A Turin : l'Asilo résiste !

Mis a jour : le vendredi 8 février 2019 à 01:38

Mot-clefs: Répression / squat logement immigration sans-papieres frontieres
Lieux:

Au petit matin de ce jeudi 7 février 2019, la police a fait irruption dans les occupations de l'Asilo et de Corso Giulio, à Turin en Italie.

Sgombero_asilo-medium

L'Asilo est occupé depuis 1995, c'est un lieu d'habitation mais surtout un lieu central d'organisation pour les luttes qui agitent le quartier et même un peu plus loin : contre les expulsions de logement, contre les centres de rétention et pour la liberté de circulation, contre la taule, la construction de la TAV...

L'occupation de Corso Giulio  est surtout habitative avec un espace collectif. Cette occupation est née de l'assemblée de quartier contre les expulsions de logement. Ce sont principalement des familles qui y vivent et ce matin les flics ont de nouveau fracassé les portes pour perquisitionner et emmener des compagnons.

Tandis qu'à l'Asilo, dont là aussi les portes ont été maintes fois défoncées par les flics, les occupants sont depuis très tôt ce matin sur le toit et résistent à l'expulsion. Le quartier est complètement militarisé et les flics donnent la chasse à quiconque se rassemble pour exprimer sa solidarité. Malgré cela plusieurs rassemblements et manifs sauvages ont eu lieu toute la journée dans la ville en jouant au chat et à la souris avec les flics

La police recherche 8 personnes à Turin et Bologne, pour le moment 5 ont été arrêtées et placées en détention provisoire. Elles sont mises en accusation par l'article 270bis « association subversive » pour des faits de sabotages et d'engins incendiaires, dans plusieurs villes d'Italie, contre des entreprises qui participent à la machine à expulser : construction et gestion des CIE/CPR (centres de rétention), déportations etc...

Sur leur compte twitter, la maire de Turin C. Appendino (mouvement 5 étoiles) et le premier ministre M. Salvini (lega nord) se félicitaient déjà très tôt ce matin de l'intervention des flics, on vous épargne les traducs de leurs conneries.

 

Force et détermination aux personnes arrêtées et aux résistants du toit !

 

Liberté pour tou-t-e-s !!!

pour rester informé :

https://www.autistici.org/macerie/

https://radioblackout.org/2019/02/sgomberi-e-arresti-a-torino-aggiornamenti-7-febbraio/

 

 

Commentaire(s)

> Maj

Trois compagnons sont descendus du toit il y a une heure et nous ont informé, qu'à l'intérieur de l'Asilo, les ouvriers, avec un zèle particulier pour satisfaire les commandes des flics, s'affairent à tout condamner, à murer chaque ouverture, à rendre la structure inutilisable.
Deux personnes sont déjà descendues et ont rejoint le rassemblement en bas tandis que Larry a été arrêté pour l'"association subversive".
Les 3 derniers sont en train de descendre en ce moment.
En bas le rassemblement continue, venez !

Manifestation demain samedi 9 février à Turin

> MAJ manif du 9 février

https://fr.squat.net/2019/02/11/turin-bref-retour-sur-la-manif-de-solidarite-avec-l-asilo-expulse/

https://www.youtube.com/watch?v=nF2oUL7LM_0
https://www.youtube.com/watch?v=gxHuPrpCH0g

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté en fin d’après-midi et durant la soirée du samedi 9 février 2019, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire en italien: «Ils font la guerre aux pauvres et appellent cela rénovation. Nous résistons contre les patrons de la ville».

Sur le parcours, des containers à poubelles ont été incendiés, des axes de circulation bloqués, les flics anti-émeute ont canardé de lacrymo et ont été caillassés, quelques véhicules ont été endommagés (dont un bus de la ville), des vitrines de bâtiments institutionnels ont été brisées. Il y aurait eu une douzaine d’interpellations.

La maire populaiste de Turin, Chiara Appendino, issue du Mouvement 5 étoiles (M5S), a déclaré que «ce qui est en train de se passer ne peut être confondu en aucune manière avec l’exercice de la démocratie», dénonçant des violences «d’une gravité inédite». La bonne blague!

Le ministre de l’Intérieur, le facho bien connu Matteo Salvini, a lui tout simplement déclaré: «La prison pour ces infâmes!»

Solidarité avec tou·te·s les squatteur·euse·s, tou·te·s les galérien·ne·s et tou·te·s les rebelles, de Turin et d’ailleurs!