Récits croisés de la manif du 5 février à #Nantes. T'as cru que c'était la grève générale mais c'était la casse des luttes !

Mis a jour : le jeudi 7 février 2019 à 09:57

Mot-clefs: manif nantes manifestation grève gilets_jaunes giletsjaunes intersyndicale grevegenerale greve_generale luttes_salariales
Lieux: Nantes

A Nantes comme partout en france, on s'y était préparé-e-s, le 5 févier, c'était le tournant de la révolte Jaune grace à la jonction avec l'appel inter-syndical à une grève générale : magie de la convergeance des luttes ! Oui... mais non !
C'était sans compter (à moins de les avoir déjà pratiqués) avec les chefs syndicaux, bien plus empressés à conclure un accord avec la préfecture et rentrer vite au chaud plutôt que s'accorder avec des révolté-e-s, hou la la vous n'y pensez pas ! Et puis des bestioles incontrolables noires et jaunes, ça fait peur et ça pique !
Voici donc une série de récits croisés, à coup de pixels, de réseaux sociaux (hélas), pas mal désabusés pour celleux qui veulent aller plus loin, pas mal exagérément exhaltés pour les autres qui se sont arrêtés sur la route difficile du changement il y a déjà longtemps !

A noter qu'il y a eut, comme à chaque manif, un appel à faire un relai pour attendre les interpellé-e-s et qu'iels ne se sentent pas seul-e-s en sortant de Waldeck (et les mettre en contact avec la legal team quand iels connaissent pas) ... mais comme souvent hélas, pas grand monde ne se sent concerné malgré la médiatisation des abus policiers ces derniers mois !

 

 

20190205_suaan_nantes_dyudmbtwkaet1my-medium
photo de SUUAN

Récit-photos de SUAAN (ou SUVAAN?) qui illustre cette compilation, à retrouver illustré sur twitter en suivant le thread

Syndicats, gilets jaunes, étudiants réunis à Nantes pour manifester ce 5 février. Si par le nombre la manifestation aura été une réussite, la convergence des luttes tend attendu n'aura pas eu lieu. Un petit tour et puis s'en va pour les syndicats.
C'est sur le parvis de la citée des congrès que le rdv était donné. Stand de barbecue, buvette, tracts et camions sono accueillent la foule qui arrive peu à peu. Au loin la BAC procède a des contrôles sans que ça n'émeuve vraiment personne.
S'enchainent les discours d'avant départ. Se succèdent syndicats, étudiants et professeurs.
Mais c'est bien les gilets jaunes et les étudiants qui prennent la tête de cortège. Après presque 3 mois de luttes, c'est sans broncher que les syndicats acceptent.
Le cortège s'élance pour un tour de ville préalablement négocié par les syndicats avec les autorités. Nantes n'avait plus vécu ça depuis longtemps. La tête de cortège choisit de jouer le jeu.
Fin du tour, arrivé au miroir d'eau après 40 minutes de marche, les responsables syndicaux et les camions s'arrêtent. Malgré de vives discussions ils ne repartiront pas : ce qui est un premier pas pour les uns, est une énième trahison pour les autres.
C'est donc dans cette incompréhension que repart un cortège logiquement constitué de gilets jaunes et étudiants. Dès lors le dispositif policier se fait plus visible.
La première tentative de sortie du périmètre balisé est tout de suite réprimée. De la peinture contre des lacrymos.
Le cortège ne repartira pas des 50 otages. Le rapport de force tournant à leur avantage, la BAC se permet maintenant d'être plus visible et de menacer le cortège
On remarque toute l'inutilité de la caméra fixée sur le tireur du LBD. Sa position de tir rend impossible une vision clair et nette de la scène.
Un feu de poubelles est allumé, les manifestants se dispersent. Les imprudents qui sont restés à la croisée des trams se font évidemment courser par la BAC. Plusieurs interpellations.

