Milice sur la ZAD 2 : le retour

Mis a jour : le jeudi 22 mars 2018 à 23:40

Mot-clefs: Médias Resistances aéroport notre-dame-des-landes antifascisme
Lieux: centre-est de est et la sud-est ZAD

Milice sur la ZAD : le retour de la suite. iels reviennent encore plus méchant-e-s pour contrôler et monopoliser l'information ...

Bilan de cette nouvelle journée du mercredi 21 mars 2018 alors que la nuit est calme, que la lune à un beau croissant lumineux et que malheureisement les bleus et les kakis font de plus en plus souvent de plus ou moins dicrètes rondes de nuit. On s'est éxilé-e-s loin des regards indiscrets pour écrire.

  • Premières heures de la journée une "cohorte" de trois personnes (non armée) vient pour "discuter" fermement avec certain-e-s occupant-e-s. Mot d'ordre : ne pas publier de texte non discuté avec eux. ça commence bien !
  • Matinée : des "cyclistes" (non armé-e-s) viennent "innocement" mener une enquête de voisinage (cette expression/ mot peut paraître forte mais accrochez vous car ce n'est que le début et ça va aller plus loin). . Sur que comme quoi qu'y aurait des nouveaux venu-e-s de la banlieue de une grande ville...et que c'est des très jeunes...pas politisé-e-s....Blablabla...drogue....vol....violence....problèmes...clichés...      -  On apprecie , en introduction, la petite remarque perfide sur le ton : "tout le monde dort encore chez vous à cette heure là".    -        Paternalisme et maternalisme, confiant-e-s et sures de leur bon droit et de leur jugement impartial de bon sens, donnent "des conseils", "des injonctions" et "des -à peine voilées- menaces".  + Mot d'ordre qu'on leur a dit de dire alors iels s'excusent mais c'est la voix du ""mouvement"" qui parle à travers eux/elles : publier des textes (entendre : textes non discutés avec au moins une personnes "responsable" du coin) donne des billes et de la matière aux zennemi-e-s

Vous trouvez que ça fait beaucoup et que du coup, autre chose se joue pour le camp autoritaire que le truc de "on expulse, tabasse, kidnappe, déporte une personne accusée de faits indéfendable" ? Parce que oui, oui , oui ; trois fois oui; aucune des "embrouilles" de la milice de la journée ne concerne la gaité et la personne accusée qui a été brisée cassée, déportée hier (mardi matin).

mais ça continue dans le dégeulasse et le merdique pour finir à son climax  :

  • Enorme coup de pression (limite agression physique) par des gens armé-e-s et masqué-e-s (mais heureusement pas la voiture qui n'avait pas demandé à en être)  pour ... roulement de tambour ... obtenir l'adresse i.p du téléphone / identifiant/ numéro d'internet d'une personne (de ce qu'on a compris à peu près). Rappelons qu'en combat rapproché; la combinaison matraque + gazeuse perd (façon de dire) contre un flingue chargé (même grenaille) ! Rappelons que vu de la route une personne peut paraitre isolée alors que non ! Comme nos vaillant-e-s inconnu-e-s sont vite reparti-e-s on se doute de leur mot d'ordre ( lire plus haut)

Renseignement pris auprès des présent-e-s à la réu de la wardine et ailleurs (ouais pour une fois on a été à "l'ouest" et les gens ne sont pas au courant de vos agissements même vos cohabitant-e-s ) ... aucune mesure n'a été décidé pour faire relire les textes et la façon de les publier. Tirez vos propres conclusions ...

Nos donnerons des résumés subjectifs et anonymes des actions de la milice, des milices

*** **** ***** **** ***

Parmi les nouvelles insultes entendues aujourd'hui (outre banlieusard-e-s)  bouseux et pequenauds (orthographe approximative)   !

Les insultes "shlags", "prolo", "lumpen", "sdf", "cassos", "peons", "toxs", "sdf", "pauvres" sont innacceptables et seront combattues.

