Nantes, 11 février : révolte aux Dervallières, manifestation en ville. Le nouveau commissariat repeint

Mis a jour : le dimanche 12 février 2017 à 01:20

Mot-clefs: Racisme Répression Resistances contrôle social quartiers populaires
Lieux: Nantes

L'ambiance qui s'installe à Nantes est suffocante. Chaque manifestation est l'occasion d'une démonstration de force implacable de l’État français. Après la nasse de mercredi, le défilé en solidarité avec Théo et contre les violences policières du samedi 11 février en est encore une illustration.

16664979_1241200349249469_7132645388827384029_o-medium

16722781_1241198122583025_7676093708994671958_o-medium

16587028_1241198132583024_6293003728292368930_o-medium

16711899_1241199605916210_4924165180422139107_n-medium

16722518_1241199755916195_4300377377113782667_o-medium

16601805_1241199779249526_5025988983752586693_o-medium

16707345_1241199932582844_6203349765263756162_o-medium

16665851_1241200025916168_2459674075039561451_o-medium

16716162_1241200065916164_4477718978367041276_o-medium

16586944_1241200089249495_5498319487282174406_o-medium

16707587_1241200339249470_4428190765587334183_o-medium

16602250_1241200249249479_5059764281780103972_o-medium

16587273_1241200382582799_6225037281960146485_o-medium

16707331_1241200399249464_1983471571367531920_o-medium
La nuit précédent la manifestation, aux Dervallières

Autour de 16H30, plus de 500 personnes convergent timidement aux abords de la préfecture. Pour rejoindre le point de rendez-vous, il faut oser se faufiler entre les différents dispositifs de contrôle et de surveillance qui jalonnent la ville. La gauche nantaise est aux abonnés absents. Dans la foule, presque exclusivement jeune, des bandes venues de plusieurs quartiers nantais côtoient les Kways noirs habitués des manifestations. On se murmure les événements de la veille. Au quartier des Dervallières, des barricades et des voitures ont été allumées au milieu de la nuit. Des affrontements ont eu lieu. Ni les médias, ni la police n'en parlent. Omerta sur la révolte.

Le cortège fini par s'engager sur le cours des 50 Otages, littéralement collé par des rangées de CRS et la BAC toujours aussi menaçante. Un hélicoptère ne tarde pas à faire son apparition. Encore. La manifestation a lieu au pas de course. Dans cette ambiance étouffante, qui tente d'anéantir la force déployée dans les cortèges de tête du printemps, et proscrit toute expression murale, un éclat de couleur. Le commissariat du Cours Olivier de Clisson, fermé depuis la grande manifestation anti-aéroport du 22 février 2014, et fraîchement rénové pour être ré-ouvert dans les prochains jours est recouvert de peinture sur plusieurs mètres. Acclamations.

Mais la BAC s'enfonce immédiatement et trop facilement dans le cortège. Une course poursuite a lieu dans les ruelles du quartier Feydeau. Deux personnes sont interpellées.

La course continue. Toujours plus rapide. Les CRS fatiguent. Certains se retrouvent au beau milieu des manifestants. D'autres deviennent nerveux.

La manifestation échoue place du Bouffay, toujours encerclée par la police. Le cortège se disperse dans le calme. L'envie n'est pas tarie, d'autres dates sont évoquées. Notamment la grande manifestation contre le FN qui aura lieu samedi 25 février prochain à Nantes.

Au même moment, gaz à Rouen, défilé à Rennes, blocage de la gare à Montpellier. Et Bobigny qui s'embrase. Soyons ingouvernables !

Link_go sur facebook