Silence Radio. (Radio Klaxon est morte: vivent les radios pirates!)

Mis a jour : le vendredi 2 novembre 2018 à 22:49

Mot-clefs: Médias aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: dans-tes-oreilles nddl Notre-Dame-des-Landes ZAD

Publié par le groupe: Groupzad NDDL

Salut chères ami.e.s!
tout un programme ce mail. c'est pour vous dire au revoir, mais notre adresse mail est toujours active, et puis on va se revoir;-) c'est pour mettre des mots sur notre silence et que "vous nous compreniez" ou du moins qu'on ne vous raconte pas des mensonges.
voilà ce que vous pourrez lire bientôt sur indymedia: (vous pouvez faire tourner comme vous voulez):

2018-11-02_08-29-42-medium

Radio klaxon écrit un texte mais ne parle plus sur les ondes, et ce texte se trouve sur indymedia mais pas sur zad.nadir.org. Une drôle d'époque!

On a conscience que c'est très difficile (de près comme de loin) de comprendre ce qu'il se passe sur la zad actuellement, il n'y a plus de place nulle part pour le débat et la contradiction, tout est lisse, victorieux, beau et gentil - tout est mensonge.

notre texte n'a pas l'ambition de vous donner toutes les clés de compréhension. dsl. (il paraît que de toute façon nous "on a rien compris à la statégie"). On partage avec vous notre tristesse et notre colère. Pour que notre silence ne soit pas mal interprété, ou détourné.

ci dessous : notre texte, suivi de l'adaptation/ré-écriture/réappropriation avec leur propre mots de zad.nadir

Silence Radio...

« Radio Klaxon » il n'y a plus.
Nous, équipe qui avons animé et monté et entretenu l'outil Klaxon ces dernières années, on ne trouve plus de sens à ce qui se passe sur la ZAD.

La ZAD qu'on a connue et voulue est morte, assassinée par l'État français et par une partie du mouvement contre l'aéroport. L'État a trouvé des interlocuteur·ice·s parmi les opposant·e·s citoyennistes, paysan·e·s mais aussi chez les zadistes les plus réacs, attaché·e·s à leur confort-richesse et privilèges, avides de puissance et de foncier (synonymes chez elle/eux). Ces dernier·e·s nous dégoûtent, leurs paroles de même, leur mépris encore pire, et leur prétention fière et mielleuse de gagner contre la préfecture nous étouffe (de rire---jaune, « mais c'est eux les jaunes ! »)

Bref, on met dans les cartons. On est en discussion avec des lieux encore pirates et motivés radiophoniquement pour leur filer un bout de matos. On va réfléchir à tout ça. On en rediscute, on s'redit :)
La plaie est encore vive. Et une autre histoire de la ZAD, que celle « héroïque » largement diffusée, est à écrire, discuter, écouter (on podcastera sur https://zad.nadir.org ou ailleurs).

Évidemment, on est désolé·e·s pour toutes les auditeurices, nous aussi on l'aime cette radio ! On pense que vous nous comprendrez. Désolées aussi pour les quelques personnes qui restent sur ZAD, pour de multiples raisons dont celle récurrente « pour que ce que ça va devenir soit moins pire, plus collectif », on ne sera plus là pour vous donner du courage.
Un dernier mot, un dernier souffle : ne laissez jamais s'approcher des luttes où vous êtes investi·e·s des gens (souvent en bande bien soudée genre « on dit tou·te·s la même chose ») qui écrivent des textes inbuvables et incompréhensibles et répètent constamment des mots comme « puissance », « communs », « arracher des terres », « pensée stratégique » ou « pari » par exemple... C'est la merde qui vient !
Enfin... ;-)

Radio Klaxon est morte, vive rien ! Nique tout !

et si ça vous intéresse d'étudier le discours, voici ce que ce texte devient après le filtre anti-critique interne de zad.nadir:
22h36min

