Esquisse d’argumentaire à l’usage de celles et ceux qui doutent de la pertinence de ce que raconte la presse pourrie ces derniers jours

Mis a jour : le dimanche 2 mars 2014 à 16:57

Mot-clefs: aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Nantes

Esquisse d’argumentaire à l’usage de celles et ceux qui doutent de la pertinence de ce que raconte la presse pourrie ces derniers jours.

L’émeute de samedi 22 février a pris beaucoup de place dans les médias et les discussions depuis la manif. On trouve pas forcément pertinent qu’on en parle autant, mais puisque c’est le cas et qu’on voit plein de gens qui s’interrogent sur le sens que ça a, on voulait quand même expliciter le sens que nous pouvons voir à détruire des biens et/ou attaquer les flics, même si ce n’est pas forcément ce que tout le monde met derrière une émeute.

« Ca prouve qu’ils n’ont aucun respect pour la communauté »
Classe politique, grand.e.s patron.ne.s, membres de la haute administration de l’état, forment une classe. Ielles se connaissent, sortent des mêmes écoles prestigieuses, s’habillent avec les même costars dégueux, partagent la même vision du monde et choisissent ensemble - mais sans nous – les règles du jeu démocratique. Règles qu’on doit donc à un moment ou un autre détourner si on ne veut pas que ce soit forcément ielles qui gagnent. Tout ça, dans une société où on culpabilise les chômeurs alors que ce taux de chômage est savamment maintenu parce que très utile au capitalistes pour rendre plus dociles les personnes que l’on souhaite exploiter, et alors que les inégalités riches-pauvres ne cessent de s’accroître depuis des dizaines d’années. Au vu de ces simples faits (et nous pourrions en citer encore bien plus), comment peut-on alors oser parler de communauté ? Comment ne pas voir qu’il s’agit d’une guerre sociale ? Que les destructions de samedi n’étaient pas « un manque de respect pour la communauté » mais un geste d’autodéfense contre la classe des exploiteurs et des pacificateurs armés ?

« Il y a eu destruction sans distinction de biens privés ou publics »
On essaye de nous faire croire qu’il y aurait une différence entre s’attaquer au pouvoir politique et aux grandes entreprises, comme si elles ne partageaient pas les mêmes intérêts, et que les dégradations de samedi auraient eu lieu un peu au hasard. Elles étaient pourtant clairement ciblées : banques (a-t-on vraiment besoin d’expliquer pourquoi...), locaux ou chantier VINCI, commissariats, locaux de la société de transports en commun (une des formes répressives dans la ville qui dénonce des sans-papiers, participe au contrôle généralisé de nos existences grâce au développement des cartes à puces RFID, nous traitent avec mépris et violence quand on refuse de payer des tickets de plus en plus chers alors que dans d’autres villes de France, les transports en communs sont gratuits), FRAM (qui vend de l’exotisme tout en proposant aux gens d’avoir le même confort que chez elleux au détriment des populations locales), ou encore SNCF (qui participe au saccage que dénoncent les opposants NO TAV à la construction de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin). Il est même assez comique de constater que la seule boutique apparaissant dans les journaux qui pourrait paraître moins ciblée, la mie câline, a principalement subie des dégradations de la part des flics,qui ont gazé la boutique avec les employé.e.s coincés à l’intérieur et inondé à coup de canon à eau, provoquant des problèmes électriques.

« La violence est par essence inacceptable », Patrick Rimbert, maire PS de Nantes
Alors là, c’est carrément délirant ! De quelle violence parle-t-on ? Des quelques vitrines brisées ou de la violence des flics qui mutilent et éborgnent à coup de flash-ball ou de matraques, et qui bien souvent tuent, plus souvent dans les banlieues que dans des luttes aussi médiatiques que celle de NDDL parce qu’ils savent que les personnes qui s’en plaindront, soit on ne les écoutera même pas si elles manifestent gentiment, soit on les traitera de - devinez quoi - méchant.e.s casseuses/eurs si elles expriment leur rage. Ce qui permettra de justifier plus de contrôle et de répression dans leurs quartiers. Tout gagnant pour les flics quoi ! N’oublions pas que, de leur côté, les dégâts ne sont que matériels, même si 140 flics essaient de faire passer leurs bobos pour des blessures (ça se saurait s’il y a avaient eu des blessures aussi graves dans leurs rangs que dans les nôtres) et que même si des flics avaient été blessés sérieusement, qu’ils démissionnent ! On n’ira pas pleurer pour des gens qui tentent de briser nos vies, nos maisons et nos os pour défendre les intérêts des riches dirigeant.e.s de ce monde à qui ils obéissent sans se poser de questions. On peut aussi s’interroger sur la conception mouvante de ce qui est violent ou non : Les casseuses/casseurs d’hier deviennent les héroïnes et héros de la révolution quand les personnes au pouvoir tombent, que ce soit en Tunisie où il faut un jour envoyer l’armée française pour réprimer les émeutes et ensuite saluer la mise en place d’un régime démocratique, ou plus récemment en Ukraine où le recours à la violence physique est décrit comme le fait d’une minorité radicale, alors qu’elle était largement utilisée et a contribué à renverser le pouvoir. La violence ne devient légitime que quand elle est du côté du pouvoir en place.