 

Autre récit-photos de Nicolas Mollé :

Aux côtés de Solidaires et de la CGT, une représentante des gilets jaunes prend la parole à Nantes. https://twitter.com/N_Molle/status/1092767230889263104
Le cortège de tête est au rendez-vous à Nantes. https://twitter.com/N_Molle/status/1092770041530060801
« Et le MacDo il est à qui ? Il est à nous » s’époumone le cortège de tête à Nantes. https://twitter.com/N_Molle/status/1092783370814349312
Le tag du jour se trouve à Nantes. ("Voilà une banque qui se tient sage) https://twitter.com/N_Molle/status/1092792991616512000
Arrestation "préventive" en tout début de manif hier par les hommes de la Bac à Nantes, en cause, des sacs poubelle remplis d'objets suspects et le port d'un couteau, d'après un reporter rencontré sur le terrain.  https://twitter.com/N_Molle/status/1093056698414190592
Des armes, Nantes #Manif5Février  (compilation de différentes armes des flics)  https://twitter.com/N_Molle/status/1093063222117236736
Papy fait de la résistance, Nantes #Manif5Février  https://twitter.com/N_Molle/status/1093064050131591168
Cowboys et indiens, Nantes #Manif5Février  https://twitter.com/N_Molle/status/1093067072492457984
Maintien de l'ordre, Nantes #Manif5Février  https://twitter.com/N_Molle/status/1093068167382032384
Quand les projectiles volent, Nantes, #Manif5Février (video)  https://twitter.com/N_Molle/status/1093069615507361792
Le noir en étendard, Nantes #Manif5Février  https://twitter.com/N_Molle/status/1093072951090577408
/.../ dans la manif à Nantes, vu deux catégories de manifestants radicaux : l'une, ultra discrète, stratège, préparée, organisée et équipée, plutôt dangereuse pour l'ordre établi, l'autre souvent à moitié ivre, plutôt dangereuse pour tout le monde quand elle jette des projectiles   https://twitter.com/N_Molle/status/1093079941728686080

 

Et aussi, antéchronologiquement :

Quelques photos de Maka Swam : https://www.instagram.com/p/BthE0_9Av-F + https://www.instagram.com/p/BthE6UDAvKv + https://www.instagram.com/p/BthFHaDglZo

On sait pourquoi les syndicats n'obtiennent rien, premier gaz presque plus personne. #GiletsJaunes #GreveGenerale #GreveGenerale5fevrier #Nantes Il va falloir porter ses couilles un jour... Ou fermer sa bouche.  https://twitter.com/HHoneur/status/1092872833393479683 

#grèvenationale #Nantes plus de 3 000 #manifestants dans les rues. #GiletsJaunes et #giletsRouges côte à côte. #syndicat #CGT #5fevrier2019 @generale_greve #GreveNationale #GreveGeneraleIllimitee #GreveGenerale5fevrier  https://twitter.com/pipelette44/status/1092834804444397568

Nathalie, #Infirmière à Nantes : " manifestement il y avait beaucoup de monde dans la rue partout en France pour cette #GreveGenerale5fevrier avec aussi les #GiletsJaunes Bizarrement les appels et réquisitions de #BlousesBlanches n'ont pas ou peu circulé dans les #hopitaux ".  https://twitter.com/InfirmiereI/status/1092822130939568129

Toujours sur le terrain pour défendre nos droits ???#grevegenerale #5fevrier #jgpartout #nantes #paysdelaloire  https://twitter.com/jeunes_G_44/status/1092820126284595202

(quelques photos de tags couleur) Turquoise. #Nantes #5Fevrier  :  https://twitter.com/Elsa_Gambin/status/1092809192623296512

#Nantes #GreveGenerale5Fevrier énormément de monde, #Giletsjaunes #GiletsRouges ensemble !????? (photo) https://twitter.com/_Cegeter_/status/1092796828142260226

Une vidéo en live periscope/twitter de 6'30" sur le cours des 50 Otages: https://twitter.com/HHoneur/status/1092793120234733568 (ce serait bien de faire gaffe à pas filmer les visages à minima dès que la tension monte)

#GilletsJaunes ... aperçu à la manifestation à@nantes : beaucoup de monde,....probablement 5000.  https://twitter.com/AGralepois/status/1092790676268478465

