St-Nazaire : débrayage aux chantiers de l'atlantique

Mis a jour : le mardi 17 mars 2020 à 20:40

Mot-clefs:
Lieux:

- La vie des ouvriers est-elle moins importante que leurs profits ? -

Ce mardi 17 mars, plusieurs centaines d'ouvriers des chantiers navals de l'Atlantique, à Saint-Nazaire, ont débrayé. Réunis devant la porte 4 des Chantiers, ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent aller travailler alors que le gouvernement appelle à rester chez soi pour cause de pandémie : « on est plus de 10 000 à travailler ici alors que tout le monde se confine ! » La CGT exige la fermeture de la boite : « Tout le monde doit rester à la maison payé à 100% intérimaires et sous traitant compris ! Si nos patrons sont irresponsables pas nous ! »

69450098_532693234143192_3042483720712880128_n-medium

Tous les jours, les ouvriers doivent « embarquer » à bord des paquebots en construction. Parmi eux, le luxueux Celebrity Apex, qui doit être livré et prendre le large en fin de semaine.

« Alors qu’on interdit les rassemblements, qu’on demande aux gens de rester chez eux et de ne même pas aller dans les parcs, ici on se côtoie tous. Pas de gel, pas de masques. La direction n’a proposé que des mesurettes ! » Toujours à Saint-Nazaire, l'usine Airbus a préféré fermer temporairement, sous la pression des salariés.

Les travailleurs et travailleuses en lutte sont plus raisonnables que nos gouvernants. Soutenons les.

---
Sources : Union Locale CGT Saint Nazaire

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-inquiets-les-salaries-des-chantiers-de-l-atlantique-refusent-de-prendre-leurs-postes-6783248

Link_go https://www.nantes-revoltee.com/saint-nazaire-debrayage-aux-chantiers-de-latlantique/

Commentaire(s)

> scandale aux Chantiers de l'Atlantique

19/03/2020: CGT Navale et USM-CGT Exposition massive au risque de contamination au Covid19
En début de semaine, la direction des Chantiers de l'Atlantique n'a pas hésité à maintenir au travail 9.000 salariés entassés dans une véritable fourmilière humaine (à bord, comme dans les ateliers et les bureaux d'étude) avec les risques évidents de contagion dans cet immense "bouillon de culture", sans mesures efficaces de protection et sans aucune justification d'activité vitale pour la collectivité.
Mardi 17 et mercredi 18 mars c'est la mobilisation spontanée, soutenue et organisée par la CGT, de milliers de salariés (travailleurs en CDI des Chantiers, sous-traitants, CDD, intérimaires, "détachés" de diverses nationalités) qui a imposé l'arrêt de fait des travaux puis contraint une partie importante des entreprises présentes sur le site (plusieurs centaines) à l'officialiser jusqu'à vendredi soir.
Malgré cela, le refus scandaleux de la direction des Chantiers de l'Atlantique d'ordonner la fermeture totale du site la rend responsable et complice de situations qui perdurent telles que celle montrée sur cette photo (https://www.facebook.com/1788617274762221/photos/a.1788638214760127/2407683406188935/ ) qui nous est parvenue avec ce commentaire :

« Voilà comment se passe l'organisation de la direction des Chantiers de l'Atlantique. Lamentable pendant que les soignants se démènent jour et nuit pour combattre ce virus. On a donc été voir le Pc sécurité pour signaler cet énorme problème de regroupement. Réponse : on n'a pas de consignes particulières pour ça ! »

Ce scandale sera à nouveau dénoncé auprès des pouvoirs publics (moralisateurs et menaçants vis-à-vis des joggers mais muets sur ce sujet) et de la direction des Chantiers qui a convoqué les syndicats ce vendredi 20 mars. Elle devra annoncer ses décisions sur la suspension du travail et la fermeture du site à partir de vendredi soir (équipes de Week-end et de VSD) et pour la semaine prochaine. Sera évoqué aussi la question essentielle du maintien des salaires pour tous car comme l'ont exprimé de nombreux travailleurs "On ne veut pas subir le double chantage de la menace du Coronavirus et de l'impossibilité de finir la fin du mois".