La Poudrière expulsable dans deux mois... résistance !

Mis a jour : le mardi 26 novembre 2013 à 17:40

Mot-clefs: Logement/squat Répression
Lieux: Nantes poudrière

Le rendu du procès de la Poudrière est tombé hier : le juge nous accorde, dans sa grande bonté, deux mois de délais. Nous serons donc expulsables deux mois après que le commandement de quitter les lieux nous soit apporté par unE charmantE huissierE.

La trêve d'hiver ne nous a, semble-t-il, pas été allouée, mais on en saura plus d'ici peu.

Pas le courage d'ajouter le couplet habituel... les méchantEs sont vraiment très méchantEs, on le sait déjà, et on ne va pas faire semblant de se rendre compte aujourd'hui que la "Justice" est au service des dominantEs.

Par contre, on s'organise, tiens, on ne va pas se laisser expulser comme ça. Non mais.

Prochaine assemblée générale : dimanche 4 janvier @ 15h30.

Viens nombreuxE !

http://lapoudriere.squat.net

[lapoudriere@squat.net->mailto:lapoudriere@squat.net]

4 rue du colonel boutin - 44000 nantes

Email Email de contact: intrigeri_AT_squat.net

Commentaire(s)

> > La Poudrière expulsable dans deux mois... résistance !

Mais alors y a combien de personnes qui vivent a la poudriere -j aime le nom- ? et puis deux mois, y a quand meme le temps d en faire des choses... je vois des repas de quartier a gogo, l acces a internet pour toutes et tous, anonyme et gratuit...y en a bien qui veulent en faire le QG d indymedia, et puis les gens ils/elles vous aiment deja et puis moi aussi je vous aime...je suis trop loin pour vous soutenir physiquemnent mais le coeur y est...good luck, fuck them! helene

> > Nous cherchons tou-te-s la Poudrière...

“Il n’est pas, en effet, de plus éhonté mensonge que celui qui consiste à soutenir, même et surtout en présence de l’irréparable, que la rébellion ne sert à rien. La rébellion porte sa justification en elle-même, tout à fait indépendamment des chances qu’elle a de modifier ou non l’état de fait qui la détermine. Elle est l’étincelle dans le vent, mais l’étincelle qui cherche la poudrière”

(André Breton, Arcane 17)