La Maison de la ZAD a ouvert à Nantes!

Mis a jour : le mardi 1 juillet 2014 à 12:46

Mot-clefs: aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Nantes

La Maison de la ZAD a ouvert à Nantes, au 17 rue du Chapeau Rouge. Passez-y nombreux-ses!

[mise à jour : la Maison de la ZAD a été expulsée le vendredi 20 juin]

Maisondelazad-medium

Barricade-medium

Arriv_deskeufs-medium

Arriv_keufs2-medium

Casseurs-medium

Ldb-medium

10408651_691643004205209_4487383033929452464_n-medium

Urgent! La Maison de la ZAD a ouvert à Nantes!

Ce soir, jeudi 19 juin, nous avons ouvert et occupons à plusieurs centaines de personnes le 17 rue du Chapeau Rouge à Nantes, une ancienne école désormais rebaptisée "La Maison de la ZAD".

Les flics sont passés vers minuit et ont constaté l'occupation, mais ils n'ont rien fait pour nous déloger, jusque là. Il est fort possible qu'ils tentent une expulsion matinale, alors rejoignez-nous dès 6h du matin pour le petit-déjeuner! Et RDV à 14h pour une discussion collective sur le lieu et toute la journée et le soir pour faire la fête!

C'est ce genre de geste qu'ils essayent d'empêcher avec Dame Justice et son cortège de châtiments : arrestations, procès, condamnations... C'est raté! ZAD PARTOUT!

PS : Le directeur de l'école s'appelait M. Le Rigoleur. Si si... Mais cette occupation n'est pas une farce! ZAD partout!

Commentaire(s)

> hum...our

rigoleur, rigoleur, ... pas parce qu'il se marrait, mais parce qu'il faisait couler des flots de larmes en véritables ..;rigoles! Chacal!

> Méfiance

Méfiez vous, dehors dans les autours il y a des flics qui prennent les gens en photo.

> GM devant le lieu

Des GMs sont devant le lieu à l'heure actuel, et des fourgons de la BI ont décollés de Waldeck direction le centre-ville.

Ca sent pas très bon, RV là bas.

> on peut gagner !

A difuser : le batiment est toujours occupè, les flics sont tendu, rdv Place des volontaires de la defence passive en haut de la rue du calvaire. Besoin de monde, on peut gagner !

> Situation tendue

Les bleus ont gazé le lieu et les gens coincés à l’intérieur. . Il semblerait qu'il y a des gens à l'intérieur qui font des malaises liés à ce gazage. Les pompiers refusent d'intervenir...

Un flic vise avec un flashball systématiquement les têtes lorsque les gens à l'intérieur essaye de communiquer avec l'extérieur.

Un petit groupe de gens est en soutien en haut de la rue du Calvaire.

Les flic sont nerveux et sont menaçant avec les gazeuses manuelles pour essayer de remettre en circulation les bus bloqués rue du Calvaire...

Besoin de soutien !

> reçu par mail

Des infos : Les bleus ont gazé le lieu et les gens coincés à
l’intérieur. . Il semblerait qu'il y a des gens à l'intérieur qui font
des malaises liés à ce gazage. Les pompiers refusent d'intervenir...
Un flic vise avec un flashball systématiquement les têtes lorsque les
gens à l'intérieur essaye de communiquer avec l'extérieur.

Un petit groupe de gens est en soutien en haut de la rue du Calvaire.

Les flic sont nerveux et sont menaçant avec les gazeuses manuelles pour
essayer de remettre en circulation les bus bloqués rue du Calvaire...

Besoin de soutien

> c'est fini !!!

encore raté...les flics ont gagné....le site est évacué....

> s'organiser pour gagner!

Merci de prévenir et de diffuser le plus largement possible pour organiser un soutien massif les Nantais et plus loin peut-être avec d'autres gens en lutte....c'est avec plaisir que je serais venu! A bientôt pour une convergence des luttes, le 24 juin c'est la marche mondiale contre Monsanto et quelques autres occasions pour recommencer!

> La Maison du 22 février expulsée par des dizaines de policiers

L'ancien collège privé "Notre Dame du Bon Conseil", occupé la nuit dernière et rebaptisé "Maison du 22 février" est finalement expulsé par des cohortes de casqués. Le siège a duré toute l'après midi. Après avoir essayé sans succès de défoncer les entrées, les flics ont bloqué les issues et gazé les occupants retranchés dans une salle. Ceux qui essaient d'ouvrir les fenêtres ont été mis en joue par des Lanceurs de Balles à hauteur de tête.

Malgré une mobilisation en solidarité dans les rues adjacentes, le rapport de force était trop défavorable et les occupants ont fini par sortir.

A peine ouverte, la maison du 22 février est expulsée par le pouvoir socialiste qui enferme et mutile ceux qui luttent.

Le combat continue.