Sans "oui, mais..."

Mis a jour : le vendredi 27 mai 2016 à 15:59

Mot-clefs: Répression Resistances / lutte loi loitravail anti-repression travail loi_travail étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: paris

« Des saloperies de voitures de flics, il en crame depuis des décennies. Et il en cramera encore. C’est ainsi et c’est tant mieux. Pour ma part, j’espère qu’une bonne âme voudra bien se décider à me saccager, à me caillasser, à me caraméliser le moteur, à me désosser et me revendre en pièces détachées, à me faire flamber, à m’épargner le terrible poids d’autres arrestations... »
Anti-terrorisme : la dépanneuse [de police] raconte !, Indy Nantes, 25 novembre 2008

C-46-medium

Face à la révolte qui s’empare régulièrement des rues depuis plus de deux mois, un vent mauvais d’arrestations et de lynchage médiatique est en train de souffler un peu plus fort pour tenter de calmer les incontrôlables de la contestation. La figure-repoussoir du moment, construite avec délice par les gestionnaires de l’ordre et alimentée à foison par les pompiers sociaux, est bien sûr celle du fameux "casseur". Une figure mythique parfois redécoupée selon le contexte policier local en "anarchistes", "autonomes", "antifascistes", "ultra-gauchistes", "anarcho-autonomes", voire même ce bon vieux "anarcho-libertaires" qu’on croyait disparu depuis le CPE.
Interpellations d’avant-manifs, interdictions administratives, enquêtes express, perquisitions, contrôles judiciaires et incarcérations préventives ont ainsi déboulé à Nantes, Caen, Lyon, Rennes ou Paris pour enrichir une tambouille répressive déjà lourdingue lorsqu’elle se composait de notes blanches et d’instructions judiciaires, mais qui est devenue carrément indigeste depuis que l’Etat l’a agrémentée de mises en examen pour "association de malfaiteurs" (Rennes) et autres "tentative d’homicide volontaire" (Nantes, Paris). Si cela n’a rien d’étonnant dans une période où état d’urgence, guerre, contrôle et serrage de vis généralisés sont plus que jamais à l’ordre du jour, on peut néanmoins constater que ce n’est pas la peur du ridicule qui a étouffé journaflics et crapules politiques de tous bords ces derniers jours : "Daech de l’intérieur", "terroristes", "barbares" et "fascistes" ne sont que quelques uns des noms d’oiseaux qui ont volé derrière les micros pour défendre les familles des vitrines et un tas de ferraille bleu-blanc-rouge opportunément caramélisé.
Avec de tels tours de passe-passe linguistiques, on peut se demander comment le pouvoir qualifiera ses assassinats permanents de migrants aux frontières de la Méditerranée, ses bombardements "anti-terroristes" de villes entières en Syrie, ou tout simplement son empoisonnement nucléaire et industriel durables de la planète et de ses habitants. Le négligeable prix à payer pour le maintien de l’ordre des paradis de la démocratie marchande ? L’inévitable conséquence d’un monde régi par l’Etat et le capitalisme ?
Et puisqu’on en est aux mots et à leur sens vidé par le pouvoir afin de contenir et d’isoler une partie des révoltés de l’ensemble de la conflictualité sociale, disons les choses clairement : si la balayette d’un manifestant contre un CRS tentant de jouer au héros peut magiquement se transformer en une "tentative de meurtre" sous la plume d’un larbin de l’autorité, il y a fort à parier que le dictionnaire ne sera d’aucune utilité à ce dernier lorsqu’un sbire subira un accident du travail définitif, comme ce fut par exemple le cas lors d’une manifestation de chômeurs à Feriana (Kasserine, Tunisie) le 20 janvier dernier.

