Avis de tempêtes #30

Mot-clefs: Guerre Médias actions directes
Lieux: toupart
Avisdetempetes30

Avis de tempêtes - bulletin anarchiste pour la guerre sociale n°30 (juin 2020) vient de sortir.

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est en format A5, et celui-ci fait 20 pages), on pourra retrouver chaque nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le blog :

https://avisdetempetes.noblogs.org

"L'écrivain afro-américain James Baldwin disait que « l'impossible est le minimum qu'on puisse demander. » Après l'homicide de George Floyd, en quelques jours à peine à travers tous les Etats-Unis des foules de gens sont passés qu'une demande compréhensible par le pouvoir, comme l'incarcération des flics responsables de sa mort, à une revendication hyperbolique comme l'abolition de la police. Il s'agit d'une revendication radicale, parfaite pour livrer bataille (comme l'a découvert le maire de Minneapolis, qui a été insulté et a dû partir d'un rassemblement public pour avoir refusé de l'appuyer). Mais si à force d'être répétée elle devenait conséquente - non plus une provocation momentanée pour ouvrir les hostilités, mais bien un objectif à réaliser-, vers où pourrait aller une telle revendication ? Vers l'enfer d'une sécurité dont la garantie serait disputée entre groupes d'autodéfense (modèle de gauche, les Asayish kurdes) et mouvement des milices (modèle de droite, les Oath Keepers nord-américains), ou bien vers l'utopie
d'une liberté qui n'offre aucune garantie, aucune sécurité, et où il revient à chacun de porter attention à soi, à ceux qu'on aime, à ceux dont on se sent proche ?"

 


Download this zine as PDF | Retour vers la liste des zines

Commentaire(s)

> abolition de la police ?

"une revendication hyperbolique comme l'abolition de la police" ben justement non, il se trouve que c'est juste réaliste et réformiste : c'est la manière de traduire une revendication de réduction des budgets et du champ d'action de la police, comme le démantèlement de la police municipale qui est en question sérieusement, appuyé par divers lobby pas forcément très radicaux, à Minneapolis ("disband", traduit des fois par "abolition"...) et qui ne signifie pas du tout la perspective qu'il n'y ait plus de police du tout ! Checkez vos contradictions les gens !
Toujours un peu du mytho à l'origine de cette vraie-fausse radicalité là ! Et toujours l'utilisation de ce qui se passe ailleurs pour montrer qu'on a soi-même une plus grosse radicalité que les autres.
Vive les émeutiers et à bas la police !