La Cour de Cassation confirme le non-lieu pour le gendarme qui a tué Rémi Fraisse

Mis a jour : le mercredi 15 mai 2019 à 12:41

Mot-clefs:
Lieux:

Le 25 octobre 2014 au soir, Rémi Fraisse, militant écologiste âgé de 21 ans mourrait sous les tirs des grenades policières à la ZAD de Sivens. Cette nuit-là, au cours d’un festival organisé en soutien à la lutte contre le projet de barrage de Sivens, et alors qu’une requête de la préfecture avait certifié qu’il n’y aurait pas de présence policière, ce sont des dizaines de camions de la gendarmerie qui font irruption. Au cours de la nuit, la répression s’intensifie et Rémi décède. La police tente dans un premier temps d’étouffer l’affaire, prétextant que le jeune militant serait décédé à la suite d’une overdose, avant d’avouer, face à la mobilisation qui prenait forme, que c’est bien une grenade policière qui a tué Rémi.

 

Ce mardi 7 mai, la Cour de Cassation a confirmé le non-lieu qu’avait prononcé le parquet de Toulouse en faveur du gendarme responsable de la mort du militant âgé de seulement 21 ans

Commentaire(s)

> reprendre une depeche afp ne fait pas l'info

Cette depeche a été reprise quadi partout avec son titre mensonger.
En fait ce sibt les recours du père de Remi qui ont été rejetés. La procédure pour casser le nin-lieu est toujours en cours.
Voir l'articke un peu plus renseigné de France 3 :

"Affaire Rémi Fraisse : une nouvelle étape de procédure avant l'appel de l'ordonnance de non-lieu - Joint par téléphone ce matin, Arié Alimi, l'avocat de la famille de Rémi Fraisse a confirmé ces informations. Il a par ailleurs indiqué qu'elles ne mettaient pas un terme à la procédure sur l'appel de l'ordonnance de non-lieu dont a bénéficié le gendarme. Un appel qui sera présenté devant la chambre d'instruction de Toulouse à une date qui n'est pour l'instant pas connue."
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/affaire-remi-fraisse-nouvelle-etape-procedure-appel-ordonnance-non-lieu-1666221.amp

Du coup l'article de l'AFP là, il est faux.