Face au choeur assourdissant des porte-parole de la domination, le fameux Tout le monde déteste la police !, un des slogans le plus chanté, gueulé, clamé et scandé ces derniers temps par des dizaines de milliers de personnes à travers tout le pays, semble désormais avoir un peu de plomb dans l’aile.
Non non, pas du flash ball dans la tronche ou de la grenade de désencerclement dans les pattes comme il en pleut dru à chaque manif, juste un peu de plomb. De ce petit plomb calibre 12, modèle Fini la récré, qui frappe en vol tout élan potentiellement subversif, tout battement d’ailes qui sort du dressage scolaire, de l’exploitation salariée ou de l’abrutissement sur écran. Ces mêmes ailes qui ont (re)donné à beaucoup le goût d’aller explorer l’inconnu au-delà de l’horizon d’un terne présent ; celles dont la matière est faite de rages brûlantes, de rêves de destruction, et d’un absolu sans dirigeants ni dirigés ; celles, qui sait ?, d’un monde complètement différent, c’est-à-dire d’un monde notamment débarrassé de toute police.
Car qu’on le veuille ou non, qu’on le trouve trop réducteur, démagogique, voire carrément contre-révolutionnaire comme l’éditeur du Comité Invisible, le slogan Tout le monde déteste la police ! était parvenu ces derniers temps à reléguer au second plan non seulement toute amélioration de la loi travail, mais aussi son prédécesseur en la matière, le très descriptif Flics, porcs, assassins ! présent depuis l’assassinat d’Alexis à Athènes en décembre 2008, sans même parler de son populaire ancêtre qui filait déjà la métaphore animalière sans chichis inutiles : Mort aux vaches ! Certes, les attaques de vitrines commerçantes, les pillages de Franprix ou de Go Sport, les barricades enflammées, les comicos, mairies, banques et locaux du PS transpercés, les gares saccagées ou envahies, tous ces rails de trams, ces carrefours et ces rocades bloquées ont également et largement exprimé une colère qui a su dépasser les rituels affrontements avec la police, tout en ouvrant un espace hétérogène et autrement plus riche en possibilités. Pourtant, c’est l’incendie à Paris le 18 mai d’une voiture de flics lors d’une manif sauvage, non loin d’un rassemblement de syndicalistes pas rôtis et pas contents, qui a relancé l’hallali contre les "méchants casseurs" le temps d’un week-end.

Du plomb dans l’aile disait-on, parce qu’en se transformant de sentiment en action, de détestation en attaque, d’incantation qui rassure en réalité qui peut faire mal (des deux côtés), le fameux slogan chanté sur tous les tons a pris la cruelle dimension de l’existant et de sa machine à punir : celle de la guerre sociale. Que les deux flics aient pu ressortir de leur caisse fumante sans être incités à y rester, y compris le porte-flingue recalé au concours de gardien de la paix, n’est ici pas la question. Tout le monde ne déteste certainement pas la police, mais c’est en tout cas à chacun qu’il revient de décider quand, et surtout comment exprimer concrètement cette rage de la manière qu’il estimera la plus adéquate. La manifestation sauvage qui est partie des abords de la place de la République où se déroulait le rassemblement de syndicats de poulets, n’a eu besoin d’aucune assemblée ou commission pour s’élancer, tout comme les précédentes qui s’en étaient prises à des Jaguars, des Autolib, ou (déjà) des voitures de flics. Si les mots ont encore du sens, conspuer violemment le parti au pouvoir dans la rue peut aussi avoir pour conséquence que des mains inconnues s’en prennent à ses locaux. Que ce soit avec du fumier, des marteaux, de la peinture, une meuleuse... ou douze balles. Si les mots ont encore du sens, conspuer violemment la police dans la rue peut aussi avoir pour conséquence que des mains anonymes lui lancent des pierres, des mortiers, de la peinture... ou jettent un fumi dans la lunette arrière d’un de ses véhicules en fonction.
Dans ce mouvement qui peine à trouver des perspectives autonomes loin des syndicats et des politiciens autoritaires de service, le fait qu’’idée et action puissent parfois encore aller de pair n’est pas la moindre des réjouissances. Comme l’écrivaient en décembre dernier des compagnons juste après l’attaque explosive contre une école de police à Brescia (Italie) : "Si faire d’eux L’Ennemi serait une idiotie, justifier leur travail serait une aberration. Après les morts sous leurs bottes, après les tabassages dans les commissariats, après les charges dans les rues, après d’infinis abus de pouvoir quotidiens qui les rendent toujours plus arrogants, forts de leur impunité, un grondement de révolte dans les ténèbres de la résignation est le minimum qui puisse arriver. Il y a des rages, il y a des émotions impossibles à exprimer avec une pétition (et au diable partis et syndicats, prêtres et militants)." Certes, les chiens qui protègent les maîtres et participent au rapport social de domination ne peuvent à eux-seuls incarner l’ennemi, mais ils sont en tout cas un obstacle évident pour quiconque souhaite s’aventurer sur les chemins de la démolition passionnée comme sur ceux d’une liberté sans mesure. A ce titre, prendre ses propres idées au sérieux contre le plus froid des monstres froids qui prétend en outre au monopole de la violence, et en tirer les conséquences pratiques, est un premier pas nécessaire.

