Nantes : attaque fasciste & homophobe

Mis a jour : le mardi 3 décembre 2019 à 01:01

Mot-clefs: antifascisme genre
Lieux:

Dimanche 1er décembre, c'était la « journée mondiale de lutte contre le SIDA et le VIH ». Le groupuscule « La Manif pour Tous », qui s'oppose à l'égalité des droits, et en particulier aux droits des personnes homosexuelles, n'a rien trouvé de mieux que de choisir cette date pour manifester à Nantes.

78649698_2594300223939468_726081590236545024_o-medium
Photo : Estelle Ruiz

Au sein de cette « Manif Pour Tous », des individus ouvertement néo-nazis ont attaqué des militants et militantes pour l'égalité des droits devant la préfecture. Une femme a notamment été frappée au visage. Une autre agressée ultérieurement par des individus cagoulés, gantés, et arborant pour certains la symbolique SS.

Un militant témoin de l'attaque raconte :

« La manif pour tous, non violente, vraiment ? […] Un homme s'est avancé hors du cortège devant la préfecture et a asséné un coup de poing au visage d'une des lanceur.euse.s de capotes, elle a été prise en charge et évacuée par les pompiers quelques minutes après. Une fois les manifs terminées, un groupe du contingent LMPT a pris la direction de Talensac, exclusivement masculin, blanc, masqué. […] une mère revient en courant, se dirigeant vers la dernière voiture de police restée devant la préfecture « ils sont sur talensac, ils viennent d'agresser une fille, ils redescendent ».
[...]
Le 1er décembre, la haine n'a pas sa place, pas plus que le 8 mars, le 17 mai ou tout autre jour, et à chaque fois que la haine sortira de son trou, nous serons là. Il serait temps […] d'interdire ces rassemblements haineux, violents psychologiquement et physiquement. La haine n'est pas une opinion, LMPT n'a pas sa place dans nos rues, dans nos vies. »

Link_go https://www.nantes-revoltee.com/nantes-attaque-fasciste-homophobe/

Commentaire(s)

> Dimanche 1er Décembre, les néo-fascistes nantais ont refait surface.

Dimanche 1er Décembre, les néo-fascistes nantais ont refait surface.

Hier soir, en réaction au rassemblement sur le parvis de la préfecture des Sentinelles contre la PMA sans père, des militant.es pour les droits des personnes LGBTQI+ avaient organisé un contre rassemblement. Les Sentinelles, militants de La Manif Pour Tous étaient accompagnés par un groupe de néo-fascistes qui assurait leur service d’ordre. Ces derniers se sont amusés à agresser une camarade militante, la faire tomber et la frapper au sol. Cette personne a dû être hospitalisée. Nous apprendrons plus tard dans la soirée qu’ils s'en prendront à une autre personne isolée (étonnant) dans le quartier Talensac. Nos pensées vont bien sûr à elles deux.

Face à cette agression, une autodéfense populaire s’est mise en place. Escorté dans un premier temps par la police, le groupe d’une quinzaine d’individus fascistes a d’abord fait semblant de quitter les lieux avant de revenir pour tenter d’agresser, une fois encore, les dernières personnes présentes à ce contre-rassemblement. Elles ne se sont pas laissé faire et ont tenu la ligne face à leurs agresseurs. La police a jugé nécessaire d'éviter le contact entre les deux groupes, en faisant usage de lacrymogène sur les camarades présents et présentes déterminé.es à chasser les fascistes.

Est-ce utile de préciser que les policiers nous faisaient face et leur tournaient le dos comme pour les protéger ? Est-il là encore utile de préciser que ces mêmes agresseurs se volatiliseront quelques minutes plus tard, malgré une mobilisation cherchant à les retrouver dans la ville, pour ensuite, comme à leurs habitudes, fanfaronner avec des CR bidons sur les réseaux sociaux ?

Face à ces attaques LGBTQI-phobes et fascistes, nous rappelons encore une fois notre soutien total et inconditionnel aux personnes victimes d’LGBTQIphobie sous toutes ses formes.

Face à la police et aux fascistes, autodéfense populaire.