[Huelgoat] An Alarc'h : Pas bière pour les identitaires

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

C'est ballot, elle est bonne la Tantad :)

La brasserie An Alarc'h au Huelgoat refuse désormais de prendre les commandes des identitaires de Ti-Breizh.
Les identitaires ont pour une fois bon goût, ils aiment les bières de la brasserie an Alarc'h.
Mais An Alarc'h n'aime pas les idées de merde de l'asso Ti-Breizh et le leur a fait savoir en leur signifiant que ce n'était plus la peine de passer commandes chez eux.

Ti-Breizh, via Novopress, annonce qu'il n'en resteront pas là et qu'ils souhaitent porter l'affaire devant la justice.
toujours dans le registre des menaces ils annoncent "il est hors de question de laisser des entreprises se comporter de cette façon à notre égard. Le retour de bâton risque d’être difficile à gérer pour les dirigeants de cette SCOP".

Alors aux gars d'An Alarc'h : Ne vous laissez pas impressionner par les chemises brunes, nous sommes nombreux à apprécier votre geste (et vos bières) !

Vous pouvez compter sur nous.

Commentaire(s)

> pas de bières pour les identitaires

Apparemment, il se passe la même chose pour la brasserie Tri-Martolod !

> Alors, en Bretagne,

L'alcoolisme est un droit, sauf pour les fafs.

On va allez loin, avec ça.

> youpi

Soutenons les commerçants ! soutenons l'industrie de l'alcool !

> Logique

En fin de compte, les deux jouent sur le même tableau : l'identitaire.

Les premiers en en faisant un instrument politique néo-fasciste (comme il peut être national-bolchévique pour Breizhistance par exemple)

Les seconds en en faisant un instrument marketing en vue d'ouvrir un (nouveau) marché, le marketing ethniciste afin de générer une plus-value, sous couvert d'un mode de production "moralisé" (SCOP). Ou l'on voit que même les idéaux autogestionnaires peuvent être rattrapé par le capital et ce d'autant plus facilement quand "l'identité bretonne" (qui n'existe pas) sert d'argument de vente.

Faut pas qu'ils s'étonnent donc que d'autres identitaires s'adressent à eux, ils ont réussi leur objectif inconscient.

> réponse logique

Plutôt que de dire que les deux jouent sur le même tableau "logique" ferait mieux de se renseigner il saurait alors que le statut de SCOP dans cette boite existe depuis plus de 10 ans et n'a jamais eu un but capitaliste bien au contraire,et quand à l identité bretonne inexistante la aussi elle travaille avec des producteurs bretons non présent en GMS afin de promouvoir le produit local et artisanal, quand a l'aspect médiatique,ce sont bien les identitaires qui ont cherchés a publier cette affaire aucun coup de pub n'a été fait de la part de la SCOP.

> ah ?

Ah ? Il est possible de ne pas générer une plus-value quand on monte une entreprise au sein d'un monde économique dont le mode de production dominant et hégémonique est le capitalisme ? Les SCOP seraient-elles hors du monde réel ?

Les SCOP, si moralement acceptables soit-elles, licencient du personnel quand le capital l'exige et sont obligées de générer une plus-value pour survivre, sinon ce brasseur identitaire aurait fermé boutique au bout de 10 semaines. Et personne ne lui en veut puisque le mode de production actuel l'oblige à faire comme tel.

Ce que je lui reproche, c'est, en tant qu'identitaire lui-même, de refuser de vendre à des identitaires. Les deux se battent pour la même cause, la différence est qu'avec les néo-fascistes, c'est explicite, conscient et pas sournois comme avec les "idiots utiles" de l'identitaire.

> ultra logique

Le monde va mal donc tout va mal.

Je ne suis pas breton donc la bretagne n'existe pas. ("l'identité bretonne n'existe pas" c'est fort ca quand même)

En fait soit on se dit que l'identité bretonne (ou la culture ou la conscience comme vous voulez) existe et est un élément fondamental pour une bonne part des gens qui habite sur ce territoire et on prend le postulat qu'il n'y a pas d'identité culturelle intrinsèquement mauvaise et d'autre intrinsèquement bonne, et là on peut se dire que ce facteur peut être subversif et participer à une remise en cause de l'Etat, des formes de pouvoir, de la démocratie etc... Et donc on essaye de faire un tant soit peu que ca aille dans le bon sens

Soit on se dit qu'on doit nier tout ce qui est différent, cultiver son individualité, etc ... et alors ca sert à rien de vouloir discuter.

Sur le fond c'est le même principe que les KOP. C'est peut etre con mais plein de gens prennent leur club de foot pour un marqueur identitaire fort, c'est (une de) leur communauté, etc ... Des dizianes de milliers de personnes vont au stade. ca peut paraitre con, mais c'est comme ca ca existe. Je suis ni pour un pouvoir autoritaire qui interdirait le fait de supporter une equipe de foot, ni pour marginaliser et laisser l'extreme droite récupérer ce genre de phénomène sociaux. Pour moi il y une différence entre les KOP antifa et un KOP fa, c'est tout aussi con sur les faits mais ils ne véhiculent pas le meme genre d'idées dans la société.

Là que des travailleurs se disent que pour vivre on se met en SCOP et on fait une biere BZH, mais nous c'est pas pour participer à valoriser les fachos qui récupère l'image de la Bretagne, c'est pas grand chose mais ca me fait plus plaisir que s'ils se disaient "ouai c'est cool ils sont bretons comme nous".

Heureusement que certains libertaire ont plus ou moins compris ca, je pense à la CBIL, mais aussi que des mouvements antifa reprennent cette image de la Bretagne pour ne pas la laisser au fa. Car avec les raisonnements "logique" comme précédent les fachos s'épanouieraient surement plus qu'actuellement en Bretagne.

> bon

Si on laisse les commentaire de Moi c'est uniquement du fait des réponses qui lui ont été faites.

Néanmoins ces réponses doivent rester dans le cadre d'une dicussion politique. Donc, les insultes et autres menaces n'ont pas lieu d'être.

> breizhistance nazbol ?

Ah ah ah, la gauche indépendantiste serait national-bolchévique. J'imagine le raisonnement imparable qui se cache derrière tout ça, ils brandissent le drapeau rouge (bolchévisme!) et le gwenn-ha-du (nationalisme!) donc ils sont nazbols. C'est surement un raisonnement réconfortant pour un indymédien en quête de réthorique militante radicale de rejeter systématiquement la dimension identitaire de tout problème (rapport de classe, écologie, etc.). On connaît le discours, l'identité c'est mal, le syndicat c'est caca, etc.

Mais comme tu as un avis aussi tranché sur la question tu peux peut-être nous éclairer sur tes expériences de lutte communes avec la gauche indépendantiste et les éléments de son discours qui te font dire que Breizhistance est nazbol. Il me semble que l'internationalisme socialiste s'est aussi construit auoutr de la question des minorités (avec sa dimension identitaire) et que Breizhistance ne renie pas ses principes (ce que fait le national-bolchévisme). Aller j'attends...

Et la gauche abertzale, nazbol aussi ? et les socialiste irlandais, écossais, etc, nazbol ? n'importe quoi.