« Ca dessert le mouvement, ça décrédibilise auprès de l’opinion publique » Ces petites phrases sont assénées comme des évidences et si on en croit Ouest France, tout le monde condamnerait les destructions de biens et attaques de flics.
Pourtant samedi autour de l’émeute, il y avait du monde... et du débat. Ni soutien total ni condamnation massive, la réalité était bien plus complexe et diverse que dans les pages de la presse bourgeoise. Sans nier que certain.e.s manifestant.e.s avaient peur, s’énervaient voire même préconisaient qu’on tire à balles réelles sur les émeutier.e.s, l’ambiance était clairement déterminée et festive place du commerce samedi dernier. Certain.e.s se remémoraient mai 68 ou Gênes, par là-bas quelques vieilles dames regrettaient que personne ne semble avoir amené de lance-pierres. Un groupe d’ami.e.s dissertait sur la beauté artisanale du métier de tailleur de pierre autour des personnes en train de dépaver avec marteau et burin. D’autres, curieuses, tendaient une oreille attentive et des cercles se formaient dès qu’une ou deux personnes prenaient le temps d’expliciter le sens de leurs gestes... entre deux bris de vitrines. Un petit groupe d’émeutiers discutait avec un conducteur de tracteur un peu paniqué par le grabuge qui se rapprochait de lui, « t’inquiète ça va aller, on est toutes ensemble contre l’aéroport ». Etc, etc...

Il est donc faux de dire que personne ne soutient, voire même comprend la destruction de biens et les attaques contre les flics. Beaucoup de gens au contraire se sentent bien plus proches de ces sentiments de révolte exprimés samedi que du langage politicien moralisateur.

Il faut tous les efforts des torchons locaux pour tenter de le faire oublier. On parle donc des « casseurs », « en marge de la manifestation », des « organisateurs débordés par des éléments incontrôlés », des « personnes extérieures à la lutte » qui viendraient « exploiter la popularité de cette lutte » (alors que cette lutte a justement beaucoup gagné en popularité pendant les résistances aux expulsions sur la zone !). Cela fait pourtant des années que des moyens que certain-e-s considèrent comme violents sont utilisés dans cette lutte et des années que cela fait débat. Non, il n’y a pas les gentilles cultivatrices de la ZAD qui organisent des « manifs pacifiques » d’un coté et des « méchants radicaux venus de l’extérieur » de l’autre. Les méchant-e-s casseurs aussi plantent des carottes... et les défendent !

En réalité, « la violence » ne sert ou ne dessert pas un mouvement. Selon les contextes, les protagonistes en jeu et les rapports de forces existants divers mode d’action peuvent être jugés violents ; Un blocage de lycée ? Une grève ? C’est une prise d’otage ! Un sabotage de ligne TGV ? Du terrorisme ! Alors si on ne veut rien troubler, mieux vaut suivre les suggestions de Ouest-France qui préconise de faire des manifs le dimanche. Et pourquoi pas dans un terrain vague, en périphérie de la ville ? Et pourquoi pas silencieuses ? Et pourquoi on resterait pas chez nous ? Et pourquoi on la fermerait pas un peu, ça nuit aux affaires tous ces gens qui braillent !? Plus sérieusement, tout ça pour insister sur le fait que la définition de la violence acceptable ou non est bien fluctuante en fonction des rapports de force qu’on arrive à faire exister face au pouvoir en place ; Un saccage de préfecture par les agriculteurs -patrons de la FNSEA ? Et hop, un accord est conclu et on en parle plus.