Nous en avons plus que marre d'être la composante invisibilisée et méprisée d'un "mouvement" qui ne s'interroge pas sur ses fondements bourgeois, d'un mouvement qui se déclare à la chambre d'agriculture, qui va en réunion avec la préfecture-le ministre-les pouvoirs, qui se prépare à payer des impots et des taxes, qui se murmure même que certain-e-s parlent d'élections municipales (que ça, ça ne nous fait pas rire du tout ou alors "jaune" la couleur des traitres).

Quelle zone allons nous décrétée en non-mixité de classe sociale alors que tou-te-s les bourgeois-e-s de la zone se pensent pauvres et le surjouent ? Ceci est une question qui va gagner en intensité et nous invitons toutes les soit disantes "composantes" du soit disant "mouvement" ainsi que tous les soutiens ailleurs à s'interroger sur le rapport d'autoritarisme et le classisme sur la Z.A.D de NDDL.

Avant que la police politique de la ZAD ( dite milice agambienne & néo-mao - tavu, nous aussi on lit) ne viennent perquisitionner nos ordinateurs et téléphones on souhaite passer avec fraternité et sororité le bonjour à toutes les luttes d'émancipation, de libération, d'égalité ...

Commentaire(s)

> mépris de classe banlieue drogue etc...

Le mépris de classe est bien présent lorsque des personnes osent dire qu'il y des "gens venant des banlieues de grandes villes" et qu'ils font le lien entre elles et la drogue.
A contrario, si je comprends bien, des personnes qui vivent ici viennent des centres-villes des grandes villes, donc des bourgeois. Le lien entre banlieue et drogue est peut-être une réalité, mais en tout cas pas de la cause de la drogue dans les sociétés modernes. Tout d'abord, toute personne venant de banlieue sait que les files d'attentes pour acheter la "drogue" n'est pas composée des "gens de banlieue" mais bien des "bobos" et "bourgeois" des centres villes qui profitent ainsi d'un capitalisme qu'il critique et se trouve immunisé face à la justice, car ce ne seront pas les consommateurs-trices des centres villes qui remplira les box des accusés et les prisions mais bien les gens de banlieues qu'ils et elles méprisent. Ensuite, une petite leçon d'histoire politique doit être faite à ces bobos peu cultivés. Les blacks panthers, bien conscient que la drogue était un poison pour la classe ouvrière, avait chassé les vendeurs de drogue des quartiers car la lutte autogérée contre la drogue fait partie du processus révolutionnaire et de l'émancipation des classes dominées. Qu'à fait l'Etat américain? Pour contrer l'émancipation politique et sociale des classes ouvrières des états-unis, il est parti négocier directement avec des distributeurs d'héroine en leur enjoignant d'inonder les villes où était implantée le mouvement des blacks panthers. Il ne faut pas avoir fait l'ena pour faire le parrallèle avec la situation des banlieues qui sont inondées de drogues et érigées en véritables vecteurs de la distribution organisée par les bourgeois de ce pays, et je vous rassure, ce sont souvent des gens très bien implantées dans les corps de l'Etat et les partis politiques.
En tant que révolutionnaire, je dis bienvenue à mes camarades de banlieues et je leur dis que je suis avec eux pour combattre le poison qui leur injecte pour qu'il s'en libère. Aussi, je dis gare aux petites bourgeois de la zad que j'attraperais avec de la "drogue", je n'hésiterai pas à les mettre face à leurs contradictions et leur demander de réparer les méfaits qu'il produise à chaque acte d'achat et de consommation, car, ils participent activement à l'oppression des banlieues et de mes frères et soeurs enfermées dans les prisons d'ici et d'ailleurs.

> -- * sur la bourgeoisie et la difficulté à la définir

amicalement :

-blackarabian merci de ton commentaire sur lequel on peut te rejoindre sur certains points lucide, merci de ne pas donner dans le cliché pour contrer d'autres clichés. En fait la difficulté, tiens à la généralisation sur les files d'attente de client-e-s etc ...

