Appel à une mobilisation étudiante massive contre la réforme des retraites !

Mot-clefs: Retraites2010
Lieux:

L’attaque du gouvernement contre les retraites est largement rejetée dans le pays : les manifestations du 7 et du 23 le prouvent. Les effets de cette réforme seront immédiats pour l’ensemble des salariés, et y compris pour la jeunesse. Dans un contexte d’escalade raciste et liberticide décidé pour casser toute résistance sociale, l’intervention massive, unie et organisée des étudiants sera décisive pour mettre un coup d’arrêt définitif à cette politique, pour les années à venir.
« Il faut à tout prix éviter une mobi­li­sa­tion des jeunes. Pour un gou­ver­ne­ment, il n’y a pas pire qu’une jonc­tion social-éducation. Je ne parle pas des profs qui font grève dès leur retour de vacan­ces, mais des lycéens et des étudiants. Il faut les sur­veiller comme le lait sur le feu. » Nicolas Sarkozy, après les mani­fes­ta­tions du 7 sep­tem­bre

Les consé­quen­ces de la réforme lancée par le gou­ver­ne­ment seront immé­dia­tes. Elles concer­nent autant les sala­riés que la jeu­nesse étudiante. Le non renou­vel­le­ment des employés qui devaient pren­dre le chemin de la retraite va blo­quer la nou­velle géné­ra­tion dans le chô­mage et la pré­ca­rité. L’impos­si­bi­lité de coti­ser assez long­temps pour accé­der à une retraite à taux plein, au vu de l’âge auquel les étudiants entrent dans le monde du tra­vail, mais aussi, et plus encore la conjonc­ture liée à la crise du capi­ta­lisme font que l’avenir s’assom­brit de plus en plus, tant pour la jeu­nesse que pour l’ensem­ble de la société.

- 1 000 000 d’emplois dis­pa­rus, en plus de ceux perdus par la crise du capi­ta­lisme.
- Des coti­sa­tions impos­si­bles à tenir, donc une menace de tra­vailler du ber­ceau au tom­beau. En effet, l’objec­tif à court terme pour le gou­ver­ne­ment, c’est que les tra­vailleurs par­tent à la retrai­tes plus tôt et donc avec une retraite plus faible, com­blée ou non par des fonds de pen­sions pri­vées, que seuls les salai­res élevées pour­ront ali­men­ter

* Une situa­tion géné­rale catas­tro­phi­que au niveau de l’emploi.
* Une atta­que concen­trée avec les mena­ces sur la sélec­tion sociale dans les uni­ver­sité, les bour­ses, les APL...etc

Cette réforme nous concerne et nous frap­pera dès son appli­ca­tion, com­bat­tons la !

Pour les tra­vailleurs et les masses popu­lai­res, la lutte contre cette réforme est une lutte fon­da­men­tale. Elle est tant une lutte pour la sau­ve­garde d’acquis anté­rieurs, main­tes fois atta­qués, mais également une sau­ve­garde de l’avenir. La retraite repré­sente le seul moment de notre vie qui échappe à l’exploi­ta­tion capi­ta­liste. Cela nous sera retiré si nous ne triom­phons pas. Le fond de cette réforme signi­fie : « aucun départ à la retraite à taux plein », c’est à dire la misère, la des­truc­tion phy­si­que et psy­cho­lo­gi­que des anciens, les tra­vaux forcés ou le chô­mage jusqu’à 67 ans !

Cette réforme est à reje­ter en bloc. Parler de négo­cia­tions, ne pas exiger le retrait pur et simple, c’est capi­tu­ler.

La crise du capi­ta­lisme finan­cier se paie sur le dos des tra­vailleurs. C’est cette crise, et la volonté de faire résor­ber les dettes de l’état par la liqui­da­tion de tous les acquis sociaux, sous cou­vert d’aus­té­rité, qui mène à la déci­sion par la bour­geoi­sie et son émanation gou­ver­ne­men­tale de mettre en œuvre une autre bataille contre les droits des tra­vailleurs et futurs tra­vailleurs. Certains pré­ten­dent que réforme est néces­saire, qu’il y a un pro­blème démo­gra­phi­que et un pro­blème finan­cier. Cet argu­ment est men­son­ger ! Les riches­ses pro­dui­tes n’ont jamais été aussi gran­des, la pro­duc­ti­vité du tra­vail a doublé en quel­ques décen­nies, tandis que la part de ces riches­ses qui vont dans la poche des tra­vailleurs s’est réduite comme peau de cha­grin.

La Fédération syn­di­cale étudiante exige le retrait pur et simple de cette réforme. Dans un contexte d’ava­lan­che de décla­ra­tions et de mesu­res racis­tes, xéno­pho­bes et liber­ti­ci­des des­ti­nées à divi­ser la popu­la­tion et à répri­mer les résis­tan­ces socia­les, la lutte menée actuel­le­ment contre les réfor­mes du gou­ver­ne­ment condi­tion­nera le rap­port de force pour de nom­breu­ses années. C’est aujourd’hui que nous devons nous mobi­li­ser et ce de manière unie et déter­mi­née.

Assemblées Générales à Lyon 2 mercredi 29 septembre à 14H sur les Quais (rdv dans la cour) et jeudi 01 octobre à 14H amphi F (Bron). A Lyon 1 Jeudi 30 septembre à 12h30 réunion d’info sur les retraites amphi 2 du déambulatoire.