À #Nantes la manifestation redémarre pour un 2ème tour.. Dans l'autre sens.. #GreveGenerale5février  https://twitter.com/n1n1psyko1/status/1092789927912329216

Manif à Nantes. «  Grève générale ; Nantes debout soulève-toi » crient une partie des manifestants qui ne veulent pas s’arrêter et entendent poursuivre le défilé. (video)  https://twitter.com/GambertPhilippe/status/1092789556041138176

#Nantes # manifestation Au miroir d’eau, il y a ceux qui s’arrêtent et ceux qui continuent  (video) https://twitter.com/couraud6/status/1092789245901705219

#GreveGenerale5fevrier #Nantes la bac rode autour du cortège...  https://twitter.com/5h09_1/status/1092784614681264128

À #Nantes au moins 5000 personnes défilent.. Syndicats gilets jaunes et qques étudiants.. #GreveGenerale5février  https://twitter.com/n1n1psyko1/status/1092774247808802818

[EN DIRECT] À #Nantes les #GiletsJaunes en convergence avec les syndicats @laCGT44 @solidaires_44 et @PresseFSU ! ???????? Et @44Attac est présente et mobilisée ! ????? (vidéo) https://twitter.com/44Attac/status/1092776376531329025

[EN DIRECT] À #Nantes les #GiletsJaunes en convergence avec les syndicats @laCGT44 @solidaires_44 et @PresseFSU ! ????????  (video) https://twitter.com/44Attac/status/1092775741660557313

Nous sommes nombreux à #Nantes ce #5Fevrier pour la #GreveGenerale ! @laCGT44 @solidaires_44 @PresseFSU et le groupe des #GiletsJaunes "Gilets Nantais" ! Et évidemment, @44Attac est engagé en soutien total à cette lutte ?????  https://twitter.com/44Attac/status/1092772905493118976

#manifestation Cgt-solidaires-feu- Gilles jaune: du monde à Nantes 5000....????  https://twitter.com/AGralepois/status/1092772775511642112

Grosse mobilisation à #Nantes #GreveGenerale5février  https://twitter.com/n1n1psyko1/status/1092772416269549569

#Nantes #manifestation Le cortège Prend la direction du Cours Saint Pierre  https://twitter.com/couraud6/status/1092770619333189632

Les #cheminots de #Nantes / #Naoned manifestaient aujourd'hui au coté des #GiletsJaunes. Tous ensemble dans la rue ! #ConvergenceDesLuttes #Grève #5Fevrier #SNCF : https://twitter.com/Cheminots44/status/1092906560769216519

Des contrôles de la BAC sont signalés au niveau du Pont LU. #Nantes #manifestation #GiletsJaunes & #GreveGenerale5fevrier https://twitter.com/ValKphotos/status/1092769392537014272

Nantes, la manifestation démarre. #GreveGenerale5fevrier  https://twitter.com/Nantes_Revoltee/status/1092769311540891648

#Nantes #GreveGenerale5fevrier la BAC fouille à l'entrée de la manif... https://twitter.com/5h09_1/status/1092767405712048128

#Nantes #manifestation Prise de parole de FSU avant le défilé  (vidéo) https://twitter.com/couraud6/status/1092767203525455873

Fouilles de sacs aux abords de la cité des congrès #Nantes #GreveGenerale https://twitter.com/n1n1psyko1/status/1092761208183246857

Tiens tiens.. La bac s'invite au pique nique.. #Nantes #GreveGenerale https://twitter.com/n1n1psyko1/status/1092759789287940098

#Nantes / Rassemblement du Collectif contre les réformes Blanquer et Parcoursup à la Présidence de la Université #GreveGenerale5fevrier  https://twitter.com/Madame_Lapin/status/1092710776006152194

#GiletsJaunes #GreveGenerale5fevrier #Nantes  https://twitter.com/solidaires_44/status/1092696085359968256

#GreveGenerale5fevrier #GiletsJaunes #Nantes bloquage du rond point de Nantes Atlantique https://twitter.com/solidaires_44/status/1092694529583599616

