[Paris] Appel a une presence solidaire au procès de Lucile

Mis a jour : le vendredi 20 novembre 2015 à 18:44

Mot-clefs: Répression / prisons centres de rétention
Lieux: paris

Quelques mots sur un transfert entre la prison et le tribunal pour une demande de mise en liberté le 21 octobre dernier.

Parce que raconter les moyens utilisés par les flics et la justice pour asseoir l'enfermement, la mise au pas, le silence et la discipline des prisonniers, permet de rendre l'isolement face à ces larbins du pouvoir un peu plus friable ; de garder à l'esprit leur méthodes non pas pour se retrancher dans la peur mais pour pouvoir éventuellement y être mieux préparé.e et de réaffirmer notre haine de l'autorité puante et de ses représentants nauséabonds.
D'abord un contrôle d'identité dans la rue, à Bagnolet et ensuite une garde a vue de 48 heures pour outrage et rebellion. Puis une des personnes arrêtées est placée en préventive à la maison d'Arrêt des femmes de Fleury-Merogis et l'autre enchaine sur une nouvelle garde à vue pour "violence sur agent".
Une garde à vue où les flics mêlent coups et humiliation comme il est de mise dans les comicos, comme il est de mise dans la société pour faire taire les refus et la révolte face à ce monde qui nous assène coups et humiliation quotidiennement, dans la rue, aux frontières, partout où on devrait mendier pour se soustraire au travail ou s'y soumettre. Bref...

21 octobre dernier, Lucile fait une demande de mise en liberté, l'audience est au tribunal de Bobigny. Nous sommes quelqu.es.unes a être présentes pour pouvoir la voir et lui montrer notre solidarité. L'ambiance est tendue, plein de flics dans le tribunal et dans la salle. La copine, d'abord parce qu'il n'y aurait plus de cellule puis selon les flics sur « ordre de la magistrate », se retrouve menottée à un banc de 9h à 19h.

Après l'audience, elle fait du boucan pour qu'ils lui enlèvent les menottes, renverse le banc, refuse de s'asseoir et de se laisser re-menotter, ne les laisse pas faire leur sale boulot tranquillement.

Coups, étranglements, casque de moto sur la tête, positions intenables, tentative d'administration médicamenteuse, les flics usent d'un large panel de techniques pour la mater, en vain.

De retour à la prison, les matonnes lui proposent de porter plainte, rapport de coups et blessures à l'appui, ce qu'elle refuse. Au delà de l'incongruité de cette suggestion : d'utiliser ou se réapproprier la justice, celle-là même qui nous enferme, il n'y a pas de bonne Justice. Comme instrument du pouvoir, il n'est pas question de tenter de l'améliorer ou de s'en servir, mais de détruire ces rapports ou certains s'arrogent le Droit de décider de la vie d'autres.
Quels que soient leurs rôles, matons, flics, magistrats ou médecins, et leur approche, des bons conseils aux coups, comme tous ceux qui participent et collaborent à l'enfermement, ils sont pris pour cible à chaque rébellion.
Pour Lucile la lutte n'est pas finie, et les matons après plusieurs semaines à la réveiller toutes les heures, continuent de la harceler aujourd'hui toutes les deux heures.

Le 25 novembre à 13h Lucile passera en procès au tribunal de Bobigny, soyons nombreux-ses pour montrer notre solidarité! Qu'il s'agisse d'un refus de contrôle, d'un vol dans un supermarché, d'une mutinerie,...se montrer solidaire, c'est tenter de casser ce face à face avec l'Etat qui nous réprime.

Un jour de taule est toujours un jour de trop. Rien n'arrêtera nos révoltes ni notre solidarité, cette situation attise notre haine des flics, matons, juges et du monde qui en a besoin.

Commentaire(s)