Fête de la musique à Nantes : charges et lacrymogènes, des fêtards tombent dans La Loire !

Mis a jour : le dimanche 23 juin 2019 à 20:20

Mot-clefs: Répression
Lieux: Nantes



- Violences policières contre un Sound system sur l’île de Nantes. Nombreux blessés, et 14 personnes repêchées dans la Loire. Témoignages. -

64619474_2278858032150357_2173224692674985984_n-medium

Pour la fête de la musique, les autorités nantaises ont mis les grands moyens pour gâcher la soirée : nombreuses patrouilles, police municipale et BAC omniprésente dans des camions banalisés. Dès minuit, des stands sont verbalisés et quelques fêtards arrêtés. Tout est déjà en place pour faire monter inutilement les tensions.

Mais c'est sur l'île de Nantes que la situation manque de virer au drame. Comme l'an dernier, le long du quai Wilson, un Sound system diffuse de la musique techno. Gros succès au rendez-vous : des milliers de jeunes s'y retrouvent pour danser jusqu'au bout de la nuit. Mais c'est sans compter la répression aveugle qui frappe désormais tous les événements populaires. Vers 4H30 du matin, la police exige l'arrêt immédiat de la musique. Sans attendre, les forces de l'ordre gazent massivement, frappent, et jettent des grenades de désencerclement. Cette violence inattendue contre une foule majoritairement jeune et enivrée provoque un mouvement de foule très dangereux : de nombreux fêtards tombent dans la Loire !

Heureusement, des bateaux de sauveteurs patrouillent le long des quais, et parviennent à repêcher les personnes dans le fleuve. Selon les pompiers, pas moins de 14 personnes ont été secourues dans la Loire.

Nous avons recueilli plusieurs témoignages accablants.

Une fêtarde nous écrit : « On s'est fait gazer, matraquer, on nous a lancé des grenades de désencerclement à la fête de la musique. Apparemment les organisateurs n'ont pas coupé la musique assez vite ... 3 personnes à notre connaissance sont tombées dans l'eau. On s'est pris des grenades et des gaz au bord de la Loire. Tout le monde avait un coup dans le nez. C'était la cata ! »

Une personne, également présente sur les lieux raconte : « Ça c'est passé quand ils ont demandé de couper le son. Les organisateurs ont coupé, mais apparemment ils auraient fait chanter certaines personnes en remettant un peu de son. C'est la que ça serais parti. Il y a eu du gaz. Des personnes sont tombées à l'eau. […] Pour la suite je sais pas, mais pas mal de vedettes tournaient sur la Loire jusqu'à au moins 6H30 quand je suis parti. » Elle poursuit : « je crois que deux personnes se sont fait interpellées. Et un à été blessé à la tête par une lacrymogène. Perso je me suis fait agripper par un flic puis repousser en arrière parce-que j'étais trop près. "C'est encore un gaucho celui-là", le chef est venu et ma menacé de m'embarquer si je dégageais pas. »

Un de nos reporters qui se trouvait sur place confirme : « cette nuit, gazage, matraques et crânes en sang. Tirs de grenades de désencerclement et de LBD. Un mec a pris 4 ou 5 balles, j'en croyais pas mes yeux. Plusieurs personnes obligées de sauter dans la Loire, invraisemblable ! »

Enfin, un fêtard habitué des manifestations nantaises rapporte : « ce sont deux groupes du PSIG [Peloton de la Gendarmerie] qui sont arrivés appuyés par la BAC. Il y avait des CRS, des chiens … Ils ont gazé immédiatement et envoyé les chiens sur les gens. C'était vraiment sale, j'ai vu au moins 5 interpellations, des gens tabassés au sol. Au moins 15 camions de CRS sont arrivés. C'est débile de gazer juste à côté de la Loire, les gens étaient poussés par le gaz vers le fleuve. En plus il y avait des gens ''défoncés''. Forcément, des gens ont répliqué. Il y avait des rangées de LBD braqués sur les fêtards. J'ai vu des blessés par les tirs et les grenades. » Il conclut : « Même en manif je n'avais pas vu un tel déchaînement de violence gratuite. »

La presse rapporte également qu'un DJ a reçu un coup de taser alors qu'il mixait encore.

Un drame a donc été évité de justesse cette nuit à Nantes. Et selon tous les témoignages, c'est l'intervention violente et aveugle pour empêcher une simple fête de continuer qui semble être à l'origine de la mise en danger de milliers de personnes.

En France, toute expression de rue, militante ou festive, est désormais combattue par les autorités.

Link_go source

Commentaire(s)

> gné?

fétard c teufeur ou on capte rien ?