Bologne (Italie) – Opération répressive « Ritrovo » : sept compas en prison

Mis a jour : le samedi 16 mai 2020 à 21:00

Mot-clefs: Répression
Lieux: italie

Il Rovescio / mercredi 13 mai 2020

Ce matin, le ROS [Raggruppamento Operativo Speciale des Carabinieri, qui s’occupe de criminalité organisée et de terrorisme ; NdAtt.] a déclenché l’opération répressive « Ritrovo ». Sept compas ont été arrêté.e.s : Elena, Leo, Zipeppe, Stefi, Nicole, Guido et Duccio.

 

Monte-donato-1-medium

Cinq autres compas (Martino, Otta, Angelo, Emma et Tommi) ont l’interdiction de sortir de Bologne et doivent pointer chaque jour au commissariat.

Les sept compas arrêté.e.s son inculpé en vertu de l’article 270bis [association subversive avec finalité de terrorisme ; NdAtt.]. D’autres chefs d’inculpation sont la provocation aux crimes et délits (art. 414 du code pénal italien), des dégradation légères (art. 639), la dégradation et destruction de bien (art. 635), pour une seule personne il y a aussi l’accusation d’incendie volontaire (art. 423), le tout avec la circonstance aggravante de la finalité subversive.

Les adresses pour écrire aux compas emprisonné.e.s :

Elena Riva et Nicole Savoia
Strada delle Novate, 65
29122 – Piacenza (Italie)

Duccio Cenni et Guido Paoletti
Via Arginone, 327
44122 – Ferrara (Italie)

Giuseppe Caprioli et Leonardo Neri
Strada San Michele 50/A
15121 – Alessandria (Italie)

Stefania Carolei
Via Gravellona, 240
27029 – Vigevano (Italie)

 

Note d’Attaque : les journaux disent que les compas sont accusés de l’incendie qui, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2018, a partiellement mis hors service la centrale de commandement des antennes-relais de TV et radios, sur le Monte Donato, près de Bologne (ci-dessous quelques photos de cette belle action). Sur place avait été trouvée le tag « Éteindre les antennes, allumer les consciences. Solidaires avec les anarchistes détenus et sous contrôle judiciaire ». Les compas sont aussi accusé.e.s de s’être solidarisé.e.s avec les révoltes dans les taules de début mars et avec la grève de la faim des compagnonnes enfermées à L’Aquila, l’été dernière, d’avoir participé aux luttes contre les frontières et contre l’État et ses sbires. Des perquisitions ont été menées à Bologne mais aussi à Milan et dans la province de Florence.

 

Encore des infos sur l’opération répressive « Ritrovo »

reçu par mail / mercredi 13 mai 2020

Pendant la nui du 13 mai, sept anarchistes ont été arrêtés, entre Bologne, Milan et la Toscane ; cinq autres anarchistes ont reçu une interdiction de sortir du territoire de la commune de leur domicile et l’espace de documentation anarchiste « Il Tribolo », à Bologne, a été perquisitionné. Cette opération répressive, nommée « Ritrovo », a été coordonnée par le Procureur Stefano Dambruoso et les Carabinieri du ROS [Raggruppamento Operativo Speciale des Carabinieri, qui s’occupe de criminalité organisée et de terrorisme ; NdAtt.], qui a effectué les arrestations et les perquisitions avec l’appui de la brigade des Carabinieri de la province de Bologne.

Les sept compas arrêtés sont inculpés en vertu de l’article 270bis du Code pénal [association subversive avec finalité de terrorisme ou de subversion de l’ordre démocratique ; NdAtt.]. D’autres chefs d’inculpation sont la provocation aux crimes et délits (art. 414 du code pénal italien), des dégradation légères (art. 639), la dégradation et destruction de bien (art. 635). Une personne est accusée en vertu de l’article 423 (incendie volontaire), pour l’attaque incendiaire du 16 décembre 2018 contre des antennes des télécommunications (des télévisions nationales et locales) situés en localité San Donato, à Bologne. Sur place avait été laissé le tag « Éteindre les antennes, allumer les consciences. Solidaires avec les anarchistes détenus et sous contrôle judiciaire ».

Les forces de la répression déclarent que les inculpés avaient crée une association subversive-terroriste ayant « pur but d’affirmer et de répandre l’idéologie anarcho-insurrectionaliste et de l’instigation, par la diffusion de matériel de propagande, à commettre des actes de violence contre les institutions publiques ».
De plus, le Parquet de Bologne, avec l’aide des médias au solde de l’État, a souligné que les mesures de détention préventive ont « une valeur stratégique de prévention, afin d’éviter que lors de possibles, futurs moments de tension sociale [liés à l’épidémie de coronavirus] puissent s’incruster des moments de campagne anti-étatique plus large ».

https://attaque.noblogs.org/post/2020/05/14/italie-encore-des-infos-sur-loperation-repressive-ritrovo/

Link_go attaque

Commentaire(s)