A Berlin comme partout, détruis ton distributeur de ticket !

Mis a jour : le vendredi 19 décembre 2014 à 13:17

Mot-clefs: Exclusion/précarité/chômage Répression contrôle social actions directes transports gratuits
Lieux: berlin

 

Un petit sabotage contre la société de transport en commun berlinoise...

 

Nous en avons assez de l'augmentation continue des tarifs de la BVG*, assez du harcèlement par la sécurité envers les personnes non-blanches notamment, assez de la surveillance quasi-totale dans le bus et le tramway, et la contrainte de soit devoir investir une masse de blé colossale dans le droit fondammental à la mobilité ou soit de circuler avec le public dans la peur permanente des contrôleurs et de la sécurité.

Si nous avions le choix.

En effet, pour beaucoup, la question de l'achat d'un ticket ne se pose pas. A Berlin, des centaines de milliers de personnes ne sont pas en mesure financièrement de parcourir leurs trajets quotidiens avec la BVG.

Des personnes à faible revenu ou sans revenu et/ou avec un permis de séjour incertain ne peuvent même pas le plus souvent se permettre un ticket social. Elles sont ainsi contraintes de circuler sans ticket ou de renoncer à d'autres besoins fondamentaux.

Maintenant à la fin de l'année, les prix du billet augmenteront de nouveau, un billet simple coûtera bientôt 2,70 euros au lieu de 2, 60 euros.

Nous voulons une société libre, dans laquelle les besoins de base sont satisfaits de façon solidaire. Jusqu'à ça, nous entreprendrons des démarches dans ce sens. L'une d'elles est le transport urbain gratuit pour tous.

Tout trop cher? Les places de détention à Berlin coûtent près de treize millions pour des personnes attrapées plusieurs fois sans billet chaque annéee. Ainsi en 2010, environ la moitié de tous les détenus de la prison de Plötzensee l'ont été en raison de « l'acquisition frauduleuse des prestations » En outre, environ 200 contrôleurs et un nombre sans cesse croissant de personnel de sécurité, ainsi que des distributeurs automatiques et leur entretien et l'énorme appareil bureaucratique pour gérer toute cette folie. Il ne faut pas oublier que chaque année des centaines de milliers de personnes sont envoyées au turbin pour le compte de la Deutsche Bahn et les cadres supérieurs de la BVG!

Nous avons assez de cette merde de BVG !

Nous n'appelons pas à la politique, mais à prendre ce qui nous est du.

C'est pourquoi dans la nuit du 15 au 16 décembre 2014, nous avons rendu inutilisable les distributeurs de tickets des stations des Birkenstraße, Voltastraße, Moeckernbruecke, Gleisdreieck.

Ceci est une réponse claire à la BVG et à leur hausse constante des tarifs de transport.

En outre, ça donne un bon prétexte pour se déplacer gratos à chaque personne qui monte aujourd'hui dans les transports.

Mais cela peut seulement être un début, destroy your local Ticketautomat !

Ca continue !

Traduction de l'allemand

*BVG: société de transport berlinoise

Commentaire(s)

> Ajout

Au petit matin du mardi 2 décembre 2014, les usagers des transports de la ville de Zürich se sont levés avec une belle surprise: plus de 100 distributeurs automatiques de tickets ont été sabotés. De la colle, ainsi que de la peinture, ont été répandues dans les fentes à carte bancaire et à pièces de monnaie. De gros dégâts pour la société de transport en commun berlinoise VBZ, qui sont chiffrés à près de 100.000 francs suisse.

http://www.20min.ch/schweiz/zuerich/story/22395638