Des anarchistes profanent le cortège libertaire

Mis a jour : le mardi 3 mai 2016 à 23:11

Mot-clefs: Ecologie
Lieux: paris

1er mai 2016. Comme chaque dimanche c'est le marché de la Place des Fêtes. Comme chaque 1er mai c'est le super-marché des organisations libertaires.

Sans_titre7-medium
op

Sans_titre6-medium
io

Sans_titre5-medium
ui

Sans_titre4-medium
yu

Sans_titre2-medium
rt

Sans_titre1-medium
er

Sans_titre-medium
az

1er mai 2016. Comme chaque dimanche c'est le marché de la Place des Fêtes. Comme chaque 1er mai c'est le super-marché des organisations libertaires. Toujours la même routine, les mêmes mines résignées, les mêmes slogans tristes, les mêmes banderoles mythomanes ("Kill capitalisme", "Grêve, pillage, sabotage").

Cette année quelques individus ont décidé de briser cette routine, et l'anarchisme s'est invité au cortêge libertaire.

Dès le départ des tags sont posés sur les murs. Le premier qui inaugura cette marche, "Ni Dieu ni maître" (suivi peu après de "Ni flics ni prophètes"), exposait dans sa totalité les idées anarchistes, sans mutilation populiste. Car oui, les idées anarchistes ne s'adaptent pas à la tête du client, et les quartiers pauvres ne sont pas épargnés par la peste religieuse (ni par les idées anarchistes anti-théistes qui s'y expriment depuis 150 ans). Un autre tag disait "Si Dieu existait il faudrait le caillasser", car non, pour nous Bakounine (et les autres) ne sert pas à fabiquer des succès d'édition ni à caler des meubles. Si certains considèrent que les idées anti-théistes sont un luxe réservé à quelques débats internes aux milieux "éclairés", et si nous gardons en tête que les opprimés souvent se forgent eux-mêmes leurs propres formes d'autorités (mafia, religion, communautarisme, machisme) en dessous des formes d'autorités qui concernent tous à des degrés divers, nous, anarchistes, sommes et resterons contre toute autorité.

Pendant que certains s'en prennent aux vitres de la bibliothèque anarchiste La Discordia (cf. Imposer l'ordre moral à coup de marteau - Communiqué de La Discordia ), des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence.

Cette fois-ci, comme toujours, certains n'ont pas suivi les conseils des casseurs respectables, et ne se sont pas limités aux banques, aux agences d'intérims et aux MacDo'. De joyeux drilles ont décidé de s'en prendre à toutes les vitrines de la domination qui se trouvaient sur leur chemin. Quand il s'agit de l'ennemi, on ne fait pas les fines bouches. Nombreuses sont d'ailleurs les personnes qui ont manifesté leur enthousiasme et leur approbation au cours de la marche où un Bouygues (constructeur de prisons), une agence SNCF (co-responsables de la déportation de sans-papiers, et "co-constructeurs" de frontières), les banques BNP Paribas, Crédit du Nord, Crédit Mutuel, CIC, une agence Money Gram, une agence immobilière, une école supérieure des métiers de la finance, de la gestion et de la comptabilité, un Franprix, un MacDo', ont eu leurs vitres défoncées; des panneaux publicitaires ont été saccagés, sur un hôtel Campanile ont été posé les tags "Collabo des expulsions" et "A bas les frontières" (on sait, par exemple, que ce sont les hotels Campanile, Kyriad et Première Classe, du groupe Louvre Hotels Group, qui hébergent les CRS opérant à Calais). Un bouquet garni de tags a fleuri au cours de la marche, parmi lesquels: "Nique le succès Vive l'anarchie" sur les murs de "La fabrique du succès, pépinière d'entreprises", "Ni Dieu ni maître" sur les murs d'une église, "A bas toutes les religions", "L'argent pourrit nos vies, mort au capitalisme", "Tant qu'il y aura de l'argent il n'y en aura jamais assez pour tout le monde" sur une banque, "Le travail est la pire des polices, Détruisons les 2", "Fête du travail, Fête de l'aliénation", "Le monde du travail en ruines ou rien", "Nique les journaflics", "Ni loi ni travail, de la révolte en pagaille", "Rage, ruse, révolte", " Flic suicidé à moitié pardonné"...

