ZAD: Que penser des nouvelles déclarations de Valls ?

Mis a jour : le jeudi 18 décembre 2014 à 15:14

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Notre-Dame-des-Landes ZAD

On peut lire dans la presse aujourd'hui de nouvelles déclarations de Valls de plus en plus précises et fermes quant à sa volonté de s'engager dans la construction de l'aéroport dès les décisions en premier instance du tribunal administratif concernant les recours loi sur l'eau et espèces protégées et donc au premier semestre 2015 et ce sans attendre les appels.

pour ceux/celles qui n'auraient pas lu la dépêche afp :

--------

Valls n'en démord pas : l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera construit, quels que soient les recours en justice ou la détermination des opposants. Dans une interview à paraître jeudi dans Ouest-France, Manuel Valls le répète : «Cela fait quinze ans que ce projet a été décidé et soutenu par les gouvernements successifs (...) Il fallait attendre l’épuisement d’une série de recours, et des décisions de la justice administrative. Ce sera le cas au premier semestre 2015. Après la décision du tribunal administratif, il faudra alors s’engager dans la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes».

Ces interventions répétées ne sont pas à prendre à la légère, d'autant plus si elles ne trouvent pas de réponses en face.
Il apparaît de plus en plus important que le mouvement dans son ensemble s'organise pour montrer de nouveau sa détermination à ce que le démarrage des travaux ne soit pas possible et fasse valoir dans un premier temps que le gouvernement (accords/verts PS aux municipales) s'était engagé à attendre l'épuisement de tous les recours" et donc les éventuels passages en appels, avant de démarrer les travaux.

Pour plus de précisions à ce sujets, voici un mail d'analyse envoyé il ya deux semaines lors des précédentes déclarations de Valls :

Ce matin encore, à Nantes, Valls a affirmé que l'aéroport de notre dame des landes serait fait. Pour s'en donner la possibilité, il a marqué une nouvelle fois sa volonté de diviser le mouvement, pointant du doigt une minorité violente, celle qui a commis l'affront de manifester dans la rue suite au meurtre de rémi fraisse, dans des circonstances qui ne peuvent que toucher n'importe qui ayant dû faire face à la police lors des expulsions à Notre dame des landes. Il ajoute "qu'il ne confond pas" cette minorité "avec ceux qui sont opposés à ce projet". C'est ce qui s'appelle préparer le terrain puisqu'il sait qu'il serait beaucoup trop risqué d'agir sans être parvenu à créer une brèche conséquente entre les opposant-e-s.

Il n'y a rien de très nouveau là-dedans, mais on peut voir que certains mettent une vigueur renouvelée depuis quelques semaines à tenter de creuser cette brèche, avec tout le relais médiatique nécessaire.

La dépêche de 20 minutes mentionne d'ailleurs que "Plus tard, à la mairie de Nantes notamment, le Premier ministre a également confié, de manière informelle, sa détermination à procéder à l'expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, même s'il reconnait que ça ne sera pas facile, dès lors que les décisions de justice permettraient le démarrage des travaux de l'aéroport."

En ce qui concerne les "fameuses décisions de justice" qu'il leur faudrait encore attendre pour démarrer les travaux? Le premier ministre dit : «Le Conseil d'Etat a rendu vendredi dernier une importante décision rejetant les pourvois formés contre les expropriations nécessaires au projet, a-t-il poursuivi. Les décisions au titre de la loi sur l'eau et des espèces protégées doivent être rendues dans les premières semaines de l'année 2015.» Les dépêches mentionnent toutes que les travaux pourraient donc commencer après. Cela fait plusieurs fois ces derniers mois que ces échéances et cette interprétation qui est celle des pro-aéroports est donnée dans les médias, sans que cela soit tellement remis en cause par les opposants.

Les déclarations d'ayrault, confirmées et enterrinées par les accords vert-ps pris lors des municipales stipulent : "Nous prenons acte ensemble de l'orientation du gouvernement de ne pas débuter les travaux avant l'épuisement de tous les recours juridiques actuellement déposés.". On peut et devrait pourtant interpréter l'"épuisement de tous les recours" comme incluant de manière suspensive les appels possible (ce qui implique potentiellement des délais d'environ un an pour le premier appel puis d'encore 1 an devant le conseil d'Etat).

