http://dialectical-delinquents.com/////-:::: Nouvelle agression "racialiste" à Marseille

Mot-clefs: antifascisme
Lieux: marseille

Nouvelle agression "racialiste" à Marseille

Les faits se sont déroulés à Marseille le vendredi 8 septembre2017, en fin de manifestation contre la restructuration du quartier de LaPlaine. Alors qu'un camarade rejoignait seul la tête du cortège qui arrivaitdans le parc de La Plaine, il s'est fait prendre à parti par une personne detendance "racialiste" qu'il ne connaissait pas; entourée elle-même d'autres personnes de la même tendance dont certaines l'avaient déjà agressé verbalement dans le cadre du débat houleux, entre autre autour de la question de la "race sociale", du début de l'hiver dernier 1.

 

Il s'est d'abord fait aboyé dessus sans comprendre ce qui lui étaitdit, mais comprenant bien qu'on lui laissait entendre qu'il n'avait rien àfaire ici, dans ce quartier dans lequel il habite, fréquente et lutte. Joignantles gestes à la parole, la personne a poursuivi en jetant des graviers danssa direction.Le camarade agressé n'a pas jugé intelligent de riposter face à cedéferlement de stupidité et de haine. Connu pour son engagement dansune perspective révolutionnaire émancipatrice depuis plus de dix ans ausein de collectifs anti-autoritaristes, ainsi que de mouvements sociaux, etde luttes, notamment auprès de sans-papiers 2, le camarade en questionreste une cible facile et privilégiée

.En effet, en plus de s'organiser, il prend position sur diversesthématiques et publiquement dans des assemblées et réunions, ainsi qu'ensignant ses textes; de plus, il fréquente encore un peu ce milieu politiquedont il est issu 3 et d'où partent les diverses agressions élaborées depuis le 28 octobre dernier sur Marseille. Et c'est bien pour avoir fait part publiquement de ses positions politiques particulières, notamment vis-à-vis de la question de la "race sociale"4, qu'il s'est fait prendre à parti etagresser plusieurs fois verbalement – parfois physiquement – que ce soitdans la rue, dans le cadre d'un débat à Manifesten et dans le cadre de deux collectifs marseillais; le tout sans grande solidarité d'une bonne part de ce milieu.

 

D'une manière générale, si tout ce genre de faits n'ont jamais portéà conséquence physique pour les gens qui les ont subi en fRance – à partle 28 octobre 2016 –, il n'en reste pas moins qu'il en dit long sur la façonde penser les relations sociales et l'organisation5 dans une grosse frangedu milieu autonome, qui, pour l'occasion, fait d'ailleurs parfois desalliances de circonstance avec des groupuscules et des associationsréformistes et parfois partidaires, pour le moins ambiguës 6 quant à leurcaractère raciste, antijuif et autoritariste.

C'est ainsi que se développe la ligne d'un parti qu'il n'est pas possible de remettre en question sans qu'il n'y ait de représailles et qui est d'ailleurs relayée, quant elle n'est pas défendue, par sa presse; presseparfois dirigée d'une main de fer par les tenants, en son sein, de la pensée dominante du milieu.

Dans un moment de crise économique et politique dans lequel lagauche est en train de crever et que l'horizon politique et social serestructure laissant des portes ouvertes aux logiques autonomes, unepartie du milieu autonome devient la nouvelle gauche et est de plus enplus décomplexé quant à ses positions politiques et ses formesd'organisation.

Il faut tuer la gauche, il faut tuer le milieu.


Les Totos Flingueurs

 

 

Lien Voir l'original ->