"Travaillons à détruire le monde du travail" lisait-on sur un mur, qui plus est, notre ambition est d'en finir avec ce monde d'autorité, et cette intervention dans le cortège, à peu nombreux, montre que de petites minorités n'ont pas besoin des masses, juste de massettes.

 

Des anarchistes

 

Commentaire(s)

> ah là là

Puisque vous prenez pours des con/nes toutes celleux - la "masse" libertaire - qui ne focalisent pas sur ces manières d'agir, au moment où vous choisissez de les avoir, pourquoi vous continuez à vouloir aller avec eux? Vous qui vous présentez comme les vrais anarchistes - les tagueurs (le soit disant nec plus ultra de l'anarchisme "d'attaque") - tandis que les autres ne seraient pas vraiment des militants. Ce qui vous dites et vos postures sont ridicules! Bande de djeuns kékés !

> Vous avez gaché mon bal musette ! Sales jeunes !

blah blah blah bouh les méchants casseurs ! Allez va, retourne danser la ravachole aux cours de java de la mairie, avec ton mug Emile Henry et ton tapis de souris Bakounine. C'est l'heure de la soupe, du camembert et du saucisson à l'ail.

Vous avez gaché mon bal musette ! Sales jeunes !

> calmos

Léo Ferré utilisait les mots, la poésie, comme ça, au hasard: " la parlotte n'a jamais été un détonateur suffisant" nous gueulait-il.
louise Michel utilisait les barricades pour faire vivre le communisme libertaire
François Claudius Koënigstein dansait "la Ravachol" dans de joyeuses et sanglantes actions directs.

A chacun selon ses moyens, penser et/ou reprocher à l'autre ses outils est une posture de post-adolescent attardé, les parallèles convergentes ne sont pas adversaires, elles sont complémentaires.

Ni dieu,ni maître.
Ni foi, ni loi"s".
Ni famille, ni patrie.
Et faites qu'a l'horizon jamais je ne vois un drapeau

toute ma tendresse aux communistes libertaires,aux anarcho-syndicalistes et à leurs sympathisantEs

> quand y faut y aller

personne t'as dis que tu as gâché notre bal-musette et qu'on en est horrifiés, et personne ne t'attend pour aller "à l'affrontement", et moi comme d'autres n'avons rien de neuf apprendre de toi de ce côté là. Ni pour agir jours après jours!!
Par contre je dis vraiment que ce que tu analyses vole pas haut, et montre bien que tu penses à travers des catégories binaires - d'où ta vision fantasmatique - qui te rendent incapable de même comprendre des critiques, que tu retraduis directement dans tes oppositions binaires - "défilé"-ceux qui font rien/"sauvage"-"casse"-les vrais anarchistes qui s'activent
- ps : Ravachol c'est pê spectaculaie mais à part ça ... ? Mais quand on a besoin d'effigies et de symboles identitaires ... qu'on soit dans des orgas ou anti-orgas, le fonctionnement est le même.
- ps 2 : j'ai dit "djeuns kéké" par rapport à l'image que ça laisse, et pas pas rapport à ton âge (j'ai 24). J'aurais du juste dire "kéké", méa culpa ... .
Ca va bien? Tu comprends qd même? T'as pas trop mal à la tête?

> On s'en fout !

Ni dieu ni maitre ni race ni prophètes, et solidarité avec la discordia.

Les problèmes d'un jeune vieillard de 24 ans qui nous fait part de ses problèmes de digestion idéologique, par contre, on s'en fout.

> Les bons et les mauvais casseurs

En gros, si on lit entre les lignes, c’est une vengeance de la discordia contre ceux qui les ont tagués. En plus, ils désignent clairement leurs ennemis principaux : les anarchistes, ce dont on se doutait vu la cible de leurs « débats » (les anarchistes antiracistes non conformes à leurs idées).

« Pendant que certains s'en prennent aux vitres de la bibliothèque anarchiste La Discordia (cf. Imposer l'ordre moral à coup de marteau - Communiqué de La Discordia ), des anarchistes IDENTIFIENT CLAIREMENT LEURS ENNEMIS ET AGISSENT EN CONSÉQUENCE. » On ne peut pas être plus clair : au lieu de casser dans le cortège des syndicats, ils choisissent de casser dans celui des anars, identifiés comme coupables de leurs malheurs.

Ça demande à peu près autant de courage que de casser les vitres de la discordia.

> .

