Le lundi, c'est blocage

Mis a jour : le lundi 9 décembre 2019 à 17:47

Mot-clefs: réforme_retraites_2019
Lieux: france

Depuis l'aube, une multitude de blocages fleurissent sur tout le territoire. Partout, des grévistes se mobilisent pour bloquer les flux et la production là où ça tourne encore.

78051601_1464878863664392_5245457525838446592_o-medium
Nantes

Les secteurs les plus combatifs sont très mobilisés, mais la grève massive emporte aussi de nombreux salarié.es qui ne veulent pas d'une retraite minable et qui s'opposent plus largement à Macron et son monde.

Des cheminot.es, des agents RATP, des enseignant.es, des postier.es...mais aussi des hospitalier.es, des éducs, des pompier.es, des routier.es, des manutentionnaires, des employé.es du commerce...des étudiant.es, des lycéen.es, des chômeur.ses, des retraité.es...en Gilets Jaunes, Rouges, Roses...ou tout simplement des révolté.es

Cette diversité peut encore s'élargir. La journée de #Mardi10 s'annonce énorme et celle de #Jeudi12 également. Et les suivantes ?

Ci-dessous, une liste des opérations blocages d'aujourd'hui, qui viennent s'ajouter à l'effet massif des grèves. N'hésitez pas à compléter en commentaires...

Les blocages économiques :
Dépôts RATP en IDF : Saint-Ouen, Gennevilliers, Pantin, Lagny, Vitry-sur-Seine, Thiais, Montrouge
Garenne-Colombes : Ligne T2 du tramway
Rouen : blocage du MIN par l'AG Interpro
Rouen : blocage des routiers rive gauche
Blocages de raffinerie et dépôts pétroliers à Grandpuits, Frontignan, Dijon-Longvic
Le Havre : filtrage de l’accès au pont de Normandie
Charleville: blocage des bus TAC
Nantes : blocage des accès à l’aéroport et autour de la gare
Lorient : Dépôt de bus bloqué
Cestas : entrepôts Carrefour, Lidl et DHL
Toulouse : filtrage et tractage au rond-point de la gare

Blocages de facs et lycées :
Lycée Diderot et Colbert à Paris
Centre René Cassin à Sorbonne
Lycée Ampere Saxe Lyon (où un ado de 15ans a reçu un LBD en plein visage vendredi)
Au moins 7 lycées dans la métropole lilloise
Université de la Rochelle
Université de Bordeaux
Université Lyon 2 et 3
Poitiers : Lycées Bois d'Amour et Nelson Mandela

Et un gros bonus : Sabotage du réseau électrique à Versailles, avec Préfecture, Commissariat et Gare dans le noir

#GrèveBlocageMacronDégage
#LeLundiCestFumis #LeMardiAussi
#PalettesEtPaillettes

Link_go source

Commentaire(s)

> DES NOUVELLES DE LA GRÈVE

- Centrale électrique à l'arrêt, cheminots qui tiennent bon, sabotages, soutien populaire -

Demain mardi 10 décembre, c'est jour de grève générale. Après la grève historique du 5 décembre, cette deuxième journée va accentuer la pression, jusqu'à ce que le gouvernement recule. Les initiatives se multiplient dans tout le pays.

GRÈVES PARTOUT

Ce lundi 9 décembre, des grévistes ont envahi la salle de commandement de la centrale EDF de la centre électrique de Cordemais, près de Nantes. « Les deux unités de production d’électricité sont à l’arrêt » rapporte la presse. Les drapeaux syndicaux flottent sur le bâtiment. « Les grévistes ont empêché la mise en route de deux unités de production, qui devaient produire de l’électricité ce soir. » Le début du Black Out ?

Du côté des chemins de fer, c'est la paralysie. La SNCF annonce pour demain 1 TGV sur 5, 1 transilien sur 5, et 3 TER sur 10 au maximum. Les cheminots tiennent bon. Avec les enseignants, c'est le secteur le plus fortement mobilisé depuis une semaine. Dans les transports en commun parisiens le trafic est quasiment paralysé depuis plusieurs jours, entraînant les plus gros bouchons de l'histoire de la capitale.

Dans différentes villes, les transports sont aussi très touchés par la grève : à Clermont par exemple, les tramways ne circulent quasiment pas. Exception à la TAN. Les transports de l'agglomération nantaise ne sont quasiment pas touchés par le mouvement social. Visiblement, les agents de la TAN préfèrent manifester pour réclamer plus de policiers et de caméras dans les trams que pour les droits sociaux !

SABOTAGES

A Versailles, une « coupure sauvage » a été organisée par les électriciens. L'électricité a été coupée dans le quartier de la préfecture ! Le commissariat et le préfet privés de courant. Des agents d'EDF ont revendiqué initiative pour « maintenir la pression ». Espérons qu'ils servent d'exemples.

La semaine dernière, « une installation électrique de la ligne de TGV Paris-Marseille » était sabotée par des inconnus, empêchant les rares trains conduits par des non-grévistes de circuler.

Ce matin, c'est le Marché d'Intérêt National de Rouen qui était bloqué. Mais pour corser la situation, des anonymes ont aussi coupé le courant. Blocage complet.

Chez EDF, des dizaines de véhicules de l'entreprise ont eu leurs quatre pneus dégonflés en Seine-Saint-Denis, sur les sites de Noisy-le-sec et la Courneuve. Chômage technique pour les agents !

Ces quelques exemples médiatisés ne sont sans doute qu'une partie d'un grand nombre de petites résistances pour accroître le rapport de force.

SOUTIEN POPULAIRE

Selon un sondage, 68% des Français soutiennent le mouvement de grève contre la réforme des retraites. Un soutien archi-massif, alors que les perturbations provoquées par les grèves sont très importantes, et que la quasi-totalité des médias sont en propagande continue contre le mouvement. Un miracle qui révèle une lame de fond.

Un autre sondage il y a deux jours lancé par le journal de droite le JDD parlait de 53% des Français ayant une "image positive" du mouvement. Le gouvernement a perdu la bataille de l'opinion.

Mais cela ne suffit pas. Des dizaines de millions de personnes veulent l'abandon du projet de casse des retraites. Il suffirait que seulement la moitié d'entre eux descendent dans la rue pour entrainer une victoire, et peut-être la révolution.

A suivre !