#Nantes #Blocage Ambiance sur le Rond point de l’aéroport (vidéo) : https://twitter.com/couraud6/status/1092689704741425152

 

Récit de Nantes Révoltée avec plein de photos récoltées à la volée : 5 FÉVRIER : RETOUR A LA NORMALE ?
Pour l'instant il n'est pas encore sur leur nouveau site mais seulement sur facebook donc le voici en lecture libre :

Ces deux derniers mois il s'est passé des choses incroyables. Un mouvement spontané aux formes inédites. Des manifestants qui bloquent des ronds points et déferlent sur les Champs Élysées. Des foules qui tiennent les rues pendant des heures. Des barricades, des fêtes, des feux. Mais aussi des rendez-vous hebdomadaires qui finissent par devenir des rituels, et une répression féroce qui épuise le mouvement.

Le 5 février était donc attendu comme une nouvelle étape. Un moment de convergence, de dépassement, d'unité. Un appel des syndicats à la « grève générale », qui devait rencontrer la détermination des Gilets Jaunes, pour offrir une énergie nouvelle aux luttes en cours. La journée aura d'avantage sonné comme un retour à la normale.

A Nantes, le mardi 5 février commence pourtant de façon enthousiasmante, avec le blocage de la zone aéroportuaire par une centaine de syndicalistes et de Gilets jaunes, et une nouvelle mobilisation à l'université. A 13 heures, des centaines de personnes se retrouvent devant la Cité des Congrès. Un point de rendez-vous original mais dangereux : plusieurs personnes sont arrêtées en tentant de rejoindre la manifestation, sans grande réaction.

Après les traditionnels discours syndicaux, le cortège s'élance. Plus de 5000 personnes dans les rues, beaucoup de drapeaux de syndicats et de partis, et à l'avant, un cortège de tête hétérogène composé de Gilets Jaunes, d'étudiants étrangers et de jeunes souvent masqués. Une banderole proclame : « Les casseurs sont en costard ». Car au même moment, les députés votent la loi « anti-casseurs » pour briser le droit de manifester.

Même s'il y a du monde, le défilé semble tomber dans les habitudes qu'on pensait dépassées. Le parcours évite soigneusement de passer trop près des lieux de pouvoir et de là où vit la classe dominante. Au contraire, les syndicats ont négocié un trajet particulièrement court, sur deux grands axes vides, autorisés par la préfecture, et balisés par la police. Alors que les Gilets Jaunes, par leur spontanéité, avaient inventé des formes de manifestations dynamiques et improbables, tout est sous contrôle ce mardi après-midi. Rien ne déborde. Après seulement 45 minutes de marche à pas lents, et les syndicats annoncent la « dispersion » devant le miroir d'eau. Le même scénario, un défilé très court, et une dispersion rapide, s'est répété dans la plupart des villes.

Les camions s'arrêtent, la banderole syndicale stoppe une partie du cortège, comme pour offrir les premiers rangs de la manifestation sur un plateau aux CRS et à un groupe inquiétant et massif de la BAC qui attend devant. Beaucoup, y compris dans les rangs syndicaux, s'interrogent sur un parcours aussi court, loin de correspondre aux appels enthousiastes des jours précédents. Dans la foule, les plus jeunes, surpris, interrogent des syndiqués : « vous ne continuez pas avec nous ? », alors que les plus aguerris et fatalistes répondent : « il n'y a rien à attendre».

L'avant du cortège repart dans le sens inverse, pour entamer un deuxième tour. Beaucoup moins nombreux mais plus dynamique. Quelques tags fleurissent, et un début d'affrontement a lieu rue Paul Bellamy. Mais les menaces de la BAC, la diminution du cortège et une forme de déception ont raison des derniers manifestants, qui subissent une charge à la croisée des trams. La manifestation aura duré au total moins d'une heure et demie dans un calme presque total, alors que les défilés du samedi ne s'arrêtent jamais avant la nuit. Et le calme n'aura pas empêché plusieurs arrestations, et des violences policières.