T'es meme pas un bon flic (quoique donner des pistes, qu'elles soient vraies ou fausses, reste un travail de flic, et pour cela tu devrais périr si seulement tu n’étais pas protégé par l'anonymat).

De plus, le texte ne ressemble pas du tout à ceux de la discordia, et t'as vraiment cru que t'allait faire croire que la critique de la religion concernait une douzaine d'anars ? Ni dieu ni maitre, ça te dis quelque chose ? Kropotkine, Malatesta, Goldman, Berkman, Voline, Makhno, Jacob, tu crois qu'ils pensaient quoi des croyants ?

T'es vraiment une pauvre blatte, qui pue. Allez, va te convertir.

> - - -

Kropotkine, Malatesta, Goldman, Berkman, Voline, Makhno, Jacob n'étaient pas des racistes, et c'est bien de racisme qu'il s'agit, même si vous vous déguisez en 'anti-théistes. Plus personne ne s'y trompe.

« Il faudrait répondre aussi à Laurent Joffrin sur le mot « islamophobie ». Il nous reproche d’ « avoir voulu à toute force imposer ce mot ambigu ». On connaît ce débat franco-français. Nous sommes fatigués de devoir y répondre. Nous en avons assez de devoir nous justifier, et ne le ferons plus. Rappelons simplement pour mémoire que ce terme est reconnu par le droit international, par les Nations Unies, par le Conseil de l’Europe, par l’Union européenne, par la CNCDH, et même par le président Hollande. Et s’il est triste de voir tant de membres de l’intelligentsia française, ainsi crispés dans cette posture franco-française, nous savons que dans quelques décennies, on rira de ces querelles grotesques des années 2000-2010 où, au lieu de se battre contre l’islamophobie (la réalité), tant de personnalités françaises se battaient contre « l’islamophobie » (le mot). »

C'est de ça qu'il s'agit et pas d'autre chose !

> Magie

Quand "Kill capitalism" est sur une banderole, c'est pour les nanars de ce compte-rendu de la mythomanie, mais quand c'est sur un mur avec un spray, "L'argent pourrit nos vies, mort au capitalisme", ça devient hyper réel ! Vous vous relisez parfois avant d'être prêts à pardonner en partie (à moitié, pour être précis) des flics ? Ni oubli ni pardon, c'est juste pour la galerie ?
La mythomanie, ce serait pas plutôt de clamer s'en être pris à "toutes les vitrines de la domination" de ces rues quand ce ne fut qu'une partie (et c'est pas un problème, hein), tour de passe passe qui sert juste à s'opposer à votre catégorie hallucinante de "casseurs respectables". C'est vraiment trop difficile d'affirmer quelque chose sans chier sur d'autres (quitte à les inventer) ?
Et puis mytho pour mytho, c'est bien les signataires qui font référence dans le texte à La Discordia avec lien cliquable, et qui relient volontairement des actes de casse avec un lieu qui a lui même subit de la casse, pas les flics ou les indynautes !
Une précision pour finir : tout le cortège libertaire a appuyé ce qui s'est passé sans souci, protégeant les amateurs de massette, éloignant les flics et les journalistes, permettant des allers-retours. Les traiter de supermarché, de mines tristes résignées, etc. c'est vraiment le comble de la calomnie, surtout en ce moment de mouvement social.

> Anti-démago

Les casseurs « radicaux » n’ont toujours pas répondu à la question : pourquoi n’avoir pas cassé dans la manif syndicale ? C’est plus dangereux, mais ça aurait eu plus de sens. Vous n’arriverez pas à cacher la volonté affichée de faire de la provoc chez les anarchistes, vous le dites vous-mêmes :

« Cette année quelques individus ont décidé de briser cette routine, et l'anarchisme s'est invité au cortêge libertaire. » Ça dit bien ce que ça veut dire : les AUTRES ANNÉES vous n’avez pas daigné aller dans un cortège libertaire.

Arrêtez de prendre les gens pour des cons ! Vous criez au flicage et vous vous désignez vous-mêmes : « Pendant que certains s'en prennent aux vitres de la bibliothèque anarchiste La Discordia (cf. Imposer l'ordre moral à coup de marteau - Communiqué de La Discordia ), des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence. »

La démagogie a des limites !

> pourquoi n’avoir pas cassé dans la manif syndicale?

Il y a eu autant sinon plus de casse lors de la manif syndicale, et ce malgrès l'énorme dispositif policier.