Depuis plus de deux mois, le minimum syndical du Tout le monde déteste la police ! avait réussi à ouvrir une brèche entre l’ahurissant J’ai embrassé un flic et l’étouffant Je suis Charlie d’un état d’urgence prolongé indéfiniment. Ce soir, 24 mai 2016, un jeune manifestant nantais croupit depuis près de 10 jours en taule, accusé de "tentative de meurtre" contre un commandant de police lors d’une émeute. Ce soir, 24 mai 2016, la détention provisoire vient d’être prolongée par un laquais en toge pour l’un des quatre manifestants parisiens accusé à son tour de "tentative de meurtre" suite à la voiture cramée le 18 mai à Paris (les 3 autres restent mis en examen sous contrôle judiciaire). Peu importe qu’ils soient "coupables" ou "innocents", car nous laissons volontiers ces catégories aux charognards du code pénal et à tous leurs amis citoyens-flics. Peu importe qu’il s’agisse de révolutionnaires certifiés ou de lycéens anonymes, car c’est avant tout les actes dont ils sont accusés que chacun est invité à défendre solidairement. Des actes clairs, et sans "oui, mais...".
C’est au son du clairon que le terrorisme d’Etat est en train de battre son rappel à l’ordre, en utilisant cette attaque incendiaire ou les blocages en cours pour tenter d’effrayer et de favoriser un retour à la normalité. Celle où les matraques syndicales et où les tirs policiers ne rencontreraient pas de réponse contondante, celle où la circulation des flux de marchandises (humaine ou pas) ne serait pas interrompue, celle où l’exploitation ne serait pas réduite en lambeaux, celle d’une démocratie de guerre qui ne serait pas sapée, celle des technologies de l’enfermement et du contrôle qui ne seraient pas sabotées, celle basée sur notre peur et sur notre résignation. Parce qu’au fond, la matraque et son acceptation est ce qui garantit les rapports sociaux.
A chacun de prouver le contraire.

Liberté pour toutes et tous !

Des anarchistes
Paris, 24 mai 2016

Link_go Recopié des brèves du désordre

Commentaire(s)

> Peu importe ?

"Peu importe qu’ils soient "coupables" ou "innocents""... de tentative de meurtre ?!?! Relisez-vous avant d'écrire n'importe quoi, bordel.

> En effet

En effet, dans une obtique de se solidariser avec eux et avec les acte desquels ils sont inculpés, leur "inocence" ou leur "cupabilité" importe peu.
Les notions d'inocence et de cupabilité n'étant utiles qu'à celui qui prétend juger.
Peu importe donc, pour se solidariser avec eux, qu'ils soient inocents ou coupables.
Sinon ça reviendrait à dire: "nous nous solidarisons d'eux car ils sont inocents", ce qui tend clairement à insinuer que ça n'aurait pas été le cas s'ils avaient été coupables.
Je ne pense pas que ce texte ait vocation à servir de plaidoiri à qui que ce soit. Et la façon dont se solidarise les anarchistes, des inculpés comme des actes, ne peut en aucune façon influer, que ce soit à charge ou à décharge, sur le tribunal.

> Peu importe ?

"Peu importe qu’ils soient "coupables" ou "innocents", car nous laissons volontiers ces catégories aux charognards du code pénal et à tous leurs amis citoyens-flics." Les militants d'Alliance pensent sûrement la même chose. D'ailleurs, le raisonnement vaut-il aussi pour l'assassin d'Amine Bentounsi ? Et pour Salah Abdeslam ? Ou ça marche seulement avec les "anarchistes" et autres "révolutionnaires certifiés" ?

> oui

"Les militants d'Alliance pensent sûrement la même chose."
Et ben non justement, au contraire, les militants d'alliance sont des républicains qui, forcément, ont foi en la justice étant donné que c'est celle de leur camp, de leur république, qu'ils sont chargé de défendre.
D'ailleurs au passage, pour s'en convaincre il suffit d'observer l'unique argument de Erwan Guermeur, délégué de district UNITÉ SGP POLICE FO 93, face aux accusations d'Amal Bentounsi lors de leur dernière confrontation télévisé: argument qui est: "il y a eu non-lieu, la justice l'a inocenté"...
ici: http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/voiture-de-police-incendiee-a-paris-les-policiers-sont-ils-detestes-816324.html
Je pense au contraire que quand les flics voient que la réaction fasse à eux n'est pas la vengeance mais la "demande de réparation" à leur propre justice, il doivent bien se fendre la gueule...

"D'ailleurs, le raisonnement vaut-il aussi pour l'assassin d'Amine Bentounsi ? Et pour Salah Abdeslam ?"
Du coup, il a tout intéret à l'être oui... à moins de vouloir se ranger, dans leur propre réthorique, du coté de la justice et de son verdict.

Mais c'est en effet un point de désaccord entre ceux qui demande à la justice dêtre juste et à la police d'être moins violente et ceux qui veulent leur disparition.

> Alliance = fascistes

"les militants d'alliance sont des républicains qui, forcément, ont foi en la justice" : mais tu te rends compte de ce que t'oses écrire ? Tu dois être le dernier dans ce pays à ignorer qu'Alliance est un syndicat fasciste pur et dur, pour qui "la justice" c'est une balle dans la nuque, sans procès, pour les gens comme toi ou moi. Mais laisse béton, tu comprendras peut-être la différence quand tu seras grand. Ciao.