Oui, il y avait du monde dans les rues ce mardi, mais pas beaucoup plus que lors des manifestations des Gilets Jaunes. Moins, en tout cas que ne laissait espérer un appel à la grève générale attendu depuis des semaines. Et après ? La CGT appelle à une prochaine date en mars. Dans plus d'un mois.

C'est vrai, les manifestions du samedi ne sont peut être pas le meilleur moyen de faire vaciller le gouvernement. Mais ces « journées d'action » inoffensives et espacées de plusieurs semaines entre elles ne peuvent mener qu'à l'échec et à l'impuissance générale.

Alors à nous d'écrire collectivement la suite de l'histoire, d'inventer de nouvelles formes qui permettent de faire progresser, et gagner les révoltes en cours.

source : https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/posts/2060379620664867

Récit qui contraste singulièrement avec celui publié par l'Humanité (et relayé sur le facebook de Attac 44) :

À Nantes, la convergence semble s’installer

« Je suis levée depuis 2 h 30, là je dois avouer que ça pique un peu, mais je compte bien profiter à fond de ma journée de grève. » Isabelle a, comme chaque samedi, enfilé sa chasuble fluo. Mais, cette fois, elle participe à une action syndicale à laquelle se sont ralliés les collectifs de gilets jaunes de l’agglomération nantaise. Dès 4 heures du matin, ce mardi, ils étaient 300 aux abords de l’aéroport de Nantes sur les différents ronds-points pour bloquer les camions de la zone industrielle, et 5 000 à la manifestation. « On était tous mélangés, les rouges, les jaunes, c’était vraiment bonne ambiance », se réjouit son amie Karine.

Samedi dernier, c’était cette fois les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires qui avaient appelé à manifester. La convergence tant attendue semble désormais s’installer. « Ce temps était nécessaire, la méfiance était bien trop forte », explique Jacky, syndicaliste à la CGT mais aussi gilet jaune de la première heure. « Trop politisés », « souvent dans le compromis avec le gouvernement », c’est clair que « nous avons peur qu’ils nous lâchent », lance Esther, désignée porte-parole des gilets jaunes pour la manifestation lors de la dernière assemblée générale. Mais, ajoute-t-elle, « nous avons besoin d’être plus nombreux, pour avancer, être plus écoutés ». « Il faut que ça monte en pression, renchérit Frédéric, syndicaliste CGT chez LU. Sur le parking de l’usine, pratiquement toutes les voitures ont leur gilet jaune sur le tableau de bord. C’est une nécessité d’être ensemble. Quand la CGT est seule, on n’est pas assez, quand elle est avec les autres syndicats, on n’est pas assez, il faut maintenant crier plus fort. »

Ici, personne ne semble emballé par l’éventualité d’un référendum le même jour que les élections européennes. Isabelle, Sylvain et Cécile s’en amusent, même. « On n’est pas dupes, il (Emmanuel Macron – NDLR) est en campagne pour les prochaines élections. On voudrait bien lui accorder le bénéfice du doute, mais on n’y croit plus. » Isabelle y voit une arnaque de plus : « Ce n’est pas une question de nous demander quel service public on veut supprimer. » Les gilets jaunes ne semblent pas plus convaincus par le grand débat. « Les participants aux réunions sont triés sur le volet », raconte Marc.

Pour les manifestants, cette journée en appelle d’autres. Dès à présent, la CGT lance les mardis de « l’urgence sociale ». « Cela permet d’avoir une perspective sur le long terme », explique Fabrice David, le secrétaire général du syndicat en Loire-Atlantique, qui ajoute que son organisation continuera à appeler à participer aux manifestations du samedi. Jacky, lui, souhaite que les convergences continuent à se dessiner entre gilets jaunes et mouvement ouvrier traditionnel. Dans les entreprises, les syndicats pourraient ainsi faire une heure d’information sur les gilets jaunes, tandis que ces derniers devraient multiplier les réunions publiques dans les villes et les villages. Cela aiderait à lever « l’appréhension sur le mouvement », estime-t-il. Aujourd’hui, conclut Anthony, « c’est juste le début d’un tous ensemble ».

