Fascisme à Nantes, riposte féministe

Mis a jour : le vendredi 31 janvier 2020 à 10:41

Mot-clefs: antifascisme
Lieux:

Le week-end dernier, des tags néonazis ont été découvert sur les murs du pôle étudiant à la fac de Nantes. Croix gammées, croix celtiques, insultes à la mémoire de l'activiste antifasciste Clément Méric... signé "Arsouille", un nom qui revient et qui déjà s'était fait connaître sur la fresque anti-rep.

1-medium

2-medium

3-medium

4-medium

5-medium

6-medium

7-medium

8-medium

Très vite, des actions ont été mises en place. Parce que le fascisme n'a pas sa place à Nantes, une riposte à plusieurs échelles a été menée.
Des tags antifas et féministes ont repris leur place à l'université. La lutte antifasciste et anti patriarcat ne peuvent pas être dissociées, et nous lutterons toujours dans cette dynamique intersectionnelle.
Le lundi 27 à 12h, un rassemblement contre l'extrême droite a été organisé par Sud Éducation 44 devant le pôle. Il a réunit étudiant.es, syndicats et professeur.es.

Mais cette semaine à Nantes, les fafs ont voulu redoubler de visibilité.
Hier soir, mercredi 29 janvier, un rassemblement anti-PMA prenait place devant la préfecture. Sous couvert de "questionnement bioéthique", le mouvement anti PMA lancé à Nantes par la Manif pour tous n'est qu'un relent d'homophobie et de sexisme. Leur rendez-vous n'a heureusement attiré qu'une petite trentaine d'activistes gâteux, et une quinzaine de fafs cagoulés. Côté riposte antifasciste, une centaine de camarades étaient présents.

La police, également sur place, a comme à leur habitude protégé les fachos. Jusqu'à les escorter à la fin du rassemblement. Une mob plus deter a suivi, mais la flicaille a blessé des camarades et procédé à une interpellation.

Le CAFN condamne le fascisme, et toutes les oppressions qui en découle. Nous saluons les initiatives populaires, révolutionnaires et antifascistes. Et nik Arsouille

Commentaire(s)

> FAFS ET POLICE : MAIN DANS LA MAIN DANS LA RÉPRESSION

Coalition fafs/police pour réprimer un rassemblement contre le projet politique de La Manif Pour Tous.

(TW : Ce texte contient des propos homophobes et putophobes)

Alors qu’un rassemblement de La Manif Pour Tous avait lieu devant la préfecture, des personnes s'étaient rassemblées hier soir pour manifester leur opposition au projet politique de LMPT et répondre aux menaces de violence à leur encontre proférées par des militants d'extrême droite sur les réseaux sociaux. Précisons que les militant.es de LMPT étaient appuyé par un groupe ouvertement néo-nazi, Arsouille Naoned, regroupant d'anciens membres du GUD, de la Breizh Firm et de Defend Naoned. Pour rappel, les militants de la Breizh Firm sont responsables de l'attaque perpétrée contre un bar nantais cet été et ceux du GUD, de la violente agression de deux jeunes hommes en 2017.

Comme à leur habitude, la BAC et la CDI protégeaient les fafs, faisant face à leurs opposant.es à coup de gazs et de matraque. En bon soldats de l'état, les fafs ont d'abord applaudi ces violences, avant d'aider littéralement la police à repousser le contre rasssemblement antifasciste (et ça prétend représenter le prolétariat LOL).
C’est alors que la BAC, matraques et LBD en main, a tenté de frapper et interpeller les personnes présentes en les pourchassant le long de la ligne de tram aux cris de (TW) « Venez bande de sale pédé », « On va vous niquer bande de fils de pute ». Collés aux keufs pendant les charges, les fafs profitaient de ces occasions pour tenter d’agresser les personnes présentes. Malgré le dispositif policier démesuré agissant en veritable protecteur de ces militants d'extrême droite, les personnes présent.es ont su mettre en déroute ces derniers après avoir semé, un court instant, la police. En l'absence de leur escadron perso, les petits protégés n'ont su faire que... courir brillant une fois de plus par leur courage. Precisons que, le timing parfait entre le seul moment où les fafs se sont trouvés sans la protection des keufs et l' intervention de la BAC laisse penser qu'une entente claire pour un guet apens à été réalisée entre eux.

Cette soirée vient confirmer deux éléments :

- La coalition indiscutable entre la BAC nantaise (plus généralement la police) et les militants les plus radicaux d’êxtrême droite. C’est main dans la main qu'ils s’organisent en manifs où à l'occasion de rassemblements comme celui d'hier soir.

- Lorsque les fafs ne sont plus protégés par la police et face à une autodéfense populaire ils préfèrent courir.

