nantes: compte rendus du 10/12

Mis a jour : le mercredi 11 décembre 2019 à 13:15

Mot-clefs: réforme_retraites_2019
Lieux:

Publié par le groupe: GroupAutoMedias44

Journée du 10/12 mouvement des retraites (mais pas que)

La journée commença par des débrayages de lycées (Livet, Bourdonières, Jules Verne …) et un piquet de grève des chemineaux à moutonnerie qui ont convergé vers 10 ou 11h. Pendant ce temps la fac, occupée depuis la veille au soir se mobilisait elle aussi.

Tout comme jeudi dernier, des grèves importantes, des blocages et piquets.

Après la manif de samedi dernier on pouvait s’attendre à un dispositif policier important et à beaucoup de répression. Le dispositif était là : hélico, cannons à eau et nombre de CRS, GM, CDI, BAC… On s’en tire cependant pas si mal niveau répression, même si l’encadrement de très près a tenu le cortège sous tension en permanence. Au moindre bruit ou geste suspect, les GM se regroupaient et s’approchaient près à tirer et le cortège bien souvent peu compacte se sentait en danger. Beaucoup de contrôles également avant et après la manif, qui ont donnés lieu à au moins 6 arrestations.

Encore un bel effectif, quelques 15000 personnes au départ de manif. Ambiance joyeuse et tranquille, beaucoup de chants et musique. Pas mal de tags ont fleuri au long du parcours, notamment sur la préfecture où l’on pouvait lire : Alerte météo : pluie de chaises ! Joli clin d’œil à samedi dernier :)

Un premier tour sans encombres, une belle banderole géante est déployée d’un balcon place du cirque, on y lit : Ne vous dispersez pas, on tient la rue. Fin du tour, ça repart spontanément pour un deuxième, suivit par quasi toute la manif, premier gazage cours saint pierre, on se retrouve à stagner un peu avant d’avancer vers la préfecture, la manif s’étire et est presque coupée en deux mais fini par se recomposée. Au niveau de la préfecture, l’hélico se ramène, encore au moins 5000 personnes sont présentent. Le tour se termine, une bonne partie de la manif s’arrête là mais peu être un millier de personnes se relance pour un 3ème tour ! Les GM bloquent fort au niveau de l’arrêt cathédrale, on remonte quand même sur le cours st André, la BAC est dans sa ruelle habituelle derrière la pref, ça se groupe pour les huer. Après quelques projectiles, ils reculent puis envoient des lacrymos. A ce moment la manif aurait pu continuer devant la préfecture etc. mais, marre de tourner en rond, elle choisie plutôt de se cristalliser de nouveau face à la ruelle où sont postés keufs. Ca regaze, ça re-recule, pas de grenades ou LBD, pas de blesé.e.s hormis malaises dus aux gaz. Pour finir, les quelques centaines de personnes qu’il restent tentent repartir vers St Mihel mais le cordon de GM se ressert et fait des sommations. Les gens font demi tour, d’autant plus que côté pref c’est le canon à eau qui arrive. Gazs, grenades, penn arms et canon à eau sont alors actionnés contre nous. Ca remonte vers Duchesse Anne, en gueulant « manif sauvage », quelques poubelles et barrières de chantiers sont déplacées pour entraver la route, la petite foule est suivie de très par le canon à eau, ça envisage de tourner vers la gare mais en arrivant au niveau du tram plusieurs cars de GM déboulent, les gens bifurquent donc vers le miroir d’eau où illes finissent par se disperser petit à petit, certain.e.s autours d’un goûté. Nombreux cordons et contrôles policiers encore présent les heures qui suivent.

Le soir, une AG de lutte à la maison du peuple et une aux beaux arts. Puis ouverture d’un lieu de lutte (à suive...)

Commentaire(s)

> Attention lors de l'écriture des C.R.

Merci pour ce compte rendu.
Cependant, il y a des façons de dire les choses qui me dérangent. Par exemple: "On s’en tire cependant pas si mal niveau répression". Je ne pense pas que cette façon de dire qu'il y a moins eu de personnes qui se sont faites apréhendées par les flics soit heureuse!
Celles et ceux qui elles se sont faites choper ne doivent apprécier qu'à moitié cette apparente réjouissance, et aussi, quand un.e de nous tombe, c'est tout le monde qui est en réalité attaqué et qui doit se sentir concerné.e, touché.e de près!
De plus, peu d'arrestations ne veut pas dire peu de répression!
Et ce passage aussi : "pas de blessé.e.s hormis malaises dus aux gaz". Est ce que la/les personnes qui ont écrit ce C.R. sont absolument sures qu'il n'y a eu aucun.e blessé.e ??? Comment peuvent ieles le savoir ???
Bref, entre certains comptes rendu triomphalistes et pleins de sensationnalisme, bien raccords avec cette société du spectacle, et d'autres rédigés à la va-vite, il nous faut sans doute apprendre à mieux dire les choses. On ne parle pas là du dernier spectacle, du dernier jeu vidéo, ou du dernier film qui viennent de sortir...
Les enjeux autant que les souffrances sont hélas bien réels et dramatiques!

> effectivement

Effectivement cr écrit tard après une journée de mobilisation et de réu par des personnes bien fatiguées, il manque des mots et c'est plein de fautes désolé.e.s !

Pour les blessé.e.s c'est dit par rapport au moment autour de la ruelle, oui on est sur car on en a discuté avec les médics en plus d'être présents sur place, mais sur la fin de manif où on a préciser usage du penn arms etc par contre on sait pas s'il y a eu des blessé.e.s...

> Compte-rendu audio de la journée

Radio Cayenne a fait nu compte-rendu audio de cette manif à Nantes :
https://archive.org/details/manif_201912