> Ce qu'en pensait un anarchiste digne de ce nom

« Mettons de côté " la justice ", concept trop relatif qui a toujours servi de prétexte à toutes les oppressions et à toutes les injustices, et qui souvent, ne signifie pas autre chose que la vengeance. La haine et le désir de vengeance sont des sentiments irréfrénables, que l'oppression, naturellement, réveille et alimente; mais s'ils peuvent représenter une force utile pour secouer le joug, ils sont par la suite une force négative quand on tente de substituer à l'oppression, non une oppression nouvelle, mais la liberté et la fraternité entre les hommes. Pour ces raisons, nous devons nous efforcer de susciter ces sentiments supérieurs qui puisent leur énergie dans le fervent amour du bien, tout en nous gardant cependant de briser cette impétuosité, issue de facteurs bons et mauvais, qui est nécessaire à la victoire. Mieux vaut que la masse agisse suivant son inspiration, que, sous prétexte de la mieux diriger, de lui mettre un frein qui se traduirait par une nouvelle tyrannie, mais souvenons-nous toujours que nous, anarchistes, nous ne pouvons être ni des vengeurs, ni des justiciers. Nous voulons être des libérateurs et nous devons agir comme tels, par les moyens de la prédication et de l'exemple.
(…)
En Italie, le fascisme a accueilli beaucoup de criminels et ainsi a, jusqu'à un certain point, purifié préventivement l'ambiance dans laquelle agira la révolution. Mais il ne faut pas croire que tous les Dumini et tous les Cesarino Rossi sont fascistes. Il y en a parmi eux qui, pour une raison quelconque, n'ont pas voulu ou n'ont pas pu devenir fascistes, mais ils sont disposés à faire, au nom de la " révolution ", ce que les fascistes font au nom de la " patrie ". Et, d'autre part, comme les coupe-jarrets de tous les régimes ont toujours été prêts à se mettre au service des nouveaux régimes et à en devenir les plus zélés instruments, ainsi les fascistes d'aujourd'hui seront prêts demain à se déclarer anarchistes ou communistes ou ce qu'on voudra, simplement pour continuer à faire les dominateurs et à satisfaire leurs instincts mauvais. S'ils ne le peuvent dans leur pays, parce que connus et compromis, ils s'en iront ailleurs et chercheront les occasions de se montrer plus violents, plus " énergiques " que les autres, traitant de modérés, de lâches, de pompiers, de contrerévolutionnaires, ceux qui conçoivent la révolution comme une grande oeuvre de bonté et d'amour. »

Errico Malatesta, « La terreur révolutionnaire », Pensiero e Volontà, 1er octobre 1924

> Commentaires cachés

2 commentaires ont été cachés: un laconique n'apportant rien à la discussion hormis du mépris, l'autre complètement hors sujet.

> Le fascisme s'accorde très bien avec le républicanisme

1/ historiquement, les fascistes ont toujours accédé au pouvoir par les urnes républicaines.
2/ La structure de la justice fasciste, ainsi que de son appareil répréssif, millitaire, économique, ect... est calqué sur le modèle républicain. Il y a structurellement peu de différence, la seule différence étant surtout ce que l'on fait des dites structures. Dans un cas on mettra en prison et dans l'autre on exécutera. Il s'agit juste d'une vision plus ou moins radicale de l'outil repressif, et de contre qui il est dirrigé.
Mais en aucune façon le fascisme ne remet en cause le pouvoir judiciaire, ils le veulent juste dans leur camp.

> Mise au point

1) Tu veux dire que Mussolini, Franco, Pétain n'étaient pas fascistes ? Ou c'est seulement pour le plaisir de raconter n'importe quoi ?
2) Tu crois vraiment que c'est la peine de mort qui fait l'essentiel de la différence entre "le modèle républicain" et le fascisme ? Qu'il n'y a donc pas de différence entre un entretien avec son avocat et une séance de torture ? Ou qu'il y a encore un "pouvoir judiciaire" quand les juges ne font qu'appliquer les ordres de l'exécutif ?

3) Refuser la distinction entre "coupable" et "innocent", c'est raisonner exactement comme une police totalitaire : tout le monde devient donc suspect, et l'on peut réprimer n'importe qui, puisque la réalité des faits importe peu. Non Fides/Cette Semaine s'en prennent à ceux qui raisonnent, selon eux, comme dans des avocats dans un tribunal "républicain" ; mais c'est malheureusement pour mieux réhabiliter le "raisonnement" du KGB et de la Gestapo (et d'Alliance, bien sûr). Sans parler du ton autoritaire de l'intimidation (qui n'est pas d'accord avec nous est un "charognard du code pénal" ou un "citoyen-flic").