http://www.lesinrocks.com/: Alain Finkielkraut et #balancetonporc

Mot-clefs: Médias Racisme contrôle social antifascisme
Lieux:

Pour Alain Finkielkraut, #balancetonporc n’est qu’une excuse pour “noyer le poisson de l’islam” ...

… Et explique que “Mediapart n’est pas un site d’information, c’est une secte fanatique”…

Alain Finkielkraut a donné lundi 21 novembre un entretien au FigaroVox, et en bon philosophe, il a délivré quelques leçons de vivre-ensemble, d’empathie et de pondération. Il est ainsi revenu sur le hashtag #balancetonporc et sur la libération de la parole des victimes d’agression sexuelle après l’affaire Weinstein. Il explique ainsi aux personnes agressées qu’elles ne devraient pas parler, ou en tout cas pas comme ça :

“J’ai eu un haut-le-cœur. On nous tympanise jour et nuit avec les valeurs, or le mot de ‘balance’ et la pratique qu’il induit sont contraires à toutes les valeurs de la civilisation. La fin ne justifie pas les moyens, l’émancipation ne saurait en passer par la délation.”
Mais pour lui, ce hashtag, et les différentes affaires de harcèlement sexuel qui ont impliqué un ancien président du MJS, des députés, le directeur de la rédaction de LCI, Tariq Ramadan, et plusieurs acteurs et réalisateurs comme Kevin Spacey, Ed Westwick, Louis C.K., ne sont pas arrivés par hasard. Même si le mot de complot n’est pas prononcé, on comprend à la lecture de l’entretien d’Alain Finkielkraut qu’il y avait un but caché derrière tous ces récits :

“L’un des objectifs de la campagne #balancetonporc était de noyer le poisson de l’islam : oubliée Cologne, oubliée la Chapelle Pajol… et puis patatras, les noyeurs de poisson attrapent, bien malgré eux, un très gros poisson islamiste : #Tariqramadan”

Il décide aussi de rendre hommage au site d’Edwy Plenel :

“Mediapart n’est pas un site d’information, c’est une secte fanatique et d’autant plus méchante que rien jamais n’entame la bonne conscience antiraciste de ses membres.”

Alain Finkielkraut n’oublie pas non plus les féministes, et explique qu’actuellement avec la PMA “la disparition de l’homme devient un droit de la femme” et se demande, au premier degré, “est-il encore sérieux de parler d’ordre patriarcal” ?

Evidemment, sur les réseaux sociaux, les propos du philosophe ont été tournés en dérision. Sûrement parce qu’il est impossible de prendre ça au sérieux.

 

Lien Voir l'original ->