Ne serait-il pas nécessaire de faire valoir visiblement cette interprétation pour ne pas perdre la bataille politicio-médiatique engagée par les pros pour imposer leur propre grille de lecture ?

On peut évidemment douter que le gouvernement soit prêt à se lancer dans un nouvelle attaque de la zad de nnddl et qu'il ose démarrer les travaux sans s'être débarrasser préalablement du "kyste", d'autant plus après la mort de rémi Fraisse. Pourtant, on ne doit sans doute se croire trop prémunis de la possibilité qu'il décide de tenter le tout pour le tout dans des circonstances où la pression patronale augmente et le potentiel contagieux de nddl se concrétise et avive la peur que beaucoup de leur projets destructeurs puissent être enrayés. On peut estimer qu'en cette affaire le gouvernement navigue à vue attentif aux possibilités de fragiliser le mouvement et à la possibilité concomittante, en fonction du contexte, de relancer la construction de l'aéroport. Dans les mois à venir, il semble à ce titre important de trouver les moyens de rappeler à Valls que la résistance déterminée à laquelle il aura à faire si il revient sur le terrain, ne sera celle d'"une minorité", mais bel et bien de tout ceux qui sont opposés au projet.

 

Commentaire(s)

> analyse

Ridicule opération de communication par la provocation visant à faire réagir les écologistes (ou d'autres composantes politiques) et les milieux anti-aéroport

pour :

apparaître comme homme politique gestionnaire (regard favorable des entreprises, de la droite, des autoritaires ...)

> bluff et effets d'annonce

d'accord avec le message précédent.

Valls vise 2023, car avec ses 6 % aux primaires PS de 2011, il manque d'assises pour la présidentielle de 2017, qui s'annonce pour le moment une promenade pour Juppé qui attend son heure sans broncher- s'il passe les primaires UMP....

Pour Valls, il faut donc faire résonner le maximum de grosses caisses médiatiques, construire une écurie présidentielle PS avec des affidés, imprimer dans les têtes l'image de l'homme d'Etat fort et déterminé, qui aime l'entreprise (lobby patronal breton flatté ces derniers jours), qui respecte les citoyens mais qui pliera toute révolte de barbus ou de zoulou zadiste.

Quitte à mener une stratégie suicidaire pour le PS, sans allié à sa gauche (EELV, FG), qui va se faire laminer aux cantonales (mars 2015) et aux régionales (décembre) selon le principe "sortons les sortants!" (d'où un "coup" à jouer pour le mouvement anti aéroport!).

La défaite en 2017 libèrera la voie du pouvoir des restes du pôle hollandais, et permettra de revenir en homme neuf après un quinquennat Juppé qui s'usera comme tout pouvoir.
Comme toute stratégie, elle s'adaptera aux impondérables, quitte effectivement à balayer la ZAD si les circonstances l'y obligent; mais les politiciens n'aiment pas jouer leur carrière sur un coup de dés. Or, c'est justement là que ça coince avec le mouvement anti aéroport, devenu le symbole de tout ce qui résiste dans les coins de l'Hexagone...
Donc on peut raisonnablement miser sur ce qui a été écrit plus haut à 73,6 % de marge d'erreur, selon les données corrigées des instituts de sondage! ;-)))

> La ZAD prend un nouveau sens : le coup de grâce du système

ramon44 a raison sur un point : les milieux capitalistes ont choisi Juppé
Fillon, depuis qu'il est pro-russe, eurosceptique et anti-immigration, est out. Les capitalistes ont besoin de main-d'oeuvre et de la dictature de Bruxelles, merde, quand même ! Sarko aussi s'est brûlé les doigts : comment conserver notre joli monde orwellien où "la guerre c'est paix" si la famille classique n'est plus considérée anormale ?

Valls cherche à gagner des points auprès des petits cénacles de patrons qui font les élections avec leur empire médiatique... (si ce n'était le prochain coup d'état ;-))

S'il réussit à faire passer NDDL, il aura prouvé qu'il est l'esclave du grand capital et bénéficiera alors de tout l'appui de celui-ci.

toutes les tactiques seront utilisées : découragement, lutte interne, etc.

Voilà pourquoi la ZAD est essentielle ! La lutte prend un nouveau sens : il s'agit de se battre contre le capitalisme !