"des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence."
Je ne pense pas qu'il faille prendre ceci pour un "nos ennemis sont les libertaires, ce sont elleux qui ont bousillé nos vitrines" mais plutôt en echo aux différents communiqués de la discordia quand à la pertinence d'attaquer une bibliothèque anarchiste (quand bien même aurait-on des positions divergente) quand rien d'autre dans le quartier ne fut attaqué ces soirs là, d'autant plus lors d'un mouvement dans lequel tout le monde essait de mettre de côté ses divergences afin de se concentrer sur une attaque du réel efficasse.

Il y a certe une rage perceptible dans le texte envers des orgas, qui, outre le fait qu'elles soient des orgas formelles et organisationelles, ne se sont pas solidarisé avec une librairie anarchiste qui a subit des attaques...

Je pense pour ma part qu'une prise de position claire aurait été apprécié et était attendu, sinon sur le fond du sujet (le concept d'islamophobie) au moins sur les attaques subis et les graves accusations de racisme profférés.

Cependant en lisant le texte je n'ai moi non plus vraiment pas l'impression que ce soit écris par la discordia mais plutôt par des compas qui auraient voulu faire une preuve concrète de leur solidarité.
(et je trouve grave d'affirmer ainsi aux yeux de tou(te)s, et donc des flics que le texte, et donc les actes, soit le fait de telle ou telle personne...)

Un amoureux du désordre qui a toujours été clair et solidaire avec la discordia sur la question des attaques.

> L’amour, toujours l’amour…

On peut être amoureux du désordre tout en étant amoureux de la lucidité. « Il y a eu autant sinon plus de casse lors de la manif syndicale », peut-être, mais ce n’était pas les mêmes motivations que les auteurs de ce communiqué, dont les intentions étaient visiblement anti-libertaires, on sait lire, quand même : « 1er mai 2016. Comme chaque dimanche c'est le marché de la Place des Fêtes. Comme chaque 1er mai c'est le super-marché des organisations libertaires » ! On ne peut pas être plus méprisant.

Que ce soit La Discordia qui ait écrit ce communiqué ou des gens sur les mêmes positions ne change rien à l’affaire. De toutes façons c’est une attaque et une vengeance contre des libertaires en désaccord avec les idées et les pratiques de La Discordia. C’est bien précisé : « Pendant que certains s'en prennent aux vitres de la bibliothèque anarchiste La Discordia (cf. Imposer l'ordre moral à coup de marteau - Communiqué de La Discordia ), des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence. »

C’est un peu facile de se « solidariser avec la discordia sur la question des attaques » et fermer les yeux sur les pratiques de La Discordia. C’est pourtant ce qui était demandé par nos casseurs « radicaux » et qui a justifié leur courroux contre les libertaires. Rappelons quand même que les prétendus « débats » sur l’islamophobie étaient tout sauf des débats, plutôt un procès d’inquisition sans avocats de la défense.

Et encore une fois, arrêtez la langue de bois et la démagogie : « (et je trouve grave d'affirmer ainsi aux yeux de tou(te)s, et donc des flics que le texte, et donc les actes, soit le fait de telle ou telle personne...) ». C’EST VOUS qui avez mis La Discordia au centre de cette affaire, en donnant un lien actif vers leur site, alors arrêtez de jouer les martyrs, maintenant !

> "des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence."

"des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence."

Lis le communiqué en question et tu constateras que les ennemis désignés dans cette phrase ne sont pas les orgas libertaires mais bien l'ensemble des cibles attaqués.
C'est d'ailleurs peut-être pour ça qu'il y a le lien avec le communiqué.
Comuniqué qui précise bien il me semble que l'attaque de locaux se fait de par la néccésité de la lutte asymétrique du au rapport de force inégal et qu'elle n'a pas lieu d'être "entre nous".

Il ne me semble pas d'ailleurs que les auteur(e)s de ce texte aient revendiqué l'attaque d'un quelconque local libertaire ou anarcho-syndicaliste...

S'il y a une critique virulente (et il est vrai quelque peu hautaine) des orgas libertaires elle reste dans les textes, les discutions, les débats et parfois dans la confrontation d'individu(e)s à individu(e)s.

La manif libertaire a été profané, et non attaqué, et qui s'en plaint? La profanation n'est-elle pas fondamentalement anarchiste, libératrice, et même libertaire?