-la mentalité bourgeoise ( qui est dure à définir même dans la terminologie marxiste ou socio/philo/psycho ) est diffuse et donc aussi présente parmi des habitant-e-s de "banlieue", parmi des pauvres etc ...

> suite

amicalement.

ok, j'ai été peut être aller un peu fort sur la généralisation des listes d'attente....Mais, c'était pour faire une critique sociale de celles et ceux qui se permettent d'avoir un mépris de classe sur les banlieues et qui en même temps n'hésite pas à aller là-bas pour ses intérêts égoistes.

En revanche, je cherchais à distinguer la bourgeoisie comme origine sociale....et non pas de la mentalité bourgeoise..qui en effet se diffuse au-delà de la classe bourgeoise...meme si celles et ceux qui croient à cette mentalité ne bénéficie pas de ses privilèges. Ayant fréquenté personnellement la classe bourgeoise au cours de mes études, je n'ai jamais eu l'impression de faire partie de leur classe sociale même s'ils ont tenté en vain de me former à leur mentalité bourgeoise. en réalité, la classe bourgeoise recherche des alliées dans les classes populaires mais ne leur donne jamais la reconnaissance de faire partie de leur classe.

En tout cas, je te remercie de ta bienveillance.

> merci

Bonjour

ça fait plaisir de lire des échanges qui ne partent

ni en trollage

ni en insultes.

Merci à vous

> trollage&cie

C'est sûr que quand tout le monde est d'accord, y a pas de conflit. Pour ce qui est du troll, relis le commentaire de "point"…

> La terre ? Juste une question à la con

Scusez chuis un peu bah du front: en droit français, lorsqu'une terre retourne dans le domaine public, sont-ce ceux qui l'occuppent, la cultivent et entretiennent qui en héritent de droit ?
Quelqu'un a parlé d'un "partage comme au Larzac" ? A-t-on vu des cheveux se hérisser sur certains cranes ?

> ?

rien compris, à part que des armes à feu ("même grenaille") sont en circulation sur la zad et que leurs possesseurs sont fiers de le faire savoir...
si cet article n'est pas une barbouzerie, autant vous tirer directement la grenaille dans le pied...

> -

Remarquons que certain-e-s ne veulent pas se confronter à ce sujet / problème / thématique / oppression

et font tout pour détourner les attentions politiques

> Barbouzerie

La barbouze semble plutôt être cette faction bourgeoise organisée sur la ZAD qui agit en milice / police / justice

> commentaire caché

un commentaire a été caché pour menace, indymedia est pas là pour ça.

> commentaires cachés

Réessaie tes captures d'écrans pour voir.
T'as qu'à réécrire le commentaire sans les menaces.

Pour l'autre commentaire qui crie à la censure tu me fais bien rire avec ton CMDO qui a pignon sur rue,comme si c'était mis en avant sur le site. Marrant quand on sait que de leur côté ça exige que rien de leur part soir publié ici pour éviter les critiques.

edit : j'ai dû caché un autre commentaire avec un lien vers le commentaire caché.
ps : Me semble le site laisse largement sa place aux minorités de la zad.

> commentaires cachés

On nous ferais pas du zèle chez indy ? Ça ressemble vachement à une crise autoritariste. "Ouiiiin les méchants gens disent pas qu'est-ce que je veux, et disent que je fais de la censure injustifiée !"
Ça commence à puer du cul cette histoire.

> modération

ça pue pas du cul, y'a charte on modère en fonction.
Pas de menace sur le site c'est tout, c'est pas compliqué et ça ne concerne qu'un commentaire et ceux suivants essayant de le revisibiliser.

> commentaires cachés

Pas de menace sur indy ? OK.
"Dans la nuit de mercredi à jeudi, du bitume a été enlevé sur la D281 [...] Le fait d'endommager le bitume à cet endroit et dans ce contexte particulier va à l’encontre des [nos] positions et revient à se dissocier du mouvement. [...] Nous ne défendrons donc pas des actes qui fragilisent [...] l’ensemble du mouvement."
source : https://nantes.indymedia.org/articles/40518

Rappelons que l'acte a été revendiqué en assemblé par une personne qui, par la suite, s'est fait briser plusieurs membres. Son entourage a eut droit a une séance gaz&matraques au petit matin.