Ce qui desservirait le mouvement, c’est de se laisser embarquer par les médias qui voudraient faire croire qu’on a frôlé l’apocalypse, alors que dans la tête de plein de gens qui en parlaient le jour même, c’était un succès. On voulait cette manif intergénérationnelle, festive et déterminée : c’est exactement ce qu’il s’est passé ! Et tout le monde pouvait choisir son ambiance de fête ou la façon d’exprimer sa détermination, sans empêcher les autres de le faire autrement.

C’est ce qu’on en dit qui modifiera ce qu’on en pense. Si on joue le jeu des médias et qu’on condamne ces « violences inqualifiables », alors ces modes d’actions dangereux pour le pouvoir resteront stigmatisés et incompréhensibles pour la plupart des gens. A lire la presse des derniers jours, Nantes semble traumatisée, c’est limite si il n’y a pas eu un attentat terroriste ! Et pourtant, si on rappelle qu’aucun dirigeant de Vinci n’a encore été éborgné, qu’on a encore jamais kidnappé et enfermé une personne pendant des mois parce qu’elle était partisane du projet d’aéroport, ni jamais envoyé de décharge électrique de 20 000 volts dans le corps d’Alain Mustière, ni amené de bulldozer chez Jean Marc Ayrault parce qu’on avait décidé de mettre autre chose que sa maison à la place de sa maison ou encore qu’aucun opposant n’a le pouvoir de mutiler des dizaines de personnes en une journée sur simple ordre... On se demande qui est le mouvement armé dans cette histoire ?

Bref, c’est de notre responsabilité de replacer les choses dans leur contexte, parce qu’alors on peut les comprendre, alors on peut les soutenir... Si c’est devenu des « violences inqualifiables », c’est que si pas mal de personnes commencent à soutenir ouvertement ça, alors « ça » peut se reproduire. Et si ça se reproduisait, à votre avis, combien de 22 février faudra-t-il pour que le projet d’aéroport (et son monde ?) soient abandonné(s) ?

C’est ce monde qui est violent. Les gens meurent brutalement ou à petit feu pour faire marcher la machine capitaliste ou en essayant de la gruger, que ce soit en étant exploité.e.s par le travail, en tentant de franchir des frontières, en défendant sa terre ou en finissant en taule. Les gens meurent brutalement ou à petit feu parce qu’on vit dans un monde raciste, sexiste, homophobe qui a déclaré la guerre aux pauvres et à celleux qui refusent de jouer avec les règles et les normes qu’on leur a imposé. Ce monde est violent et on ne le changera pas en demandant gentiment. Nous croyons que la destruction de biens matériels peut être un moyen de lutte efficace, que ce soit sous la forme d’émeutes ou de destruction d’engins de chantiers qui tenteraient de s’aventurer par chez nous. Pour autant nous ne considérons pas que c’est LA forme de lutte à employer partout et tout le temps, qu’il en existe aussi d’autres et qu’elles se complètent. Nous aimerions qu’il soit possible de trouver des espaces de discussion large avec différentes composantes de la lutte où l’intérêt stratégique de tel ou tel mode d’action pourrait être discuté sans rapport moral tel que « la violence c’est mal ».

Des occupant.e.s de la ZAD

https://zad.nadir.org/spip.php?article2263

Commentaire(s)

> Oui... mais

Bonjour,

Globalement d'accord avec l'analyse. Mais plusieurs remarques quand même :
- Je crois que parmi les dizaines de milliers de manifestants, personne n'a condamné, ou en tout cas témoigné de "violences inqualifiables", ou alors mettre les sources. Ca, c'est effectivement la propagande officielle.
- Nous avons tous bien compris, ou à peu près, ce qui s'est passé. C'était un piège, un traquenard, en vue de discréditer le mouvement, et surtout pour tenter de faire peur. Faire peur au manifestants, qui devront réfléchir au danger la prochaine fois, et faire peur aux autres, ceux qui n'ont pas vu/compris ce qui s'est réellement passé.
- Je conçois bien (surtout depuis le 22, personnellement) la violence de l'Etat, et je SAIS que la violence du 22 février était du côté du pouvoir. Mais je ne vois pas bien en quoi les attaques ciblées (je ne les condamne pas) ont fait, ou font, progresser la lutte. Je pense qu'à plusieurs dizaines de milliers de personne, on a peut-être mieux à faire.
- Pour des espaces de discussion larges, probablement plus que la lutte contre l'aéroport, il y a dans dix jours, le 18 mars, une journée nationale de grève interprofessionnelle.