Qu'elle soit dans une manif syndicale, autonome ou libertaire, la casse n'a jamais été faite pour discréditer quoi que ce soit, sinon pour propager la destruction du réel oppressif tout en instaurant un rapport de force qui, bien que ce ne soit pas toujours l'objectif, est de toute façon profitable à la manif en question.

Penser que des "casseurs" sont venus dans le seul but de "pourrir" la manif libertaire est incohérent.
Illes sont venu pour attaquer l'existant, ce qui n'empèche pas au passage d'être critique envers des orgas dans lesquelles certain(e)s ne voient pas de cohérence entre idées et pratiques.

Enfin, pour ma part c'est ce que je ressent à la lecture de ce texte, sans prétendre détenir la volonté des auteur(e)s.

> c'est quoi le sujet ?

La nuit du 13 novembre 2009 à Paris, le local de la FA a été attaqué. Le communiqué, toujours diffusé par Non-Fides, disait : «...nous avons opté pour des travaux d’intérêt généraux : en l’occurrence repeindre la façade de la librairie Publico de le Fédération Anarchiste (145, rue Amelot, 11e arrdt). Voici ce que l’on pouvait y lire après notre passage : "FA Collabos", "FA Sales Traitres"...» (http://www.non-fides.fr/?Chronologie-de-la-semaine-contre).

Dans leur brochure parue 4 ans plus tard (2013), "Pour en finir avec la Fédération Anarchiste – Une nécrologie", les éditions Ravage ont exhumé cette attaque d'un local libertaire, pour l'appuyer : « Des inconnus ont d’ailleurs été bien inspirés de venir taguer la façade de Publico (librairie de la FA)... ».

Cette brochure est distribuée par La Discordia.

Ce que La Discordia a subi est dégueulasse, tout comme ce qui était arrivé à la FA. Aucun des deux, dans leurs différences, ne sont des ennemis. Mais c'est un vrai truc de politicien que de prôner le « pas de ça entre nous » le dimanche, et de diffuser le reste de la semaine un texte qui dit qu'en fait, si, c'est parfois justifié (quand le pourquoi plaît aux uns ou aux autres).

Et puis ce serait pas mal que tout le monde arrête de citer en passant des lieux de compas dans les communiqués de casse sur une manif, les auteurs comme leurs détracteurs. Sinon ça s'appelle un communiqué un solidarité avec un lieu, et faut pas s'étonner que la discussion puisse alors tourner là-dessus.

> Ridicule

Tout le monde s'attendait à ce qu'il y ait de la casse sur cette manif, vu qu'il y en a eu dans toutes les manifs depuis le début du mouvement, et qu'il y en a eu aussi l'après midi (quoi que ce parcours commence à avoir été fait et refait, et qu'il ne reste plus grand chose à péter)...

Du coup à chaque vitrine qui tombait, c'était des acclamations qu'on entendait dans le cortège. Une unanimité totale avec les personnes qui cassaient était palpable dans le cortège. Aller raconter après coup que de joyeux drilles sont allés à l'encontre de la manif c'est plutôt ça la mythomanie.

Même le SO de la CNT n'a rien fait à l'encontre de la casse ! Chose encore plus incroyable, lorsqu'ils étaient aux intersections, ils étaient face aux flics ! (et non face à nous comme il y a deux ans. Et l'an dernier le SO de la CNT avait discuté avec les RG avant la manif, s'étaient échangés des conseils quant à leurs talkies, etc.)
Peut-être qu'une chose notable sur cette manif, plutôt que des pleurnicheries de rageux, ce serait de dire que casser dans une manif de plusieurs milliers de personnes et que tout le monde soit solidaire, c'est plutôt sympathique et on voit pas ça tous les jours ! D'ailleurs l'après-midi c'était moins une évidence...

De plus, aller raconter que certains casseurs "respectables" disent qu'il ne faut pas casser les boutiques sncf et bouygues, il faudra me les présenter parce qu'à mon humble avic ils n'existent que dans vos fantasmes.. En revanche que la plupart des gens qui cassent évitent les épiceries et les boulangeries, ça me paraît une évidence, pourtant ce sont des commerçants, qui font partie intégrante de "ce monde" que nous voulons détruire. Alors quoi ? On peut pas reconnaître que quand on a un seul marteau dans la main, on préfère taper d'abord sur les plus grosses ordures que sur tout indistinctement ? Parce qu'à ce train-là, il y avait un paquet de bagnoles à défoncer sur le parcours.

