celleux qui les dénigraient naguère, les blouses blanches réclament leur dû et la fin des coupes franches. La cause est trop sensible pour envoyer les bleus.

Une scène similaire se déroule sur l’Île de Nantes, à ceci près que l’appel n’émane pas de syndicats. Entre 200 et 400 personnes y participent, selon Ouest-France et Nantes Révoltée. « Moment chaleureux. Certain·es improvisent un apéro. Une danse est esquissée sur la voie de tram. L’ambiance est bonne, puisque la police reste à distance », raconte l’influent média « révolutionnaire, anticapitaliste et autonome ».

Au même moment, deux-cents Nazairien·es applaudissent sur le parvis de la cité sanitaire. Le rendez-vous figurait sur l’agenda du site Baslesmasques.co, comme 25 autres à travers le pays. Localement, une suite sera donnée samedi 16 mai, à 13 h, place du Commando.

Les consignes préfectorales sont visiblement plus sévères à Rennes, où les autorités plastronnent avec 38 verbalisations et six interpellations pour des contrôles d’identité. Le rassemblement se tient place de la République, peu avant midi, sans qu’il soit aisé de distinguer les manifestant·es des passant·es. Seuls deux groupes de postièr·es Sud PTT se détachent vraiment. Les « distances de courtoisie covidiennes » rappelées par l’organisation résistent mal au contact rapproché avec les agents.

Dans un communiqué qui s’attaque au déconfinement à visée capitaliste, les Gilets jaunes de Rennes, l’Assemblée générale de l’Hôtel Dieu et le groupe Refusons le retour à la normale évoquent de possibles actions dans un supermarché « pour filer un coup de main aux employé·es », à l’Agence régionale de santé pour « obtenir des moyens humains et financiers », dans un service de la mairie « pour l’occuper jusqu’à ce qu’un centre d’hébergement inconditionnel soit ouvert pour les plus démuni·es et les femmes victimes de violences », ou encore au rectorat, dans une plateforme logistique de colis ou chez Samsic, géant du nettoyage qui repose sur une main-d’oeuvre sous-payée.

La Bretagne cultive son image rebelle avec plusieurs rassemblements pour la « libération des plages ». La patience des habitant·es du littoral atteint ses limites dans les Côtes-d’Armor. Plusieurs collectifs, parfois soutenus par les élu·es, rassemblent jusqu’à 100 personnes à Pleumeur-Bodou, Erquy, Binic et Trévou-Tréguignec.

Dans certaines communes, marcher sur le sable ne sera bientot plus passible ni n’amende ni d’emprisonnement. Quand les écoles rouvrent mais pas de larges espaces ouverts, l’État risque de voir fondre le consentement à l’autorité. A moins qu’il convienne que la question n’est pas celle des distances physiques, mais de la mise sous surveillance de chaque centimètre carré. La décision revient d’ailleurs aux préfets, aux ordres du gouvernement et jamais avares en menaces. Une tutelle parisienne à même de raviver un régionalisme latent.

Dans le même département, les ronds-points voient refleurir quelques chasubles jaunes, aux entrées de Lannion, Guingamp et Saint-Brieuc. Ailleurs en France, ce sont encore « celles et ceux qui ne sont rien » qui affrontent en premier les accusations d’irresponsabilité. A Bandol, dans le Var, au Magny, en Saône-et-Loire, à Rouen, en compagnie de la CGT, à Périgueux pour « la fin de leur monde et le début du nôtre », à Angoulême, aux côtés de militants écolos, ou encore à Amiens « pour la protection des libertés publiques », une colère longtemps contenue s’exprime au grand air, au risque d’agacer.

Un peu partout, le mouvement social reprend corps, mais à pas mesurés. La colère s’exprime timidement dehors, chez celleux qui triment sans télétravail, souvent sans masques ni protection adaptée. La longueur de la laisse s’est considérablement raccourcie. Il n’est pas dit pour autant qu’elle ne finisse par céder.

Cet article est publié dans La Gazette des confiné·es #11 - Rentrée des demi-classes, 1er mai et sorties sous surveillance.

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d'ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d'informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît tous les quatre jours sur La Déviation et le réseau Mutu grâce à Paris-Luttes Infos et La Rotative).

Consultez aussi

Gazette #1 - Etat d'urgence, techno-police et solidarités
Gazette #2 - Répression, école et données scientifiques
Gazette #3 - Dr Raoult, rapports Nord-Sud et biodiversité
Gazette #4 - Travail du sexe, Ehpad et barricades
Gazette #5 - Journaux, chloroquine, marchés au pas
Gazette #6 - Précarité, santé mentale et masques
Gazette #7 - Guerre, cocarde et propagande
Gazette #8 - Révoltes, perspectives et travail
Gazette #9 - Science, peurs et épandages
Gazette #10 - Émeutes, BlackRock et grève des loyers
Gazette #11 - Rentrée des demi-classes, 1er mai et sorties sous surveillance
Gazette #12 - Autonomie alimentaire, contrôle de l'info et carte tricolore
Gazette #13 - La nicotine, les sous de la science et notre présent
Gazette #14 - Censure du web, éducation numérique et manifs empêchées

Email Email de contact: gazette.des.confine.es_AT_protonmail.com

Commentaire(s)