A Caen, un jour ne fait pas l'autre

Mis a jour : le vendredi 20 mai 2016 à 15:59

Mot-clefs: luttes étudiantes/lycéennes salariales actions directes
Lieux: caen

Blocages, répression et tutti quanti...

Grosse journée de blocage mardi :
-dès 4h30, beaucoup de gens de l'AG de Luttes, de la KIC (intermittent-es) et de Nuit debout rejoignent les routiers. Les chefaillons syndicaux proposent de bloquer un rond-point, non sans avoir exprimé leur désapprobation de la venue de tant de personnes qui ne sont pas de la profession... Non-syndiqués et syndiqués de base les désavouent. C'est finalement le périph sud qui est bloqué pour les camions, et barrage filtrant pour les voitures. Rapidement, plusieurs centaines de camions sont bloqués, et plusieurs kilomètres de bouchons apparaissent. Une caisse récolte de la thune au passage des voitures.
-10h30, manif appelée par l'intersyndicale regroupant 1500 personnes. Après un petit tour en ville et une prise de parole de Sud contre les violences policières, demandant la tête de Papineau, 300 personnes débordent et partent vers le périph sud en manif sauvage pour rejoindre le blocage. Après une longue manif d'1h30, passant notamment par le quartier de la Guérinière, les gens rejoignent le piquet de grève.

Répression et pacification syndicale mercredi :

-l'amphi Tocqueville (campus 1) et l'ufr staps (campus 2), occupés depuis plusieurs semaines, ont tout deux été évacués par les flics ce matin. Une garde à vue pour tags. Quatre autres personnes ont été chopées à leur domicile plus tard par rapport à l'action sur le local du PS, et une autre par rapport au vol d'urne lors des élections à la fac.
-Le "blocage" du périph sud a été levé. Ce blocage des camions, effectif hier, a été lâché dans la journée par les syndicats CGT et FO. En effet, des camions quittaient tranquillement le blocage en bout de fil, et seules des personnes non syndiquées étaient là pour les empêcher de passer. Bref, comme d'hab, les syndicats ont fait un coup médiatique avec un blocage symbolique. Beaucoup de syndiqués de base et de non-syndiqués ont protesté contre FO et CGT.

Prise de périph et affrontements à la fac jeudi :

-2000 personnes partent en manif depuis la gare, ceinturée de flics, vers la fac. Les canailloux de l’intersyndicale ont refusé de déposer le parcours à la Préfecture. Au passage du Quick, des affiches sont déposées et un orchestre y rentre quelques instants. A l’arrivée à la fac, plusieurs personnes invitent à continuer pour une action. Une bonne moitié de la manif commence à suivre. Le groupe de tête accélère en sortant du haut de la fac, puis court longuement vers le périph, et l’atteint par la Vallée des jardins. 200 personnes arrivent sur le périph, prenant de vitesse les flics. Un grand groupe reste lui bloqué par un cordon de police. Les flics gazent, chargent, et finissent par évacuer le périph au bout de 30 minutes de blocage. 1 interpellation. En repartant, le groupe du périph est rejoint par le reste des manifestants. Il reste encore 300 personnes qui rejoignent la fac, non sans que, une fois n’est pas coutume, les syndiqués fassent un cordon de protection entre une ligne de flics et la manif. Arrivé à la fac, le cortège se dirige vers l’amphi Tocqueville pour le rouvrir. Après 1 minute 30 d’occupation, les flics déboulent, gazent, matraquent, chargent sur la fac. 3 interpellations. Quelques projectiles sont lancés en réponse, les gens se chaînent et restent groupés. Les gens tiennent bon. Après une demi-heure tendue et de gazage, les gens repartent vers le théâtre des cordes tenir une AG. 6 ou 7 personnes sont interpellées en repartant du théâtre. Beaucoup de blessé-es, mais une belle journée.

Nouvelle AG interluttes samedi, à 15h au théâtre des cordes, actions mardi et jeudi la semaine prochaine.