En fait c'était cool, il y a eu plein de trucs pétés, des tags inspirés, pourquoi recouvrir tout ça d'un venin adressé aux autres, alors qu'on est en plein dans une période où les lignes semblent bouger ? (cf la CNT qui ne font même plus trop les flics)

C'est pas possible de dire que cette manif était trop bien ? Pourquoi ressentir le besoin d'y ajouter du ressentiment ?

> Bla-bla-bla…

Pas la peine de raconter n'importe quoi pour retomber sur vos pattes.

Le titre à lui seul est très clair :

DES ANARCHISTES PROFANENT LE CORTÈGE LIBERTAIRE

Quand on connaît la position de La Discordia sur le blasphème, on voit très bien où ils veulent en venir. Ils PROFANENT les cortèges libertaires comme ils prétendent profaner toute manifestation religieuse. Ce communiqué est dégueulasse, en essayant de le défendre à tout prix au lieu de le reconnaître, vous ne faites que vous enfoncer un peu plus !

> basta

Ce n'est pas La Discordia qui a écrit ce texte, mais des gens solidaires avec eux, ce qui n'est pas la même chose. Qu'importe qui l'a écrit, ce qui compte ce sont les idées, celles partagées entre les membres de cette bibliothèque et les auteurs de ce texte pourri : on est les meilleurs, tous les autres participants au cortège du 1er mai sont des merdes "résignées", "tristes", "mythomanes", "populistes", "casseurs respectables", etc. Leur pensée binaire et hégémonique est devenue une véritable marque de fabrique.

Assimiler ce chouette cortège libertaire (pour une fois), quoi qu'on en pense, à une manifestation religieuse qui aurait été "profanée" parce que des magasins sur les côtés ont été attaqués et tagués est une double insulte : non ce 1er mai libertaire n'avait rien à voir avec une procession de Saint Nicolas du Chardonnet ou avec les rassemblements des bigots contre l'avortement devant des cliniques, et non, attaquer ces cibles ne le profanerait même pas, parce qu'il s'agissait de cibles partagées qui ont reçu approbation tout au long de la manif (orga et hors orga). Affirmer le contraire (cf titre) signifie accuser les autres manifestants présents ce jour-là d'avoir considéré ces vitrines comme des vaches sacrées, ce qui est mensonger et calomnieux. Et après on vient pleurnicher contre le manque de solidarité du milieu révolutionnaire ? Basta !

> Vous avez pas besoin des masses, vous êtes l'élite

Pas besoin de demander d'où provient cette provoc :

http://www.non-fides.fr/?Recit-du-premier-mai-2016-a-Paris-Des-anarchistes-profanent-le-cortege

Et la conclusion est édifiante :

« CETTE INTERVENTION DANS LE CORTÈGE, À PEU NOMBREUX, MONTRE QUE DE PETITES MINORITÉS N'ONT PAS BESOIN DES MASSES, JUSTE DE MASSETTES »

C'est même pas un lapsus, mais une profession de foi : pas besoin des masses pour faire la révolution, il suffit qu'une minorité impose ses idées par la force. On comprend que les libertaires vous énervent, vous n'avez strictement rien à voir avec eux.

> et ben !

Comme bien souvent tout ce qui a trait de près ou de loin à la Discordia laisse libre cours aux fantasmes, où une petite provoc (surtout dans le terme de "profaner", mais allez, faites pas semblant de pas savoir que les cortèges libertaires annuels sont prout prout à mort) se transforme par la voix subtile de l'interprétation libertaire en monstrueuse attaque contre les orgas libertaires, et vas-y que la Discordia c'est que des méchants parce que Non-Fides en 2009 etcetera. Sérieusement, les gens, vu de province les calomnies qui se répandent dans le milieu sont flippantes (pas que sur internet), et beaucoup devraient réfléchir à 2 fois avant de tapper des réquisitoires sur leurs claviers, quand la bibli est ouverte et qu'il y a moyen d'aller discuter. Ou même se dire les choses clairement, comme il se doit entre anars, révolutionnaires, etc.

