Tirs tendus de grenades durant la manifestation du 09/04/2016 à Rennes

Mis a jour : le mardi 12 avril 2016 à 11:08

Mot-clefs: Répression Resistances luttes étudiantes/lycéennes salariales
Lieux: Rennes

Images montrant des tirs tendus de grenades pratiqués par les CRS.

Tir-tendu-3-medium

Tir-tendu-2-medium

Tir-tendu-1-medium

Ces images sont extraites d'une vidéo de Taranis news, tournée à Rennes durant la manifestation du 9 avril 2016 contre la loi travail. On y voit des CRS effectués des tirs tendus avec leur lance-grenades Cougar. Cette pratique est pourtant officiellement interdite. Ces images montrent bien des tirs au lance-grenades Cougar et non des tirs de LBD (lanceur de balles en caoutchouc). Je n'ai pas mis les images de tirs de LBD visibles dans la vidéo, qui par définition sont des tirs tendus.

Commentaire(s)

> retour

Nous avons été entre 6000 et 10000 à manifester dans les rues de Rennes : étudiants, chômeurs, précaires, salariés, syndiqués ou non, ensemble.

Malgré une pression policière hors-norme, des grilles anti-émeutes à l'hélicoptère de la Gendarmerie, et après avoir bien magiquement repoussé une ligne de CRS rue d'Orléans, le cortège a pu continuer en manif sauvage dans les rues du centre-ville.
Local du PS et rédaction de Ouest-France ont pu bénéficier d'un ravalement de façade au passage, certaines agences d'intérim et banques ont subi le même sort.

Alors que l'on comptait déjà les blessés par dizaines chez les manifestants et des interpellés, le cortège a réussi à déjouer la prise d'otage de l'hypercentre par les flics et à se poser sur la Place des Lices, derrière des barricades enflammées.
N'en déplaise à Appéré, cette place n'aura jamais mieux porté son nom, et nous avons été évacué derrière les Horizons par une succession de charges qui firent monter encore le nombre des blessés et d'interpellés.
On apprit plus tard que le commissariat de Villejean avait été attaqué.

Le bilan s'élève à 45 blessés, 4 flics (dont un qui s'est blessé tout seul avec sa grenade), 8 interpellations, un hypercentre atteint et brièvement occupé, une détermination jamais atteinte et une envie d'aller plus loin.

> MANIFESTATIONS DE « CASSEURS » OU RAS-LE-BOL GÉNÉRALISÉ ?

Ce samedi 9 avril, comme dans 200 villes de France, s’est tenue une 6ème manifestation contre la loi Travail, à Rennes : 4 000 personnes se sont réuni-es place Charles De Gaulles, derrière le cortège d’étudiant-es, puis ont défilé dans la ville.

Samedi encore, le préfet avait interdit l’accès à l’hyper-centre, utilisant cette fois-ci les grilles de police pour empêcher l’accès au Parlement via la rue Jean Jaurès. La BAC était présente autour du chantier de la place St-Germain, flashball en main et visant les manifestant-es pour les dissuader de rejoindre le Parlement par ce chemin. Rue d’Orléans, qui mène à la mairie, ce sont les CRS qui attendent les premier-es motivé-es à essayer de se réapproprier l’espace public et les accueillent avec des grenades de désencerclement et les premières salves de lacrymogène, tandis que suivaient les cortèges syndicaux.

Rapidement, et aveuglément, la première charge de CRS va avoir lieu, et déjà on décompte de nombreux-ses blessé-es chez les manifestant-es (un tir tendu de grenade lacrymogène aura atteint à l’arcade sourcilière une manifestante). Les organisations syndicales (FO, CGT, FSU...) feront en sorte de protéger leur cortège et continuer la manifestation selon le trajet défini, tout en subissant les tirs et charges policières. À la fin de la manifestation officielle, déjà 19 blessé-es sont recensé-es chez les manifestant-es par FO !

Une manifestation spontanée reprendra le pavé pour tenter d’accéder à l’hyper-centre. De nouveaux heurts avec les forces de l’ordre feront au moins 45 blessé-es recensé-es par les équipes autogérées de médic-team.

Les médias traditionnels relayent l’information officielle du préfet, qui fait état de quatre blessé-es chez les policier-es et huit interpellations, mais pas de blessé-es du côté des manifestant-es, et pas de violences policières. On notera qu’un-e des policier-es se sera blessé tout-e seul-e en voulant envoyer une grenade de désencerclement. Espérons que cela lui donne envie de refuser l’ordre la prochaine fois qu’il sera envoyé en première ligne.

Le préfet a annoncé samedi 1 700 participants dont 650 (plus d’un tiers !! ) auraient des profils de casseur-euses et 80 cagoulé-es et armé-es. Désigner comme casseur-euse un tiers des manifestant-es relève de la manipulation. Il n’y avait pas plus de casseur-euses à Rennes ce samedi 9 avril que dans n’importe quelle manifestation d’agriculteur-ice, juste des gens excédé-es par l’attitude du gouvernement, obligé-es de se protéger des violences policières pour utiliser leur droit à manifester.

Face à la classe dominante qui casse nos conquêtes sociales les unes après les autres, ne tombons pas dans le piège de la dissociation ! Les casseur-euses ne se trouvent pas dans nos manifestations, ils se trouvent au gouvernement et au MEDEF !

Cette fois encore, le pouvoir essaye de faire passer les manifestant-es pour des casseur-euses, alors que c’est lui qui interdit les accès à l’hyper-centre, mobilise des troupes de forces de l’ordre en très grand nombre et ainsi, provoque l’exaspération de nombreuses personnes, dont la liberté de manifester et de mouvement est bafouée.

Comment ne pas comprendre la colère d’une population qui sera encore plus précaire qu’elle ne l’est si la loi Travail passe ?

Si le PS souhaite que l’ordre revienne en ville, il doit retirer son projet de loi, tout simplement. En attendant, nous, syndicalistes de la CNT, seront mobilisé-es contre ce projet de loi d’un autre temps, au côté des étudiant-es, des salarié-es et des précaires jusqu’à ce qu’il soit retiré.

RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL !

FIN DE L’ÉTAT D’URGENCE !

FIN DE L’IMPUNITÉ DES POLICIER-ES !

ARRÊT DES POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE LES MANIFESTANT-ES

ET LE MOUVEMENT SOCIAL !

L’Union Locale CNT de Rennes

le dimanche 10 avril 2016