RUBRIQUE NECRO :
bon ça nous fait pas plaisir , mais il faut bien le dire..
Radio klaxon a cessé d'émettre, depuis un peu de temps déjà. les personnes qui l'ont animée ces dernières années sont parties ou ont préféré arrêter la radio car elles ne ne trouvaient plus de sens à ce qui se passe sur la ZAD actuellement. Cet outil collectif historique, qui a débuté en haut d'un arbre de la foret de la Saulce, un soir de
fête puis a couvert quelques kilomètres du périph' Nantais sur le 107.7, reste dans les cartons et nous allons rediscuté pour voir si avec plus de temps et d'investissement, on pourra relancer la machine. sinon elle partira peut être soutenir d'autres lieux en lutte.
En attendant elle nous manque bien et on se souvient des supers bons moments où on a pu participé à la radio, à se faire plaisir en y inventant des jingles, en y parlant du quotidien, en faisant des interviews, des canulars, des débats, en y passant nos playlists préférées avec des spéciale cace-dédi aux copin.es, à jouer aux
animateur.ices pendant des blocages, des manifs, des mises à feu de pneus sur la 4 voies, ou des jeux de rôles grandeur nature, et puis comment elle a été indispensable pendant les expulsions pour indiquer où se trouvaient les flics et surtout donner des infos de ce qui se passaient et des conseils utils en toute circonstance.
voilà, tu nous manques Radio Klaxon, et on espère bien te retrouver un jour !!
pouet pouet !!

--
Radio Klaxon, Podcasts et Programmes :
http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique71&lang=fr

Liste Besoin MATOS :
http://zad.nadir.org/spip.php?article515&lang=fr

Abonnement Programme et Newsletter :
https://lists.riseup.net/www/info/klaxon.prog
To unsubscribe: <mailto:klax-prog-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>

Commentaire(s)

> et au cas où!!!p

je suis pas sur la zad en ce moment mais si il y a des expulsions des dernier-e-s squatters comment ça se passe? cet outil anti-expulsion , entre autre, ne pourra pas servir comme autodéfense?
y'a comme un non-sens, non?

> privatisation d'outil collectif

un peu fou de lire qu'un groupe décide de d'autosaborder puis de choisir à qui, parmi ses potes, il va filer le matos de la radio, matos collectif, issu de la caisse de la zad et de dons fait à la zad.... pas étonnant que nadir ait préféré taire ça. y 'en a des qu'on pas honte d'eux :(

> Merci !

Merci d'avoir été present-e-s tous ces durs, chouettes moments !!!
Merci aussi de partir là, maintenant, alors que ça pue !
On espère encore vous entendre... Ailleurs :)

> .

Hé, "Dégoûté", il semblerait qu'il n'y ait plus de "Zone À Défendre". Des personnes ont ouvert la route pour donner en pâture ses camarades venu-e-s se battre. Tout ça pour officialiser un morceau de terre. Là, c'est la honte, oui !
Tu parles de matos, on parle de vies !
(Je précise que je ne connais pas les personnes de la radio)

> Vogue la radio

quand la zad est elle même privatisée, tout comme zad.nadir, c'est fort de reprocher ça à klaxon.

merci aux pouetes pouets c'est clair, pour ces heures d'émissions et ce texte. Cette playlist je la nique pas, j'en garderais pleins de souvenirs. Hate de vous ré-entendre, prenez soin de vous!

> Pas glop

Bah perso je suis loin de la Zad, j'écoute plein de radio sans pub par Internet, j'avais klaxon dans mon panel.
La radio est une richesse qui a su relier les personnes entre le tam-tam, signaux de fumée, et autres pigeons voyageurs et le téléphone. Se réjouir de la disparition d'une radio fait montre d'une grande misère intellectuelle.
Bonne route les copines et les copains

> regarde le sens du vent...

C'est un grand deuil de perdre cette radio. Klaxon créait des liens, des débats, de la véritable politique, des rencontres et même de la magie sur le terrain des luttes auxquelles nous avons participé.e.s, de près ou de loin. Nous n'avons pas perdu en partant et nous nous retrouverons, j'en suis sûre. Pour ma part, partir semblait le seul moyen de ne plus cautionner des abus de toutes sortes et des violences inimaginables, dont certaines ont fini dans des coffres de voitures. La fin de cette radio était la seule possibilité de ne pas être récupérée par des personnes qui semblent avoir l'immunité, quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent ou transformée en une radio mainstream et lisse pour développer un business dont les relents effaceraient toutes ondes politiques et autonomes. Prenez soin de vous les copaines, rapez, slammez, vivez... des biz d'amour

> Bon courage les copaines !

Yep, vraiment merci Klaxon ! T'as pas idée à quel point t'as compté dans mes oreilles, et dans quelques nuits tourmentées aussi, quand je me réveillais en sursaut à 4h du mat', des peurs de blindés et de bombes plein la tête. L'insolence de ta voie ravigotait le moral, tes doutes et tes coups de cœurs nourrissaient le reste... Sans parler des nouilles ! Et puis je t'écoutais, quand Maxime... Merci pour ta pudeur et ton sérieux aussi.
Merci, surtout, d'avoir porté, autant que tu le pouvais, la pluralité, et questionné le déploiement du Commun comme une injonction au silence. J'aurai adoré poser quelques mots dans ton micro... qui sait, une autre fois peut-être, sur d'autres ondes pleines de good vibes.

