Italie: perquises, expulsions et arrestations dans le cadre d'une procédure antiterroriste

Mis a jour : le vendredi 4 août 2017 à 03:11

Mot-clefs: Répression / squat logement
Lieux: italie

Au petit matin, ce jeudi 3 août 2017, les flics ont défoncé les portes de plusieurs maisons (occupées ou louées), à Florence, Rome et Lecce, pour arrêter huit compagnons et compagnonnes anarchistes de Florence

Selon la presse, il s'agit du résultat de l'enquête menée par la DIGOS et l'antiterro, pour deux épisodes. Le premier, un engin explosif déposé devant une librairie liée à Casapound (groupe d'extrême droite) pendant la nuit du nouvel an dernier, où le flic-artificier a perdu une main et un œil au cours de l'opération de déminage. Le second pour le jet d'un cocktail Molotov contre une caserne des carabinieri (gendarmes) à Rovezzano (Florence) le 21 avril dernier. Ils disent avoir procédé à l'identification par le biais d'écoutes téléphoniques, de filatures et de prélèvements de matériel biologique (ADN). Les chefs d'inculpation sont : «tentative d'homicide» pour les cinq de la première affaire et «construction, détention et transport dans un lieu public d'un engin explosif ou incendiaire» ainsi que «dégradation aggravée» pour tou-te-s, le tout assaisonné d'une «association de malfaiteurs»... Les flics seraient encore à la recherche d'autres personnes. La presse, en charognards, a publié le nom complet ainsi que l'âge et la ville d'origine et de résidence de chacune des personnes arrêtées.

Durant la perquisition du squat de la Riottosa, les compagnons et compagnonnes sont allé-e-s sur le toit pour résister pendant plusieurs heures aux arrestations et à l'expulsion du lieu, occupé depuis dix ans, tandis que d'autres personnes manifestaient leur solidarité aux abords du lieu assiégé par les flics.

Liberté pour Giovanni, Marina, Micol, Nicola, Pasca, Robi, Sandro, Vespe !
Liberté pour tou-te-s !

Commentaire(s)

> Superbe...

Superbe! Un homme a perdu sa main et son oeil pour essayer de neutraliser un engin dangereux confectionné pour commettre des dégradations sur un bâtiment. ...et on trouve le moyen d'être solidaire avec les responsables....affligeant. ..

> @ konkombre masqué

Déjà qu'est-ce qui te fait dire que les camarades ont réellement confectionné l'engin explosif?
Les récits journalistico policiers pour trouver des coupables on les connaît, si coupables il n'y a pas on en trouve c'est pas un soucis (cf. les molo à Diaz, Haymarket etc y'a un siècle de ce genre de manoeuvres policières).

Ensuite oui les méthodes sont peut être sujettes à débats mais c'est une guerre, une guerre sociale, certes de basse intensité ici, avec tout de même une quinzaine de morts par an (surtout dans les banlieues) par la police, et des mutilés (+de 40 énuclés en France), sans compter les mort-e-s du travail et la destruction, hum d'une planète... Mais ce que les opprimé-e-s prennent dans la gueule est incommensurablement plus élevé...

Alors à un moment que ça choque qu'un type (mais pas n'importe quel type, portant l'uniforme d'une mafia qui maintient ce monde dans l'état catastrophique et abominable dans lequel il est) perde une main et un oeil ok mais c'est, au vu de la situation 10 000 fois plus critique aujourd'hui qu'il y a un siècle où les attentats contre le pouvoir pullulés, pas étonnant... et si révolution sociale il y a ça sera dans le sang malheureusement, car la bourgeoisie ne lâchera jamais le piédestal depuis lequel elle règne (cf. la Commune de 1871).

Alors solidarité aux compas, coupables ou innocents, telle n'est pas la question!

> la compassion est un poison

gandhi n'était que la putain de la couronne d'angleterre, l'escort girl du néocolonialisme.
IL n'y a ni violence ni non violence, que des situations avec la,les, réponse appropriée.
solidarité avec les compagnons et compagnonnes dans les griffes du pouvoir.

> +1 pour Attucks

Solidarité avec toutes les personnes inculpées dans ces deux affaires !

> Au moins six personnes libérées

https://enoughisenough14.org/2017/08/06/police-operation-against-la-caura-la-riottosa-6-comrades-released-2-still-imprisoned/

Les adresses en prison des deux compagni/comrades (sachant que Pierloreto a peut-être déjà été libéré lui aussi):

Salvatore Vespertino
c.c. Sollicciano
via Minervini 2r – 50142 Firenze, Italy

Pierloreto Fallanca
via Paolo Perrone 4 – 73100 Lecce, Italy