Rennes: réoccupation de la Maison du Peuple

Mis a jour : le samedi 28 mai 2016 à 10:47

Mot-clefs: luttes salariales / actions directes lutte étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: Rennes

Réunis à plusieurs centaines en AG interpro, il a été décidé de reprendre la Maison du Peuple ! C'est chose faite !!
À l'heure actuelle, une AG se tient à l'intérieur, des dizaines de camarades sont sur le toit et d'autres sont dehors.
La BAC et la police sont déjà sur place.

On appelle tous ceux qui le peuvent à venir nous rejoindre dès maintenant.

Une banderole trône : "nous reprenons ce qui est à nous" et une deuxième : "demain s'ouvre au pied de biche".

Venez le plus nombreux possible.
Vive la grève ! Vive la Maison du Peuple Occupée !

Aujourd'hui vendredi 27 mai, et après deux semaines d'exil, la maison du peuple réinvestit ses murs. Le mouvement rennais contre la loi El Khomri a besoin de ce lieu, qui doit retrouver sa fonction de bourse du travail. L'assemblée générale interpro s'y tiendra donc à nouveau dès ce soir, et la salle de la cité revivra au rythme de la mobilisation comme lors de ses treize jours d'occupation.

Nous constatons que la municipalité rennaise n'a manifestement plus l'usage de ce lieu, hermétiquement fermé depuis le 13 mai à grand renfort de maître chien. À l'inverse, nous en ferons à nouveau un espace politique et culturel ouvert, à la disposition de tout ceux et celles qui en partagent l'esprit. Une véritable maison du peuple.

Nous avisons la préfecture qu'une nouvelle tentative d'expulsion serait aussi vaine et coûteuse que la précédente : nous avons appris à ne pas nous laisser impressionner par le grand déballage sécuritaire, et nous avons trop besoin d'un tel lieu pour s'en laisser expulser sans réactions.

Nous appelons tous les opposants et opposantes au projet de loi travail à venir nous rejoindre dès ce soir pour discuter de la suite du mouvement.

La maison du peuple restera au peuple !

Commentaire(s)

> Commentaires cachés

Des commentaires ont été cachés. Indy nantes ne soutient pas les croisades, surtout quand il y a déjà un lieu physique pour discuter des divergences.