> Les casseurs respectables chez Vice News

« On se fixe un point A et un point B, et l'objectif c'est d'y arriver, et si sur le chemin il y a des cibles... Une cible c'est une agence d'intérim — les premiers à t'exploiter — ça peut être une banque parce que c'est le symbole type du capitalisme, ça peut être un McDo, parce que c'est de la bouffe de merde. »

https://news.vice.com/fr/article/le-monde-ou-rien-rencontre-avec-le-mili-en-premire-ligne-des-manifs-jeunes-contre-la-loi-travail

> Apprendre à lire

"Nombreuses sont d’ailleurs les personnes qui ont manifesté leur enthousiasme et leur approbation au cours de la marche"

> On sait parfaitement lire, merci !

« les personnes qui ont manifesté leur enthousiasme et leur approbation au cours de la marche » sont précisément celles que ce texte de merde appelle « résignées, tristes, mythomanes, populistes, casseurs respectables, super-marché des organisations libertaire… »

Les valeureux « révolutionnaires », eux, nous ont démontré qu’ils pouvaient remplacer la lutte des classes par la lutte des massettes.

Et si La Discordia et ses fans veulent avoir un minimum de crédibilité en tant que « libertaires », ils feraient bien de pondre vite un texte se désolidarisant de celui de Non Fides.

> qui pisse le plus loin

Ce texte a été publié sur Indy Nantes par des anonymes ... Non Fides reprend des tas de textes, récemment un qui date de 1892 ... on ne pourra pas les accuser de l'avoir écrit celui-là au moins, à moins que l'un d'entre eux soit Duncan MacLeod ..
Au passage aussi, la Discordia et Non Fides sont deux choses distinctes, l'un étant un site qui existe depuis presque 10 ans, l'autre une bibliothèque qui existe depuis un an ...
Voilà pour ça.

Pour le reste, évidemment que ce texte est déplacé, et dénote d'une propension de ses auteurs, quels qu'ils/elles soient, à se croire au dessus des autres, à se la jouer "plus radical que moi tu meurs" et à cracher sur tout ce qui ne suit pas leur ligne dogmatique ... c'est extrêmement mal venu en ce moment, et je pense qu'il faudrait plutôt le prendre comme de la bêtise, une erreur d’inexpérimentés, orgueilleux, qui veulent se mettre à tout prix en avant.
Y a eu des tas de tags et de vitrines pétées depuis deux mois, personne n'a eu besoin d'en tirer des communiqués pédants.

De plus, le respect de la pluralité des pratiques est la base de toute joyeuseté possible à plus de trois clampins ... et c'est nécessaire. Si tout le monde se mettait à casser il n'y aurait plus personne pour faire la foule qui protège ceux qui cassent ... alors cracher sur ceux qui étaient là, qui étaient d'accord avec la casse, sous couvert que eux ils n'avaient pas un marteau dans les mains, c'est extrêmement malvenu, et ça ne fait qu'entretenir des petites guéguerres, des dissensions, qu'à foutre la merde en gros, et si c'est ça leur objectif, soit, mais d'autres préfèrent penser à la révolution plutôt qu'à marquer des points contre ceux de leur propre camps.

Y a pas d'autres priorités en ce moment que de jouer à celui qui pisse le plus loin ?

> Qui veut pisser loin ménage ses arguments

« Non Fides reprend des tas de textes », mais sûrement pas au hasard ni sans être d’accord. Faudrait pas les prendre (ni nous) pour des naïfs. Donc, Non Fides est en parfait accord avec ce texte, savoir qui l’a posté en premier est parfaitement superflu. Ça c’est un point.

Ensuite, vu les réactions, ils se seraient fendus d’une prise de position s’il y avait un doute là-dessus. Ils n’ont jamais fait ça parce que chaque texte est soigneusement choisi en fonction de leurs positions.

Et enfin, « Y a pas d'autres priorités en ce moment » que de faire de la provoc avec ce genre de texte ? Faudra poser la question à Non Fides et aux « vengeurs » de la discordia dans les manifs libertaires. Personne d'autre n'a lancé cette polémique sur Indymedia !

> Le fond ou la forme?

Non-fides reprend aussi des textes avec lesquels ils ne sont pas entièrement d'accord et ceci dans le but d'ouvrir un débat.
J'ai un exemple en tête, il y a peu ils ont diffusé un revendiqué d'ACCA (attaque à l'explosif de l'école de police de Brescia, Italie) alors qu'ils ne sont pas d'accord avec la stratégie de lutte armée qui conciste à se constituer en cellule fermé.
Cependant ce texte avait le mérite de porter le débat sur la revendication et sur les limittes de la stratégie d'anonyma et c'est pourquoi il a été traduit et repris.