Je comprends l'inquiétude de gen-te-s qui se demandent quelle radio sera là en cas de nouvelle expulsion. Même si, quand on connait Klaxon, on se doute que d'abandon des plus isolé-e-s il n'est pas question. Par contre, je ne comprends pas que la question du commun soit posée, ou alors uniquement quand on ne connait rien de ce qui a constitué cette radio. Sinon, il s'agit bien plus une pique qu'un questionnement profond. Décréter que Klaxon ne réfléchit pas au bien commun dans sa disparition sous prétexte que celleux qui ont déjà tout n'obtiendraient pas son matériel a des relents charognards. On se croirait dans le polit-bureau de l'ACIPA. J'y lis, comme souvent, le déni de la chape de plomb qui s'est étendue en place d'un tarmac, dont nous n'avons d'ailleurs aucune certitude qu'il ne sera pas, de nouveau, question dans quelques années, et que cette chape entraine la rage de ne pouvoir tout chapeauter et fait, une fois encore passer du besoin de contrôler pour du Commun... D'autres s'y sont déjà froissé les ailes avant, dommage de ne pas tirer des leçons de l'Histoire.

> ...

Le problème est tout simplement que la construction et l'entretien de cette radio s'est fait sur des fonds communs à la ZAD, que les gens qui ont donné de l'argent pour cette radio l'ont fait pour une radio à la ZAD et que c'était un outil collectif de la ZAD. Que donc, la ZAD devrait décider de son avenir, et non pas le collectif qui se l'était, au fil du temps, approprié.

Mais ça ne posait pas non plus question qu'un lieu collectif construit par 40 000 bras devienne un espace d'habitation pour quelques personnes et rendant donc, de fait, impossible la tenue de fêtes, réunions, ateliers et autres activités communes là bas ?

> lol

Trop drôle la défense de la propriété privée sur la zad.

> lazadlazadlazad

La construction et l'entretien, c'est pas qu'une question de thunes. Y'a des humain.e.s aussi qui s'en sont occupé.e.s. Et faudrait juste tout abandonner au profit de la poignée de vainqueurs de l'histoire, que c'est même pas dit qu'iels aient l'énergie de faire tourner une radio ?

T'as l'air par contre très au taquet pour râler sur une appropriation de ressources qui seraient collectives. Beaucoup moins quand il s'agit du site de la zad qui ne passe plus qu'une seule parole (ptet c'est celle qui t'arrange ?). Ou encore quand des personnes essayent de récupérer des lieux sur le dos des habitant.e.s, comme le rosier par exemple, où les voisin.e.s ne cessent les coups de pression pour leur petit élevage. Il me semble que cette appropriation là est bien plus grave, mais bizarrement on t'entend pas pour la dénoncer. Vu ta sélectivité, on comprend assez vite ton Parti pris.

Bref, parler de collectif semble pratique à des moments, quand ça arrange (tout en oubliant cette règle quand ça arrange moins, comme par exemple quand il faut faire semblant de "décider" de l'expulsion/nettoyage d'une partie de la zone), quand bien même tout a montré que celui-ci n'est plus qu'un mythe.

Comme on dit, la propriété c'est le vol, et ça vaut aussi sur la ZAD.

> Rembousez! Remboursez!

Si on demande le remboursement de la sueur, du sang et des larmes versées pour la ZAD au profit des nouveaux proprios de "la machine de guerre" imaginaire, on fait comment on en chope un ou une, on la fout dans un coffre de vago et on l'emmène faire une prise de sang?

> -

l'info passée sous silence ici :

Zad.Nadir réécrit les articles (pour ne pas écrire autre chose)

> Du sel sur la plaie

Reçu dans la liste de broussailles depuis l'addresse de zad@riseup.net :

-------
[Broussailles] A propos de Klaxon... et d'indymedia

A propos du message de Klaxon, et pour rétablir la vérité sur ce qui s'écrit sur zad.nadir:

l'équipe qui gère le site a dit clairement il y a plusieurs mois qu'elle refuserait désormais de publier les textes alimentant de manières stériles les embrouilles de milieu. cf dans "qui sommes nous?" en haut de 1ère page du site:

"Pour rappel on n’est pas un réseau social, une maison d’édition ou un site d’open-publishing (c’est à dire qui publie tout ce qu’on lui envoie) : on est un auto-média. On assume de prendre le temps, si besoin, avant de publier un texte, de se questionner… et éventuellement de ne pas publier. On ne veut plus servir de « crachoir à chaud » pour des gens qui ne seraient pas capables de se parler directement !"