Ce texte EST une menace.

Lui a droit de paraître, puisque la menace est implicite. Le commentaire qui disait, en substance, "ni oubli ni pardon face aux autoritaires accapareur-euse-s" (citation approximative), lui est une menace explicite et n'a pas le droit de paraître ?

Tu l'as compris, je ne fais que réécrire mon précédent commentaire, censuré pour "tentative revisibilisature".

> décidement

Citez le texte https://nantes.indymedia.org/articles/40518 sans prendre en compte les réactions et les commentaires qu'il a produit https://nantes.indymedia.org/articles/40518#comment-286960, https://nantes.indymedia.org/articles/40518#comment-286961, https://nantes.indymedia.org/articles/40518#comment-286990, https://nantes.indymedia.org/articles/40518#comment-286994 ; c'est se conduire en autoritaire.

D'où vient cette autorité "divine" qui s'imposerait partout ?

Pourquoi vous croyez vous supérieur-e-s ?

Citoyennistes ?

Démocrates ?

Majoritaristes ?

Violent-e-s ?

Nique les AUTORITAIREs

> @-

J'ai peut-être pas été très clair, la partie que je cite est la menace implicite de ce pamphlet.
Le fait est que ce texte a été publié sans crainte de censure malgré tout ce qu'il porte. Tandis que le "commentaire caché" qui est, finalement, en opposition à ce texte, lui, s'est fait dégagé sans autre forme de procès.

> retourner prendre sa carte chez EELV : mode d' emploi

une guerre sans armes ?
une lutte contre vinci avec soutien pour eurovia et son bitume sur les départementales ?
viens nous rencontrer

ah oui, viens cagoulé, c' est possible que certains, les ploucs pauvres banlieusards tox, aient de la mémoire ....

bien sûr ceci n' est ni une menace, .... ni de la grenaille ...

//edit modération : une adresse où vivent des personnanlités privées a été retirée.

> vivent les mutu

Jaunet / indymedia, meme contenu, meme combat.

http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-comme-un-air-d-ok-corral-sur-la-zad-24-03-2018-266274

y en a un aussi dans ouest france mais je vous laisse le trouver.

merci à tou.tes pour ce formidable travail d'informations pour la presse et la police depuis 2 mois.

;)

acab

> chut !

ben oui, c'est vrai, vaut quand même mieux pas faire de vague et se faire éclater la gueule en silence, pour la lutte...

> Position de la réu des habitan-te-s de la ZAD

La réu des habitant-e-s considère que le niveau de violence des actes commis sur une personne cette semaine est inadmissible, choquant, et dépasse clairement les limites collectives de la ZAD.

Nous ne savons pas l’heure actuelle si ça vient “de l’intérieur” ou de fachos, barbouses ou autres flics. Dans tous les cas, ces personnes ne pourraient pas rester sur la ZAD impunément.

Des occupant-e-s, le 22 mars 2018.

> -

Ceux qui agissent comme des flics reprochent aux autres d'agir comme des journalistes

> commentaire caché

un commentaire a été à nouveau caché parce qu'à nouveau un lien vers le commentaire menaçant.

> Le "commentaire menaçant"

Outre le fait de rester dans le Web de surface hein :)

> engrenage

Le vrai probleme avec ce comportement, torture et acte de barbarisme, car oui si c'était passé devant les tribuneaux ça aurait été ça les chefs d'inculpations...
Tactiquement c'est un fucking échec vu que le gars les soir même pouvait jouer les victimes en ag...
Mais surtout si ça en reste la, c'est à dire ne dépasse pas les reponses outré sur internets...
Ces cons n'ont pas percutés dans quoi ils et elles viennent de s'engager et finalement faire rentrer tout le monde, car ces méthodes vont finir par devenir normal pour le reglements de conflits et ça va finir forcement par des morts...