Ciné-débat, espace de témoignages : réfléchir ensemble à de nouveaux moyens de lutte

Mis a jour : le jeudi 7 novembre 2019 à 11:11

Mot-clefs: genre
Lieux:

Depuis plusieurs mois maintenant, le CAFN a été créé. Nous sommes très fières des nombreuses actions de terrain que nous avons mené, ensemble et avec votre aide.


À partir du mois de décembre, nous avons pensé à un autre mode de communication, de sensibilisation et de lutte. Nous souhaitons mettre en place un rendez-vous féministe une fois par quinzaine au sein de la fac de Nantes.

75242081_455811471729928_8169587096223219712_n-medium

Concrètement, comment ça se passe ?
Chaque mois, nous choisirons un thème féministe. Nous avons déjà réfléchi à plusieurs sujets, comme la charge mentale, la précarité menstruelle, la virilité toxique, ou la place des femmes dans les quartiers. Nous vous indiquerons la liste complète dans les commentaires, et nous vous invitons à nous suggérer de nouveaux thèmes !

En début de mois, aura lieu une projection de film sur ledit thème, avec une discussion par la suite. Nous inviterons chaque fois des concerné.es, que ce soit par le biais d'associations, de collectifs militants, ou de volontaires isolés. 15 jours plus tard, nous ouvrirons un espace témoignage entre concerné.es seulement, afin d'échanger et de se soutenir par rapport au thème féministe du mois. Nous offrirons la possibilité de témoigner de manière anonyme tout en étant sur place.

La question de la mixité sera évoquée pour chaque thème féministe. Autant elle peut être utile sur des thèmes comme la virilité toxique, autant beaucoup moins sur ceux du harcèlement de rue ou des féminicides. Dans la majeur partie des cas, nous ouvrirons la projection à tous.tes, mais nous n'inviterons à débattre ou à venir à l'espace témoignage que des personnes plus concernées. Le but étant de toute manière de faire de ces endroits des espaces safes, où aucune oppression ne seront tolérées, même de la part de nos intervenant.es.

Les objectifs de ces 2 actions sont de répandre l'information, de sensibiliser un public au question du féminisme et de faire de ces espaces des lieux d'échange, de partage, de soutien et de rencontre. Se rencontrer entre concerné.es et avoir de nouveaux accès à l'information, c'est déjà s'organiser.

Nous n'oublions pas qu'intervenir à la fac constitue un public très restreint et privilégié. Nous sommes conscientes que le milieu universitaire est en grande partie blanc et de classe moyenne ou supérieure. Nos actions et notre collectif ne s'arrêtent pas à ce public favorisé, et nous comptons tout mettre en œuvre pour expendre la lutte féminisme et le militantisme dans des secteurs plus diversifiés, ouverts et trop souvent oubliés alors que plus touchés. Nous savons cependant que ce mode de sensibilisation prendra particulièrement bien à la fac ;) Nous précisions tout de même que ces espaces sont ouverts aux personnes hors-fac et que nous pouvons les exporter dans d'autres lieux si besoin.

Nous vous tiendrons au courant des thèmes, lieux et horaires. Ceci n'est qu'une annonce de notre prochaine action.

Merci à tous.tes, nous attendons vos retours !

Link_go source

Commentaire(s)

> Intitulé

Séparer "travail du sexe" et "esclavage sexuel" est déjà une prise de position politique, ce qui est amusant c'est qu'ensuite est proposé "historique et différentes visions du féminisme".
Est-ce que comme à d'autres réunions sensément "safe", les féministes anarchistes pour l'abolition de la prostitution seront encore une fois dénigrées, diabolisées, mal-représentées, insultées et accusées d'être des vieilles bigotes (encore un peu plus d'âgisme certain-e-s ne sont plus à sa près) ou le but c'est de faire vivre une pluralité d'opinions?