source : https://www.humanite.fr/mouvement-social-un-mardi-despoir-dun-tous-ensemble-667470

Et du côté des (autres) mainstreams :

Manifestation à Nantes. Une centaine de personnes ont perturbé l’accès à l’aéroport
Blocage, grève et manif sont au menu de ce mardi 5 février, à Nantes. Une journée d’action nationale organisée par plusieurs syndicats et relayée par des Gilets jaunes.
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/manifestation-nantes-une-centaine-de-personnes-bloquent-l-acces-l-aeroport-nantes-atlantique-6210878

Nantes : plusieurs milliers de manifestants répondent à l'appel de la CGT
Entre 2.500 et 5.000 manifestants, selon la police et la CGT, ont défilé dans les rues de Nantes ce mardi après-midi, à l'appel du syndicat, pour réclamer une amélioration du pouvoir d'achat et plus de justice sociale. Une centaine de gilets jaunes étaient présents. /.../
https://www.francebleu.fr/infos/societe/nantes-2-500-manifestants-repondent-a-l-appel-de-la-cgt-1549381868

Le tweet-live (avec photos ou vidéos) de Direct PO :
#Nantes. Manifestation syndicats (CGT, FSU, Solidaires + FO) et gilets jaunes « en symbiose » devant la cité des congrès. Départ du défilé imminent vers la préfecture : https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092765870663847937
#Nantes Esther, porte-parole des GJ : « Avec les syndicats, nous avons beaucoup de revendications en commun »  https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092767262904340481
#Nantes La manifestation commune syndicats-gilets jaunes quitte le Champ de Mars, direction la préfecture. Entre deux et trois mille personnes à vue de nez. https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092770375107334144
#Nantes. Manifestation syndicats-gilets jaunes : des drapeaux LFI, NPA, Génération.s dans le cortège. Présence aussi de l’Unef (étudiants), Attac... https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092771383485050881
#Nantes La manifestation arrive à la préfecture, précédée par quelques dizaines d’éléments radicaux cagoulés et masqués. https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092777170118864896
#manif #Nantes Le cortège emprunte le cours des 50-Otages. Dans le calme. Gros dispositif policier autour de la préfecture https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092778763824320512
#Nantes. Manif syndicats-gilets jaunes : 2 400 personnes selon la police. Quelques jets de peinture sur les forces de l’ordre mais aussi ambiance plutôt bon enfant pour l’instant. Dispersion prévue près du miroir d’eau. https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092780212943835136
(à noter : direct PO retweete de la pub pour ses vignerons au Salon des Vins de Loire en pleine manif !!!)
Manif gilets jaunes syndicats Nantes : le cortège remonte les 50 Otages https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092794272397619200
Nantes manif gilets jaunes syndicats : un cortège formé de salariés, retraités et étudiants. Mais une faible minorité de gilets jaunes https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092794834283364358
#manif gilets jaunes syndicats Nantes : remontée joyeuse des 50 Otages (vidéo) https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092797287779176451
Manif gilets jaunes syndicats Nantes : quelques lacrymos en bas de la rue Paul Bellamy https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092798076736229379
Manif gilets jaunes syndicats Nantes : les esprits s échauffent en redescendant les 50 Otages, place du Cirque https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092801492829028353
#manif gilets jaunes syndicats Nantes : à Commerce une vingtaine de policiers de la BAC et des manifestants cagoules se font face. Jets de projectiles et poubelles brûlées  https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092804694903308289
#manif gilets jaunes syndicats Nantes : du feu mais du silence, Commerce apaisée https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092805985520046080
#manif gilets jaunes syndicats Nantes la vie semble reprendre son cours à la croisée des trams (video) https://twitter.com/DIRECTPO/status/1092808437422002180
... Et Direct PO termine par un retweet façon voix de son maître : Fin [#grevegenerale5fevrier] centre-ville de #Nantes. 2400 participants au plus fort de la #manifestation dont 200 hostiles. 6 interpellations par nos services : 2 pour port d'arme, 3 pour jets de projectiles sur les forces de l'ordre et 1 pour outrage. 2 policiers contusionnés.  https://twitter.com/PoliceNat44/status/1092823871579979777 

(Depuis le temps que la police ou la préfecture mentent, encore, et encore, et encore, et tout le temps, continuer à la diffuser comme une source fiable sans aucune autre source, c'est surement pas ce qui fera remonter la confiance des gens dans les mainstream!)

