De l'hôpital Necker dans l'offensive spectaculaire marchande

Mis a jour : le jeudi 16 juin 2016 à 15:03

Mot-clefs: Exclusion/précarité/chômage Répression Resistances luttes salariales / actions directes lutte loi loitravail travail loi_travail étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: paris

Aujourd'hui, le storytelling policier orchestré par Valls a de nouveau parfaitement fonctionné. Personne, ou presque, ne parle plus du million de manifestants dans les rues de la capitale hier 14 juin. Une mobilisation historique. Personne ne parle non plus de la résistance collective aux offensives policières, des dockers forçant les barrages, des syndicalistes nassés alors qu'il rejoignaient leurs cars, des dizaines de blessés.

13415550_1035221733180666_7166832072467204190_o-medium

Partout, en « une » des journaux, en boucle sur les écrans, dans la bouche des politiciens : les vitres étoilées d'un hôpital. Jusqu'à l’écœurement. Une fois ce contre-feu allumé, le tourbillon médiatique noie déjà cette journée de lutte gigantesque dans l'insignifiance du flux d'informations.

Mais que s'est-il réellement passé ? Quelques mises au point.

1- D'abord, l'hôpital Necker n'a pas été "attaqué", mais certaines de ses vitrines étoilées par deux individus, au beau milieu d'un affrontement confus.

2- La préfecture de Paris avait déployé son dispositif pour que l'affrontement éclate précisément au niveau de l'hôpital. En prenant en étau le cortège de tête, en empêchant la manifestation d'avancer, et surtout en lançant une série de charges violentes devant le bâtiment. C'est donc au niveau de l'hôpital Necker qu'un point de fixation a été artificiellement créé, et qu'à peu près tout ce qui se trouvait à proximité des lignes policières a été abîmé. Y compris un car de touriste. Et certaines vitrines.

3- Il était très difficile pour les non-parisiens – autrement dit, une très grande partie du cortège – de deviner depuis le défilé arrivant de la Place d'Italie qu'il s'agissait d'un hôpital. Visuellement, seule une longue baie vitrée grise longeant le boulevard s'offrait à la vue des manifestants - ce qui n'est pas le cas dans le sens inverse de la marche. Nul doute que les quelques égarés pavloviens venus casser du verre – une petite librairie juste à côté à subi le même sort que l’hôpital – n'ont même pas compris ce à quoi ils touchaient.

4- Quelques centaines de mètres plus haut, Boulevard de Port-Royal, alors que la manifestation venait de s'élancer et que la police semblait décidée d'entrée de jeu à faire monter la tension, des grenades lacrymogènes sont tombées dans la cour d'un hôpital, noyant la cours sous les gaz. Pénalisant à l'évidence bien plus patients et personnels que quelques étoiles sur du verre, préjudice essentiellement esthétique.

5- Des dizaines de grenades de désencerclement ont été envoyées sur les manifestants juste devant l’hôpital, provoquant de gigantesques détonations, explosant les tympans, faisant bondir les cœurs, lacérant les chairs. La rue a été inondée d'un puissant gaz lacrymogène s'insinuant partout pendant des heures. Si les enfants soignés dans cet hôpital ont été incommodés, c'est probablement plus par l'usage massif de l'arsenal policier que par des coups, aussi idiots soient-ils, sur la baie vitrée du bâtiment.

6- Derrière cet acte isolé, une opération médiatique et politique obscène. Celles et ceux qui cassent méthodiquement l'hôpital public depuis 30 ans sont les gouvernements successifs. La situation est devenue intenable pour les personnels hospitaliers depuis des années. Des milliers de postes sont supprimés, des milliards économisés sur les dépenses de santé. Les personnels soignants sont par ailleurs régulièrement mobilisés contre la marchandisation de leurs services, et leurs revendications sont ignorées. En ce sens, les gesticulations de la ministre de la santé sont particulièrement ignobles. De même que le parallèle entre manifestation et terrorisme, répété par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Ou que l'instrumentalisation d'enfants gravement malades pour parvenir à imposer une loi largement rejetée.

La vérité, c'est que le gouvernement ne sait plus quoi faire pour étrangler cette lutte. Il a tout essayé : la violence, les procès expéditifs, les procédures d'exceptions, la propagande médiatique, la transformation de banales actions de blocages en "association de malfaiteurs", l'usure ... Malgré tout cela, ce sont encore des centaines de milliers de personnes qui résistent dans les rues. Le pouvoir en est donc rendu à faire croire que les manifestants attaquent des hôpitaux. Ne les laissons pas faire.

Commentaire(s)

> Ceux qui détruisent les hôpitaux

Le père d'un enfant traité à l'hôpital Necker a écrit une lettre au gouvernement pour expliquer :

1. Qu'il était honteux d'instrumentaliser le fait de quelques vitres brisées pour discréditer un mouvement tout entier ; et surtout

2. Que les vrais destructeurs de l'hôpital public étaient à trouver au gouvernement avec les suppressions de moyens financiers, les suppressions de postes, les techniques de management absurdes introduites dans tous les services, le pouvoir de décider des actes médicaux donné à des administrateurs plutôt qu'à la collaboration entre soignants et soignés, etc.

> Quelques précisions

Effectivement, il était assez difficile d'identifier cette grande façade vitrée en venant de la place d'italie et celà faisait plus penser au siege social d'une banque ou d'une multi nationale quelconque. Seuls ceux qui connaissaient bien le secteur savait qu'il s'agissait de l'hôpital Necker.

Par contre, pas de petite librairie juste à côté de cette immense façade, mais une boutique à l'enseigne de Smart le constructeur automobile et exposant quelques vehicules.
Encore un peu plus loin, un autre magasin à l'enseigne d'une chaine de mateiel audio Video, hifi, MAGMA.