Merci à celles et ceux présent.es.

Face à la police et aux fafs, autodéfense populaire !

#AlloLaPolice
#FlicsFafsTrueLove
#DéfaiteSurDéfaite
#OnVeutLeWiki

> à qui la nique?

Ne faudrait-il pas à un moment questionner, dans des groupes sensément anti-patriarcat et féministes, l'usage forcené du "nique/nik X" (idem avec "baiser" d'ailleurs)? Parce que c'est de fait ni plus ni moins du langage lié au viol quand même, qu'on l'utilise de cette façon explicite ou pas.

Et par ailleurs c'est quoi le blème avec Marguerite Stern (honnête question sans à priori, il a fallu que je duckduckgeese son nom pour seulement savoir qui c'était).

> Chige, yeah !

Voua, merci à Chige pour ton commentaire. Je me serai sentie trop mal d'être la seule à remarquer/penser ça.

Clairement, c'est pas possible d'être féministe et d'écrire "nique machin", "nique machine".

Parce que, c'est une menace de viol.

Donc merci les gen.tes de laisser le féminisme tranquille pour vos tags de merde.

> Un seul féminisme?

Tout est dans le titre. Merci de nous éduquer à ta manière d'être politiquement correcte au nom DU féminisme. love love

> Malaise aussi

Je ne comprends pas non plus pourquoi le terme "nique" est utilisé dans ce billet. "Nique la bac" encore, est une expression courante (bien que critiquable), mais la surenchère de "nique" encourage certes la culture du viol.

- réponse au commentaire ci-dessus -
Marguerite Stern a été médiatisée pour sa transphobie. C'est pour cela qu'elle est dénoncée ici. Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une féministe. Et que l'on ne peut mettre des fascistes et une féministe sur le même plan. C'est encourager par là certaines formes de misogynie. D'autant plus que les femmes (et d'autant plus les féministes) sont sans cesse victimes de campagnes de harcèlement. Et MS n'y manque certainement pas au vu de sa médiatisation suite à sa campagne contre les violences conjugales.

Il est intéressant de noter qu'ici le terme "nique" a justement été utilisé pour s'adresser à Marguerite Stern. C'est même tout à fait déplorable.

Ca ne serait pas la première fois à Nantes qu'un groupe de "féministes" décide de s'en prendre collectivement à une autre féministe. Et c'est bien malheureux.

PS: Je ne partage absolument pas les propos transphobes de madame Stern, et je fais tout pour minimiser leur portée.

> Hivemind

Un post e blog approprié sur la question j'imagine.
http://blog.ecologie-politique.eu/post/Guerre-de-tranchees-feministe

> confus

C'est vachement intéressant comment les seules personnes que j'ai entendu dire "Ya pas qu'un seul féminisme !" ; "Ya DES féminismeS" étaient systématiquement des confus-es.

Cet article ne fait que renforcer mon vécu. Ecrire des appels aux viols, de qui que ce soit, ça ne peut pas être féministe. Ce serait comme d'essayer de me faire croire que des appels au lynchage peuvent être antiraciste.

Donc des féministes qui appelent au viol... ne sont pas féministes. Et c'est pas parce qu'elles s'en réclament qu'on est obligées de les croire.

> La même

Pour les féministes transphobes. Elles ne sont pas féministes non plus alors. Ni les féministes "laïques" anti-voile qui se retrouve dans des positions racistes à défendre l'état colonial français.

Pas mal de se poser en grande juge qui définit ce qu'est LE féminisme, qui sera toujours le sien et pas celui des autres.

Retourne donc lire badinter et lâche nous.

> Quitte à raconter n'importe quoi...

Tu remarqueras que je ne dis pas ce QU'EST le féminisme. Jamais. Je dis ce qu'il N'EST PAS.

Le féminisme n'est pas l'appel au viol. Ca ne le sera jamais. Cette limite n'est pas discutable.

Et toute perseonne qui voudra discuter cette limite, je les désignerai de "confus.es". Tu peux t'offusquer, mais "confus.es" est un terme encore bien trop gentil.

Quand au fait de me désigner comme l'ennemie (selon toi je lis Badinter, qui est mascu. Tu as dû consulter ta boule de cristal), parce que je dénonce le confusionisme anti-féminisme... Wahou. Je savais que la meilleure défense était l'attaque, mais là tu attaques n'importe comment.

Ca se voit.

> Nik

oh vos gueules sérieux. Y'a aucun appel au viol à dire nik. C'est juste une expression surutilisé dans la classe populaire mais votre féminisme bourgeois et condescendant vous empêche de faire marcher votre ouverture d'esprit. Nikez vous