 

 

Commentaire(s)

> JOURNÉE DE MOBILISATION DU MARDI 5 FÉVRIER

Dés 6h des individu.e.s extrêmement mobiles se sont mobilisé.e.s sur la fac mardi 5 février afin de la bloquer pour forcer le président O. Laboux à refuser d’appliquer l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s et à user de sa position de vice-président de la conférence des président.e.s d’Université pour contester au niveau national cette hausse raciste.
Mais même sur les facs, et cela malgré la franchise Universitaire qui date du Moyen Âge, la répression policière est bien présente. C’est ainsi que, après avoir menacé des étudiant.e.s avec leur taser et leur gazeuse à main, deux camarades se sont fait contrôler sur l’espace universitaire en toute illégalité par la police nationale. Eh Laboux, toi qui adore les communiqués, ça serait peut-être bien de dénoncer la présence policière sur ta fac non?
À la suite du blocus, deux camarades, en quittant les abords de la FLCE, croisent un étudiant opposé au blocage qui lance « salut ma grosse ». Une des deux camarades se retourne pour parler avec lui et le mettre face à ses propos grossophobes. À ce moment là, cet étudiant s’est rapproché de la camarade afin de l’intimider en lui lançant « tu sais pas de quoi je suis capable, tu sais pas ce que je pourrais te faire » ainsi que se justifiant de ses propos « y a une différence de poids entre nous donc tu es grosse ». Suite à ces menaces, une foule s’est formée autour de lui. Et cédant à sa bêtise, il a commencé à donner des coups aux camarades présent.e.s, dont celle à qui il s’adressait au départ. Une camarde a été blessée à la lèvre, et lui a continué de lancer des propos homophobes durant la baston.
Les propos grossophobes, homophobes, racistes, sexistes,... n’ont rien à faire dans nos facs et dans nos vies!!!

À 13h, manifestation appellée par la CGT à la cité des congrès où un cortège étudiant s’est formé avec la banderole en tête («fac ouverte à toutes et tous»). La flicaille était là, toujours plus nombreuse et véner. Visiblement, la BAC avait toujours le seum depuis samedi dernier où certains d’entre eux ont été blessés par les manifestant.e.s. Elle a ainsi procédé à des confiscation de matos de protection (masque, sérum phy,...) mais aussi des confiscations ridicules en volant des stylos Bic ou encore des marqueurs, tout en fichant allègrement les opposant.e.s politiques.
Les syndicats eux ont décidé qu’un seul tour de manif suffisait... Ce n’était pas du goût de tou.te.s les manifestant.e.s et notamment les étudiant.e.s, qui ont décidé de poursuivre la manifestation. Après avoir chassé les policiers cours des 50 otages, le cortège s’est dispersé et 6 camarades ont été interpellé.e.s.

Contre la hausses des frais d’inscription, le racisme d’état, la répression policière, la privatisation de l’Université et du service public, MOBILISONS NOUS!

> le problème est le même pour tous.

je me questionne sur cette convergence des luttes, un mardi, ne serait-il pas plus productif de se joindre à celle du samedi avec les gj avec une banderole spécifique? car en effet à force de groupement différents rien n'avance. n'est-ce pas ce qui fait la force des gj?
et cela, quand bien même les moyens préconisés par chacun pour solutionner le problème, qui est lui identique, manque de démocratie, manque de redistribution des richesses...sont différents???

les salariés ne peuvent plus faire grève, je crois que les syndicats ne comprennent pas cela.

> y'a un autre récit

A lire un autre regard, encore, côté CGT cette fois-ci, par un fantomas bien dégouté aussi : https://nantes.indymedia.org/articles/44501