Le premier mail de klaxon était sur ce ton: parlait d'occupants traitres, vendant la lutte à l'Etat, qui seraient des réacs et des jaunes.

on a donc prévenu klaxon qu'on écrirait une rubrique nécro avec nos mots. Nul filtre de censure donc mais une règle qu'on assume. On n'a pas envie d'être Indymedia: d'ailleurs on a coupé tous les flux rss vers ce site depuis qu'il a dépassé ce qui pour nous est une ligne rouge: dépasser l'insulte pour publier des textes qui accusent des gens de la zad, facilement reconnaissables, de faits susceptibles d'être poursuivi pénalement, ou au moins de descentes dans leurs lieux.

Le 2ème texte de Klaxon a été allégé de ses pires insultes. Tant mieux. pour finir ça nous interroge, comme on leur a dit, qu'illes se permettent de se questionner seulement entre elleux de quoi faire de l'outil radio, qui nous semble être toujours un outil collectif, acquis grace à la caisse de la zad et des dons à la zad. On aurait préféré laver notre linge sale entre nous mais apparamment c'est trop réac comme manière de faire.

Tristement

----------------------

Les méthodes préférées par CMDO&CoCo pour laver leur linge sale sont de les mettre dans des coffres de voitures et de les jeter comme des ordures loin de la zad. Cela, nous l'avons compris jusqu'à présent...

> Pour info

En réponse aux critiques vis-à-vis de la modération d'un article (présentes dans le mail de zad.nadir du commentaire précédent, et dans un mail perso que nous avons reçu), qui a mené à ce que les flux RSS d'Indymedia Nantes ne soient plus présents sur la page d'accueil du site zad.nadir, alors qu'ils l'étaient depuis la création du site de la zad (à laquelle nous avons participé), nous avons publié ce commentaire : https://nantes.indymedia.org/articles/43342#comment-296052

> Rien d'autre à faire

Salut Radio Klaxon,

Bravo pour cette décision qui éclaircit votre position face aux coups de force des éternel.le.s plus fort.e.s (celleux qui finissent toujours par gagner, grace à leur fourberie et l'emploi des gros bras et de la terreur. Celleux qui font que la terre est aujourd'hui le prélude du cimetière de demain...).
C'est à mon avis la seule chose à faire que de plier le chantier et de disperser votre matos à des fins plus heureuses (c'est mieux que de le détruire, mais s'il faut en arriver là, n'hésitez pas, détruisez le!). Le laisser dans les sales pattes des collaborationnistes censeur.e.s serait une grave erreur (ben oui, la stratégie, c'est pas forcément réservé aux grands stratèges auto-désignées comme tels). De toute façon, leur besoin de tune est récent et date de la "victoire" (pour fonctionner dans leur nouvelle zad normalisée, il faut beaucoup de sous!). Ils n'ont donc qu'à en demander à leurs nouveaux maitres/alliès (illes nous considèrent dorénavant comme ennemies à museler de toute urgence, ne l'oublions pas!).

Je viens de lire un article sur Indy (https://nantes.indymedia.org/other_medias/42913) qui parle des forts et des faibles et donc de la légitimité des victoires... Depuis pas mal de temps j'analyse un peu tout en faisant le parallèle avec la zad: la ZAD est une micro société et comme toute société, elle est assujétie aux règles de la grégarité; c'est bien con mais c'est humain.e! La lutte qui s'y est menée avait dans ses origines la volonté de bousculer la loi du plus fort, mais si ça a fonctionné un temps (tout est relatif), les vestes se sont finallement retournées, les masques sont tombés et face à tout ça, l'équilibre (tjrs précaire!) s'est rompu, comme d'hab' en faveur des plus fort.e.s.

Merci les Klaxones! Pour votre taf, mais aussi pour le fait d'assumer votre défaite, qui est aussi la notre.

> a tout'

MERCI klaxon
en direct dans la cabane, en streaming depuis un peu partout ailleurs, tu as été ma compagnonne de route pendant plus de deux années au moins. tu m'as tenu chaud, fait marrer, rassurer pendant les menaces, informer et soutenu pendant les expulsions... toujours là !
aujourd'hui je suis contente que tu claque la porte, que deviendrais tu là bas ? au service de qui ?
a bientôt sur la route !
bon vent