Front Social à Nantes : canicule et coups de matraque

Mis a jour : le mardi 20 juin 2017 à 16:25

Mot-clefs: Resistances luttes salariales / loi loitravail travail loi_travail front-social
Lieux: Nantes

Ces dernières semaines ont été marquées par le triomphe électoral de Macron sur fond d'abstention record et l'annonce d'offensives économiques et sécuritaires par le nouveau gouvernement. Mais aussi par le début, partout en France, d'une riposte sociale. Le FrontSocial réunit dans cette optique, sur tout le territoire, les forces vives des luttes : syndicalistes, lycéens, étudiants, manifestants du cortège de tête, occupants des ZAD. L'enjeu est de faire émerger une force plurielle capable d'impulser des dynamiques sans attendre, et de faire reculer le gouvernement.

19400325_1369332126436290_67856252509145056_o-medium

19400003_1369331856436317_6564971617558363661_n-medium

19399417_1369332293102940_7689055771650668001_n-medium

19388753_1369332213102948_6329494464013170036_o-medium

19274826_1369332296436273_3877021637383913151_n-medium

19264467_1369332039769632_2187195286934635293_o-medium

19250565_1369332136436289_1318216985234772600_o-medium

19243262_1369331949769641_420503135451115351_o-medium

19225961_1369332253102944_4821598874956455858_n-medium

 

L'acte de naissance dans la rue du Front Social est annoncé pour ce lundi 19 juin, lendemain des élections. Par une chaleur écrasante, entre 3 et 400 personnes se retrouvent sur la Place du Bouffay en début de soirée. La foule, hétérogène, se retrouve autour de camions syndicaux et d'un banquet préparé par le mouvement anti-aéroport. L'ambiance est bonne, les discussion s'amorcent autour de bières fraîches. Un participant vient jouer des percussions sur la place. Seule ombre au tableau : le dispositif policier délirant qui sillonne les rues du quartier et forme déjà une nasse menaçante autour de la place.

Après quelques prises de paroles, une action symbolique assumée collectivement doit marquer le début des résistances à venir. La foule s'agrège autour de la banque HSBC à l'angle d'une rue. Des sacs de ciments et des parpaings apparaissent. Manifestants, syndiqués ou non, commencent à murer paisiblement la façade alors que l'étau se resserre immédiatement. Les instants qui suivent sont d'une prodigieuse violence. Des rangées de matraques s'abattent sur une ligne, dérisoire, de manifestants qui forment une ligne autour des « maçons ». Les flics, enragés, braquent un père de famille portant sa fille dans ses bras avec le canon d'un Lanceur de Balles de Défense. D'autres aspergent les manifestants qui reculent de gaz lacrymogène. Une grenade explose. Un syndicaliste est au sol, le crane couvert de sang. Des enfants pleurent. La BAC charge ceux qui restent et arrachent un manifestant en l'étranglant. Scènes surréalistes de policiers frappant de toute leur force des darons en short et en claquettes ou hurlant sur des passants. Le sentiment de colère et d'impuissance est grand. Les ordres sont clairs : marquer dans les chairs et terroriser tou-te-s celles et ceux qui tentent de faire front contre le nouveau gouvernement.

Les Street Medics Nantes, comme toujours d'une grande efficacité, assurent les premiers secours et dénombrent une quinzaine de blessés, essentiellement à coups de matraques.

Le face à face se poursuit alors qu'un hélicoptère apparaît dans le ciel. On exige alors la libération de syndicalistes CGT qui sont encerclés par la police à côté de leur camion. Quelques clameurs tentent d'égayer la soirée. La place se vide progressivement autour de 21H, après un appel à se retrouver dans les prochains jours.

Nos forces sont multiples. A suivre !

Link_go source et autres photos : facebook

Commentaire(s)

> Violence policière

Photo 7: la CDI tape la BAC...pour une fois que je trouve les flics photogéniques, haha! C'est qu'à moitié rassurant, ça veut dire qu'ils étaient vraiment très excités et faisaient littéralement n'importe quoi, plus que d'habitude. Mais c'est quand même super drôle!