Nantes, 10 novembre : un toit pour tou-te-s, « A nous la vie de château ! »

Mot-clefs: Resistances
Lieux: Nantes

On ne lâche rien !

Ce samedi 10 novembre, une nouvelle manifestation contre toutes les expulsions et pour exiger un toit pour tou-te-s part de la place Bretagne. Le mouvement est dans sa 6ème semaine de lutte, toujours mobilisé, toujours debout face à un pouvoir socialiste qui réprime, expulse, harcèle, et qui nous méprise.

Article_ouest_france_11_novembre-medium
Pas de titre pour 12194

10-medium
Pas de titre pour 12192

9-medium
Pas de titre pour 12191

8-medium
Pas de titre pour 12190

7-medium
Pas de titre pour 12189

6-medium
Pas de titre pour 12188

5_1-medium
Pas de titre pour 12187

4_1-medium
Pas de titre pour 12186

3_1-medium
Pas de titre pour 12185

2_1-medium
Pas de titre pour 12184

1_1-medium
Pas de titre pour 12183

Pour rappel, il y a trois semaine, le collectif était délogé de façon militaire par des dizaines de forces de l'Ordre du foyer Gustave Roch, réquisitionné. Les jours suivants, la mairie et la préfecture, à grand renfort de communication par voie de presse servile, prétendait ouvrir ce même foyer aux familles sans abris qui occupaient le Lieu Unique...

Nous apprenons ces jours ci qu'elles sont forcées de quitter le foyer pour retourner à la rue, alors que l'hiver approche. Cet « hébergement » médiatisé aura été de très courte durée.

Entre 300 et 400 personnes partent de la Place vers le nord de Nantes, dans le quartier des nantis nantais : Monselet, rarement sinon jamais visité par des manifestations. Sur le chemin un immense bâtiment vide est taggé.

De retour dans le centre ville, en musique, en chansons et en slogans, le cortège arrive devant le château des Ducs de Bretagne, symbole historique de la ville de Nantes. Ici, la féodalité perdure, les barons socialistes locaux règnent sans partage depuis plusieurs décennies sur la métropole.

Face aux mouchards en uniforme ou en civil ébahis, une banderole de plusieurs dizaines de mètres carrés est étendue sur les remparts de la forteresse : « un toit pour tou-te-s / Réquisition / A nous la vie de château » (voir photos). La réquisition de ce lieu du pouvoir médiéval est symbolique, mais fait réagir et sourire les passants.

Après une bousculade avec les vigiles du lieu, la plèbe assiège le château en musique sur le pont levis, alors que les sbires du pouvoir ferment la herse prestement.

La lutte continue. Assiégeons leurs forteresses.

Des logements, pas des policiers !

A suivre, n'hésitez pas à compléter, corriger.

Commentaire(s)

> Ce qu'en dit la presse dominante

Ouest France, dimanche 11 novembre.

> La chanson au chateau

« Les jours heureux » (sur l’air des « petits papiers »)

Laisser vivre les gens dehors

Ca fait marrer les socialos

Eux ils s’en foutent ils sont au chaud

Dans leurs bureaux

Laisser dormir les gens dehors

Ca fait marrer les socialos

Eux ils s’en foutent ils sont au chaud

Dans leurs bureaux

Laisser crever les gens dehors

Ca fait marrer les socialos

Eux ils s’en foutent ils sont au chaud

Dans leurs bureaux

Laissons crever les socialos

Bandes de lâches, bandes de salauds

Et construisons, peu à peu,

Les jours heureux.

> Rendez-vous

Les réunions et actions publiques à venir du collectif "un toit pour toutes et tous".

Beaucoup de réunions car le collectif a du pain sur la planche, en l’absence de réponse des pouvoirs publics, qui remettent même à la rue des personnes hébergées quelques jours le temps d’un coup médiatique ! N’hésitez donc pas à venir participer, donner des coups de main, etc.

Lundi

- 18 heures : assemblée générale à Solidaires (9 rue Jeanne d’Arc, interphone n°5, deuxième étage)

Mardi :

- 18 heures : assemblée générale (lieu à confirmer)

Mercredi :

- 10h30 : banderoles et tracts lors de la manifestation intersyndicale contre l’austérité (le rdv de la manif est à 10h30, place du commerce)

- 18 heures : assemblée générale à B17 (17 rue Paul Bellamy, au fond de la cour)

Jeudi :

- 18 heures : assemblée générale à B17 (17 rue Paul Bellamy, au fond de la cour)