Cependant il semble tout à fait inoportun de diffuser une revendication avec une quelconque "mise au point" qui pourrait alors passer pour un début de dissociation, et je pense que cette raison suffit à ne jamais le faire.

On diffuse pour ouvrir le débat ou on ne diffuse pas, du moins lorsqu'il s'agit de revendications d'actes concrets.

Quand au texte duquel on est en train de débattre, il est possible, ou pas, que des réserves soient émises en privé quand à l'attaque faites aux orgas libertaires qui, il est vrai, ont pour une fois été totalement solidaires de la stratégie offensive.
Je n'en sais rien, et en fait ici personne ne peut se prononcer sur ce point étant donné que non-fides ne commente jamais sur indy (enfin il me semble).

Toujours est-il que le texte et sa diffusion ouvre un débat, ça personne ne peut le nier, et qu'à la place de s'attacher à qui l'a écris ou qui le diffuse nous devrions peut être débattre du fond du sujet.

Et si la question est:
Les radicaux ont-ils remarqué l'évolution de l'attitude des orgas libertaires en cette manif du 1er mai?
Alors oui c'est le cas, aucun doute, en tout cas c'est ce qui ressort dans les discussions privés que j'ai pu avoir depuis.

Quand à l'autre point du texte, qui se rapporte à la solidarité, je pense que c'est un sujet trop important pour le traiter sous l'angle de l'égo, de la rancoeur et de l'affectif.

Il faudrait certainement traiter les deux questions de façon indépendante, ce que ne fait malheureusement pas le texte, ok, mais ce n'est pas une raison pour répondre à l'amalgame par l'amalgame...

Une bibliothèque anarchiste attaqué 3 fois en un mois, avec à chaque nouvelle attaque une escalade dans le niveau de destruction c'est inacceptable, et ceci quoi que l'on pense de l'antipathy et de l'associabilité de celleux qui la gèrent.

Ne pas se solidariser avec elleux c'est implicitement trouver ces attaques légitimes et peut-être provoquer une prochaine attaque encore plus destructive.
Soit-dit en passant des menaces ont déjà été profférrés sur l'utilisation de coktails molotov pour une prochaine attaque anoncé de la discordia.

J'invente rien, des imbéciles haineux l'ont anoncé sur plusieurs réseaux sociaux (avec des comptes anonymes bien entendu), et ceci dans le seul but de provoquer la haine.
On peut bien sur ne pas prendre au sèrieux des idiots qui anoncent ainsi une attaque sur tweeter et facebook, sauf qu'il se trouve que la dernière attaque avait, elle aussi, été anoncé à demis mot sur ces mêmes réseaux sociaux.

Alors à moment donné ça va aller quoi... Soit on concidère, comme une poignée d'imbéciles, qu'en effet la discordia est un local fasciste à "purifier par le feu" (!!!???!!!) et dans ce cas allons y gaiement tous en coeur les sacs plein de molotov, soit on se solidarise d'une bibliothèque anarchiste sur laquelle quelques abrutis s'acharnent et l'on comdamne catégoriquement les attaques afin que ceux qui les commettent se sentent un peu plus seuls, prennent un peu de recul et réfléchissent à la porté de leurs actes.

> pour la faire courte

ça a l'air triste. Et le titre est à vomir.

> bigoteries encore et toujours

Le rapport entre le voile et les massettes ?
Les librairies islamistes (et on parle bien d'islamisme quand c'est si proche de la mosquée salaf de Jean-Pierre Timbaud) sur le parcours n'ont (malheureusement) pas été défoncées, alors bouclez-là les bigots ! Si ça avait été des librairies cathos elles auraient certainement pris des coups, et avec raison !

> commentaire caché

Aucun rapport effectivement, du coup j'ai viré ce commentaire.

> Le fond, la forme ou le jésuitisme ?

Beaucoup de baratin pour pas grand chose. « Non-fides reprend aussi des textes avec lesquels ils ne sont pas entièrement d'accord et ceci dans le but d'ouvrir un débat. » De qui se moque-t-on ? Le texte reproduit par Non-fides est crapuleux et insultant pour les libertaires et n’a ouvert aucun débat chez Non-fides. C’est bien que Non-fides le cautionne totalement, ils n’ont pas l’habitude de ménager qui que ce soit.

Le reste, c’est de la (mauvaise) littérature.